Le palmarès des radars feux rouges qui flashent le plus

En 2012, les 689 radars feux rouges en service sur le territoire ont crépité 1.185.762 fois, selon les statistiques du contrôle automatisé des infractions routières fournies par le ministère de l'Intérieur. Au total, 680.800 PV ont été envoyés pour sanctionner un feu rouge brûlé. Avec une amende forfaitaire s'élevant parfois jusqu'à 135€ pour ce type d'infraction, ces radars auraient rapporté près de 92 millions d'euros à l’État l'an dernier.

Et le radar feu rouge qui flashe le plus est...
Selon un classement exclusif de nos confrères de l'Express, le radar de ce type qui flashe le plus est à Paris. Situé au croisement du boulevard de la Chapelle et de la rue Philippe de Girard, il se déclenche au moins 105 fois par jour. Le deuxième radar de ce palmarès est à Rosny-sous-Bois avec 65 flashs quotidiens. La troisième place est occupée par un autre radar parisien, situé au croisement du quai de Gesvres et de la rue Saint-Martin (IVe arrondissement),  il crépite 47 fois par jour.

Le Top 10 des radars feux rouge qui flashent le plus

Le Top 10 des radars feux rouge qui flashent le plus

Polémique autour du dispositif

Dès leurs premières installations, ces radars feux rouges ont suscité le scepticisme. Il s'avère que - sur le plan de la Sécurité routière - ces dispositifs ne seraient en réalité pas si efficaces que prévus. C'est en tout ce qu'affirme Jean Chapelon, expert en la matière en tant qu'ancien secrétaire général de l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR). Selon lui, la raison principale : "il y a très peu de tués aux feux rouges".

Effet pervers
S'il est impossible dans les bilans sur la Sécurité routière de se rendre compte de l'accidentologie précise relevée aux carrefours équipés de feux tricolores,  force est de constater que les radars feux rouge ont parfois un effet pervers. Les automobilistes surpris par le dispositif auraient en effet tendance à piler, de peur d'être verbalisé. Résultat : les accrochages se multiplient. Ce phénomène indésirable s'est vérifié l'année dernière dans le département de l'Essonne. Les deux radars de feux rouges qui y ont été installés auraient eu pour effet d'augmenter les accidents. L’État a réfuté, tandis que l'un des maires des villes concernées a demandé une amélioration du système. Hasard ou coïncidence, aucun radar feu rouge supplémentaire ne devrait être installé sur le territoire cette année.

par Morgane SolignacJournaliste
Suivez Morgane Solignac sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
Commentaires Avec Bell & Ross

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous