Philippe Varin sur RTL : "Il faut une baisse massive du coût du travail en France"

VIDEO - Le président du directoire de PSA Peugeot-Citroën répondait vendredi matin aux questions de Jean-Michel Aphatie. Philippe Varin "attend de voir" ce que sera le plan de soutien du gouvernement à l'automobile le 25 juillet et ne demande "pas d'aide directe". "On peut rêver d'augmenter les ventes par une prime à la casse", a-t-il déclaré, ajoutant: "Nous disons ce n'est pas la solution" car "la prime à la casse c'est du dopage, ce sont des prix cassés, on ne va pas acheter deux fois les voitures". "Ce plan nous sommes absolument prêts à y contribuer", a-t-il poursuivi. "Il est essentiel que la capacité d'innovation de cette filière puisse se réaliser", a-t-il soutenu, plaidant pour une baisse "massive" du coût du travail en France.

Jean-Michel Aphatie : Bonjour, Philippe Varin.

Philippe Varin : Bonjour, Jean-Michel Aphatie.

Vous avez présenté jeudi un projet de réorganisation de l'entreprise que vous présidez. 8.000 suppressions de postes, fermeture de l'usine d'Aulnay. "Nous n'acceptons pas ce plan en l'état", a dit jeudi le Ministre Arnaud Montebourg. Votre plan, Philippe Varin, est-il négociable ?

Jean-Michel Aphatie, ce que je voudrais dire au préalable une nouvelle fois, c'est que je partage l'émotion et la tristesse des salariés et de leurs familles. Je comprends leur inquiétude. Je leur ai dit hier qu'ils n'avaient absolument pas démérité et j'ai pris un engagement. J'ai pris un engagement que le groupe allait s'engager à proposer à chacun une solution d'emploi.

Pas de licenciements secs, dites-vous.

Pas de licenciements secs. Est-ce que le plan est négociable ? Vous savez, j'ai eu la chance de construire une usine. C'était il y a vingt ans. Et je peux vous dire qu'en tant qu'industriel, le moment de fermer une usine, c'est un des pires moments et si on le fait, c'est par devoir.

Aujourd'hui, nous avons fait des études approfondies sur tous les scénarios possibles. Le groupe est dans une situation où il perd 200 millions d'euros par mois en trésorerie, donc les décisions que nous proposons, que nous allons prendre, nous devons les prendre.

Mais nous avons pris un engagement, c'est que le dialogue social serait exemplaire. Et ça, ça veut dire -il y a bien sûr des marges de liberté dans la manière dont nous allons appliquer le plan. Nous avons pris, par exemple sur Aulnay, qui comprend 3.000 salariés, un engagement, c'est que la moitié des salariés d'Aulnay trouveront à Poissy une proposition de poste, dans la région parisienne donc.

Et que sur l'autre moitié, ce site d'Aulnay, nous allons le réindustrialiser, nous allons le revitaliser, nous allons créer 1.500 emplois. Ceci, nous allons le faire -parce que PSA va rester à Aulnay. Nous n'allons pas faire une opération immobilière. Nous allons être à la manœuvre dans la réindustrialisation.

Mais vous n'allez pas exploiter vous-même...

Non, certaines activités.

... sur ce site. Les activités qui vont être créées, ce n'est pas vous qui allez les exploiter.

Certaines activités pourront venir du groupe mais, bien sûr, nous allons, grâce à cette position logistique, grâce aussi aux compétences des salariés actuels d'Aulnay, nous allons pouvoir attirer d'autres entreprises. Et là, avec l'Etat, nous pouvons faire un travail commun.

L'Etat, justement, ou le gouvernement, du moins, qui le gère ce vendredi, a l'air méfiant vis-à-vis de PSA, Philippe Varin. Arnaud Montebourg, toujours, dit : "Il n'y a pas de justification suffisante à ce plan". Et il va vous envoyer un expert, M. Sartorius, pour regarder vos comptes. Est-ce que vous allez ouvrir vos livres de comptes à l'expert que va vous envoyer le gouvernement, Philippe Varin ?

Mais, bien entendu, Jean-Michel Aphatie. Nous n'avons rien à cacher et d'ailleurs, avec les pouvoirs publics, nous sommes d'une totale transparence sur la gravité de la situation, sur le plan que nous prenons et puis aussi sur toutes les mesures d'engagement. C'est notre responsabilité d'industriels de trouver des solutions, de prendre des engagements et c'est naturellement le rôle des pouvoirs publics d'être vigilants sur l'application de ces plans.

Cette méfiance et l'agressivité du discours du gouvernement vous ennuient ?

Je comprends l'émotion et je comprends la vigilance mais j'attends aussi de voir le 25 juillet quel pourra être le plan du gouvernement de soutien à l'ensemble de la filière automobile.

Qu'est-ce que vous demandez ?

Ce plan, d'abord, nous sommes absolument prêts à y contribuer. Vous savez, la filière automobile française, dont le groupe est la locomotive -vous savez que nous représentons deux tiers de la production automobile en France, que nous avons 100.000 salariés, la moitié de nos salariés sont en France et que nous entraînons cette filière qui, avec les emplois indirects, représente 1 emploi sur 10 en France. Donc, que demande-t-on au gouvernement ? Il est essentiel que la capacité d'innovation de cette filière puisse se réaliser. Nous sommes le plus grand déposant de brevets et nous allons le rester.

Et donc, il faut vous aider ?

Alors, nous ne demandons pas une aide directe bien sûr. Alors, on peut rêver d'augmenter les ventes par une prime à la casse. Nous disons ce n'est pas la solution. La prime à la casse, c'est du dopage, ce sont des prix cassés. Et puis, on ne va pas acheter deux fois les voitures.

Par contre, sur les coûts pour restaurer nos marges, il y a une marge de flexibilité sur le coût du travail. Vous savez, nous avons le coût du travail le plus cher en Europe et nous produisons 44% de notre production en France. Donc, il faut baisser les charges qui pèsent sur le travail de manière massive.

On vous accuse, Philippe Varin, d'avoir retardé l'annonce de la fermeture de l'usine d'Aulnay. D'avoir attendu l'après élection présidentielle pour faire cette annonce. Quand avez-vous décidé la fermeture de l'usine d'Aulnay ?

Jean-Michel Aphatie, ce sont des décisions extrêmement lourdes à prendre et donc, nous avons étudié tous les scénarios possibles. La crise européenne, la crise des dettes souveraines en Europe du milieu de l'année dernière a changé la donne sur le marché européen. Le marché européen a baissé d'un quart en cinq ans et nous sommes très impliqués dans le sud de l'Europe, qui était extrêmement touché.

Nous avons fait toutes les études. Dans le premier semestre de cette année, nous nous sommes rendu compte que cette crise était durable et qu'il fallait prendre des mesures car nos usines tournent à mi-capacité sur les petites voitures, si vous voulez, entre Poissy et Aulnay. Donc nous devons remplir nos usines. Nous avons pris la décision dans le premier semestre. Evidemment, c'est une décision tellement importante qu'il n'était pas question d'en faire un enjeu de la période électorale.

Et donc, vous avez attendu l'après élection pour l'annoncer.

Nous avons attendu dès que possible. Nous avons pu le faire.

D'autres sites industriels, d'autres usines de PSA sont-elles menacées, Philippe Varin ?

Alors, écoutez, puisque nous avons fait beaucoup d'études, il y a un an, lorsqu'il y a eu des fuites sur nos études, des fuites extrêmement malheureuses, le site d'Aulnay était menacé. C'était identifié. On a une solution de reconversion. Mais le site de Rennes était menacé aussi. Alors là, jeudi,  nous avons annoncé la nécessaire réduction des effectifs.

1.400 postes.

1.400 postes sur 5.700 mais la bonne nouvelle pour le site, c'est que nous avons pris l'engagement d'y mettre un nouveau modèle en 2016 et que nous allons réinvestir une nouvelle plate-forme à Rennes.

Donc, c'est un engagement que vous tiendrez ça ?

C'est un engagement que nous tiendrons.

Un nouveau modèle à Rennes en 2016.

Donc, ça c'est une bonne nouvelle. Et puis, il y avait aussi des menaces sur un troisième site, celui de Sévelnord, près de Valenciennes, qui fait des véhicules utilitaires. Là, aujourd'hui, je n'ai pas de certitude mais j'ai de bons espoirs que nous allons trouver une solution. Donc, nous allons, sur deux des trois sites menacés, proposer des solutions d'avenir.

Blog Auto-Radio

par La rédaction de RTLJournalistes RTL
Suivez La rédaction de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7750683900
Philippe Varin sur RTL : "Il faut une baisse massive du coût du travail en France"
Philippe Varin sur RTL : "Il faut une baisse massive du coût du travail en France"
VIDEO - Le président du directoire de PSA Peugeot-Citroën répondait vendredi matin aux questions de Jean-Michel Aphatie. Philippe Varin "attend de voir" ce que sera le plan de soutien du gouvernement à l'automobile le 25 juillet et ne demande "pas d'aide directe". "On peut rêver d'augmenter les ventes par une prime à la casse", a-t-il déclaré, ajoutant: "Nous disons ce n'est pas la solution" car "la prime à la casse c'est du dopage, ce sont des prix cassés, on ne va pas acheter deux fois les voitures". "Ce plan nous sommes absolument prêts à y contribuer", a-t-il poursuivi. "Il est essentiel que la capacité d'innovation de cette filière puisse se réaliser", a-t-il soutenu, plaidant pour une baisse "massive" du coût du travail en France.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/philippe-varin-sur-rtl-il-faut-une-baisse-massive-du-cout-du-travail-en-france-7750683900
2012-07-13 09:54:00