Les voitures diesel vont-elles être bannies des grandes villes ?

C'est un pavé dans la mare que lance le député parisien Jean-Marie Le Guen. L'élu socialiste, médecin de profession, a proposé mercredi l'interdiction d'ici trois ans des véhicules diesel dans les grandes villes pour lutter contre les particules fines. Pour lui, il s'agit d'une "décision incontournable".

>
Jean-Marie Le Guen, député PS de Paris : "Il ne s'agit pas de punir, mais de prévenir" Crédits : Quentin Pommier | Durée : | Date :
1/

Un à deux centime de hausse par semaine

Le gazole --qui représente plus de 80% de la consommation en France-
- a grimpé d'environ 1 centime à 1,4060 euro le litre en moyenne, selon les chiffres compilés par la Direction générale de l'énergie et du climat.  Il revient ainsi à son plus haut niveau depuis la première semaine de mai, mais encore près de 5 centimes sous ses niveaux records de la mi-mars.

Concernant l'essence, le sans plomb 95 a augmenté de près de deux centimes le litre, à 1,5740 euro, tandis que la hausse a été un peu plus limitée pour le sans plomb (+1,2 centime) à 1,6292 euro.

L'essence est ainsi à ses plus hauts niveaux depuis la deuxième semaine de mai, mais elle reste neuf centimes sous ses records absolus de début avril.

LES BONS PLANS POUR FAIRE SON PLEIN SUR RTL.fr !
LES BONS PLANS POUR FAIRE SON PLEIN SUR RTL.fr !" src="http://media.rtl.fr/online/image/2012/0807/7751468842_les-bons-plans-pour-faire-son-plein-sur-rtl-fr.jpg" style="float:center;">

Bloquer les prix ?

Les prix à la pompe en France, après leurs pics de la fin de l'hiver, avaient ensuite reflué sous l'effet de la baisse des prix du pétrole brut, ce qui avait poussé le gouvernement Ayrault à ne pas appliquer le blocage temporaire des prix à la pompe promis par François Hollande lors de la campagne présidentielle.

Le prix des carburants avait ensuite regrimpé en juillet, avec l'effet conjugué de la hausse du baril et de la nette baisse de l'euro face au dollar, qui renchérit mécaniquement le cours du pétrole pour les Européens.

En euro, le baril a ainsi continué à augmenter la semaine dernière, selon les relevés de l'Union française des industries pétrolières (Ufip).

Cette remontée du brut et des prix à la pompe a poussé le ministre de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici à confirmer que le dispositif promis par François Hollande était toujours d'actualité et que le gouvernement n'excluait pas de l'appliquer si nécessaire. 

"En fonction de l'évolution des prix dans les semaines à venir, le gouvernement examinera toutes les options à sa disposition et n'exclut aujourd'hui aucune possibilité d'action, notamment un blocage temporaire des prix, tel que proposé durant la campagne présidentielle", indique le ministre dans un communiqué.

par La rédaction numérique de RTL
Suivez La rédaction numérique de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
Commentaires Avec Bell & Ross

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous