3 min de lecture Divertissement

Lundi 27 janvier 2014 : Les grandes affaires criminelles du Rail

" A l'instar du chemin de fer, la criminalité ferroviaire a sa propre mythologie. Et ses noirs héros, victimes ou criminels, anarchistes ou militaires, gangsters ou terroristes, les Saint Leger Goold, les Albert Prince, les Carbone et les Spirito. C'est à un train d'enfer qu'ils assouvirent leurs desseins crapuleux, politiques ou passionnels : attaques de diligences, braquages de convoyeurs, casses épiques et affaires de malles sanglantes, attentats séditieux ou encore chantages au terrorisme. "

Attentats, meurtres ou encore braquages, les rails sont parfois le théâtre de terribles crimes
Attentats, meurtres ou encore braquages, les rails sont parfois le théâtre de terribles crimes

Bonjour à tous !

Tout le monde a en tête « le crime de l’Orient Express » d’Agatha Christie ou, plus près de nous, le film de Costa Gavras « Compartiment tueur ». On a eu envie de savoir ce qu’il en était dans la réalité.

À lire aussi
Une personne avant le concert d'Ariana Grande à Manchester, le 22 mai 2017 terrorisme
Manchester : le divertissement, une nouvelle fois la cible des terroristes

Mon invité, Jean-François Miniac, scénariste et dessinateur, est littéralement fasciné par le sujet.
Avec lui nous allons remonter le temps, depuis l’été 1984 où un mystérieux groupe terroriste « M5 » a fait trembler la France avec ses attentats contre des gares, à Lyon, à Grenoble, à Annecy.
On évoquera la mystérieuse affaire de la mort du conseiller Prince, retrouvé déchiqueté sur une voie de chemin de fer près de Dijon, à l’époque du scandale Stavisky.
Dans les « incontournables », nous vous raconterons une affaire de malle sanglante qui plonge les enquêteurs de la sûreté parisienne dans le milieu des collectionneurs de timbres.

Bref, nous constaterons que la fameuse phrase gravée sur les vitres des compartiments de chemin de fer « E pericoloso sporghersi » est toujours d’actualité !

Jacques Pradel


L'affaire Albert Prince à la une de Détective

Le 19 février 1934, Albert Prince, conseiller de la section financière du Procureur de la République de Paris, est appelé au chevet de sa mère à Dijon. Le lendemain, on retrouve le corps d'Albert Prince déchiqueté, attaché aux rails du kilomètre 311 de la voie ferrée Paris-Dijon à La Combe-aux-Fées. Le conseiller, qui avait enquêté sur Alexandre Stavisky, est vraisemblablement tombé dans un guet-apens. L'affaire est classée en 1937 mais rebondit en 1944 au moment de l'éxécution de Pierre Bonny, condamné pour des faits de collaboration. Peu avant d'être fusillé, celui-ci confie être responsable de l'assassinat d'Albert Prince. Un assassinat commis "pour défendre la République"...


Pour le sénateur Jacques Duclos, l'OAS pourrait être derrière l'attentat de Vitry-le-François

Le 18 juin 1961, le rapide Strasbourg-Pris déraille au niveau de Vitry-le-François. 99 personnes sont blessées. Selon les premières conclusions des enquêteurs, il s'agit d'un accident. Mais la thèse du sabotage n'est tout de même pas écartée, d'autant plus que le chef de gare de Vitry-le-François avait reçu, quelques semaines auparavant, des menaces d'attentat. Le lendemain du drame, un sabotage est déjoué à Villeret dans l'Aube. L'enquête dure de longs mois. Certains soupçonnent l'OAS d'être responsable du sabotage de Vitry-le-François. C'est le cas du sénateur Jacques Duclos qui s'exprime sur ce sujet devant le Sénat en décembre 1961. Deux ans plus tard, la Cour de Sûreté prononcera pourtant un non-lieu et la SNCF sera rendue responsable des conséquences de l'attentat et condamnée à verser une indemnisation aux victimes.


La gare Lyon-Perrache, touchée par un attentat

Le 13 août 1984, une bombe explose dans un casier de la consigne de la gare Lyon-Perrache. Trois jours plus tard, c'est Annecy qui est touchée par un attentat. L'AFP reçoit rapidement une revendication d'une organisation jusqu'ici inconnue : le M5. Le groupe, qui se dit hostile à la politique du gouvernement, menace d'une troisième action si l’État ne lui verse pas 3 milliards de centimes. Le lendemain, un troisième attentat a lieu. Cette fois-ci à Grenoble. Une bombe explose dans un photomaton de la gare. Le M5 reste silencieux pendant plusieurs jours, avant un autre appel à l'AFP et une nouvelle menace de récidive. Les responsables sont finalement arrêtés après 11 jours d'enquête. Thierry Maitret et Claude Vallot seront condamnés respectivement à la perpétuité et à 20 ans de prison au terme de leur procès en novembre 1988 devant les Assises de Haute-Savoie.


"Les grandes affaires criminelles du Rail", paru aux éditions De Borée

Invité : Jean-François Miniac, scénariste et dessinateur, auteur du livre " Les grandes affaires criminelles du Rail " (Ed. De Borée)

Lire la suite
Divertissement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7771230724
Lundi 27 janvier 2014 : Les grandes affaires criminelles du Rail
Lundi 27 janvier 2014 : Les grandes affaires criminelles du Rail
" A l'instar du chemin de fer, la criminalité ferroviaire a sa propre mythologie. Et ses noirs héros, victimes ou criminels, anarchistes ou militaires, gangsters ou terroristes, les Saint Leger Goold, les Albert Prince, les Carbone et les Spirito. C'est à un train d'enfer qu'ils assouvirent leurs desseins crapuleux, politiques ou passionnels : attaques de diligences, braquages de convoyeurs, casses épiques et affaires de malles sanglantes, attentats séditieux ou encore chantages au terrorisme. "
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/l-heure-du-crime-lundi-27-janvier-2014-les-grandes-affaires-criminelles-du-rail-7771230724
2014-01-23 16:20:00
http://media.rtl.fr/cache/6aC9NScPuttbrNCRzlWvhw/330v220-2/online/image/2014/0123/7769089009_attentats-meurtres-ou-encore-braquages-les-rails-sont-parfois-le-theatre-de-terribles-crimes.jpg