L'affaire Maurice Agnelet

REPLAY - En avril 2014, Maurice Agnelet comparait devant la cour d’assises d’Ille et vilaine. C‘est la troisième fois que cet ancien avocat est jugé pour l’assassinat de sa maîtresse, Agnès le Roux.

>
L'affaire Maurice Agnelet Crédit Média : Jacques Pradel Télécharger

Vous pouvez à tout moment soumettre une affaire à Jacques Pradel. Laissez votre message avec les principales informations nécessaires à l'équipe de l'émission pour programmer, peut-être prochainement, ce fait-divers dans L'Heure du Crime.

L'édito de Jacques Pradel

Nous revenons aujourd’hui sur l’ultime procès de Maurice Agnelet, condamné définitivement en 2014 pour le meurtre d’Agnès Leroux.

C’était une énigme à la Dallas : Agnès Leroux, riche et belle héritière, âgée de 29 ans, disparaît à la Toussaint 1977, en pleine guerre des casinos à Nice. On ne retrouvera jamais aucune trace de cette jolie brune un peu fantasque, parfois suicidaire et très amoureuse d’un avocat à la réputation sulfureuse, Maurice Agnelet….

Accusé par la mère d’Agnès, Renée Leroux, propriétaire du casino « Le Palais de la méditerranée », d’avoir tué sa fille, Jean-Maurice Agnelet a d’abord été acquitté en 2006, dans cette affaire sans cadavre et sans témoins, puis il a été condamné à 20 ans de prison en 2007, 30 ans après la disparition d’Agnès Leroux…

Mais, la Cour Européenne des Droits de l’Homme a considéré que ce procès avait été « inéquitable » et Maurice Agnelet s’est donc retrouvé devant la cour d’assises de Rennes, pour un procès « de la dernière chance ». Il a été condamné à 20 ans de réclusion le 11 avril 2014.

Mon invitée, Pascale Robert-Diard, chroniqueuse judiciaire au journal Le Monde raconte dans un livre passionnant cet ultime procès au cours duquel Guillaume Agnelet, l’un des fils de l’accusé, a révélé qu’il savait depuis longtemps que son père avait tué Agnès Leroux…. Sa déposition a fait basculer le procès !

La disparition d'Agnès Le Roux, à la Toussaint 1977

Le 27 octobre 1977, Agnès Le Roux, l'héritière du Palais de la Méditerranée, disparaît mystérieusement, sur fond de guerre des casinos. Son corps n'a jamais été retrouvé, ni sa voiture et l'affaire a donné lieu à un feuilleton judiciaire de plus de 38 ans. 

Quelques mois avant sa disparition, Agnès Le Roux avait trahi sa famille en vendant ses parts du casino à son concurrent direct, Jean-Dominique Fratoni, patron du Ruhl à Nice. Un geste qu'elle effectue par amour pour Jean-Maurice Agnelet, un avocat chargé par Fratoni de séduire la fille de Renée Le Roux. Très rapidement, elle verse deux millions de francs sur un compte commun partagé par son amant. Nous sommes le 30 juin, quatre mois plus tard, Agnès Le Roux ne donne plus signe de vie.

L'enquête commence quelques mois plus tard, au début de l'année 1978. Mais ce n'est seulement qu'en septembre qu'un événement alerte la police : Maurice Agnelet transfère l'argent du compte commun sur un compte à son nom et signe une procuration pour sa nouvelle maîtresse, Françoise Lasseure

Un feuilleton judiciaire de plus de 38 ans

Agnelet est mis en garde à vue, puis relâché grâce à un alibi fourni par sa maîtresse. Il est inculpé d'homicide volontaire et d'abus de confiance en 1983, écroué avant d'être libéré le 17 février 1984 et de bénéficier d'un non-lieu le 30 septembre 1985. En juin 1999, Françoise Lasseure revient sur ses déclarations, le dossier est rouvert en 2000. Le 26 octobre 2005, Maurice Agnelet est renvoyé devant la Cour d’assise des Alpes Maritimes : il est finalement acquitté, faute de preuves, en décembre 2006. Mais, le parquet fait appel de la décision de la cour d’assises.

En octobre 2007, c'est un véritable coup de théâtre, la cour déclare Maurice Agnelet coupable d'assassinat et le condamne à 20 ans de réclusion criminelle. Il se pourvoit alors en cassation. En 2008, son pourvoi en cassation est rejeté, il saisit alors la Cour européenne des droits de l'homme. En janvier 2013, cette dernière condamne la France, elle estime que le verdict rendu dans le procès Agnelet n'a pas été motivé. La Cour de cassation ordonne un troisième procès et Jean-Maurice Agnelet est libéré. 

Jean-Charles Le Roux et l'avocat de la famille Le Roux Hervé Temime, ici le 10 avril 2014, ont salué la condamnation de Maurice Agnelet.

Le procès s'ouvre fin mars 2014, et est rapidement perturbé par un nouveau rebondissement. Le fils de Jean-Maurice, Guillaume, accuse son père du meurtre dans un témoignage poignant, qui sera déterminant. Le 11 avril 2014, Maurice Agnelet est condamné à 20 ans de prison. Le lendemain, il se pourvoit en cassation. La cour rend sa décision le 8 juillet 2015 : le pourvoi est rejeté, il n'y aura pas de quatrième procès. C'est la fin d'un feuilleton judiciaire de plus de 38 ans.

Nos invités

Pascale Robert-Diard, journaliste au Monde, auteure du livre La déposition (éditions L'iconoclaste).

La déposition
L'équipe de l'émission vous recommande
par Jacques Pradel
Suivez Jacques Pradel sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781446669
L'affaire Maurice Agnelet
L'affaire Maurice Agnelet
REPLAY - En avril 2014, Maurice Agnelet comparait devant la cour d’assises d’Ille et vilaine. C‘est la troisième fois que cet ancien avocat est jugé pour l’assassinat de sa maîtresse, Agnès le Roux.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/l-affaire-maurice-agnelet-7781446669
2016-01-19 11:37:00
http://media.rtl.fr/cache/dxT0rqNVBzIZg0a40Uk3-Q/330v220-2/online/image/2014/0411/7771106494_maurice-agnelet-a-ete-condamne-a-20-ans-de-prison-par-la-cour-d-assises-de-rennes-le-11-avril-2014.jpg