Cindy, 5 ans, retirée "par surprise" à sa famille d'accueil

Dans le Gers, une fillette de 5 ans a été retirée "par surprise" à sa famille d'accueil au motif que des liens trop forts s'étaient créés. Ses parents de coeur en avaient la garde quasiment depuis sa naissance. Mercredi, ils ont accompagné Cindy à l'unité territoriale d'action sociale de Condom, où elle devait être présentée à une autre famille d'accueil car il fallait "casser le lien affectif". Une assistante sociale leur a dit qu'ils ne la reverraient finalement pas. Séverine et François Boyer sont révoltés.

François Boyer, le "père d'accueil" de Cindy, a ouvert une page Facebook pour exposer sa situation
Crédit : Capture d'écran Facebook
François Boyer, le "père d'accueil" de Cindy, a ouvert une page Facebook pour exposer sa situation

"On n'a même pas pu lui dire au revoir, on ne sait pas où elle est", s'est désolée Sévrine Boyer, 33 ans, quelques heures après avoir accompagné Cindy à l'unité territoriale d'action sociale de Condom. "On revient dans une heure et vous la récupérerez" jusqu'à vendredi, a-t-on déclaré au couple. Mais après un moment, une personne est venue leur dire dans la salle d'attente qu'ils pouvaient rentrer chez eux, qu'ils "ne la reverraient plus".

Invité de "RTL Midi" jeudi, le patron du département, le socialiste Philippe Martin, a justifié sa position. Le Conseil Général avait fait savoir mercredi dans un communiqué que "ce choix a fait l'objet d'un travail social sérieux et minutieux en concertation avec tous les acteurs de l'enfance - assistante sociale, médecins, éducateurs, psychologue et cadre de l'Aide sociale à l'enfance". Cette décision, ajoute-t-il, n'a comme seul objectif que "l'intérêt supérieur de l'enfant".

Le couple, qui a déjà accueilli une dizaine d'enfants, s'était vu confier Cindy à l'âge de deux mois et demi, sa mère ne pouvant assumer sa garde. Après quelques mois, selon madame Boyer, le couple aurait été convoqué par le Conseil général, qui avait fait miroiter une possibilité d'adoption. Mais les rapports avec les services sociaux se sont dégradés ces deux dernières années, et Cindy devait même aller passer ses week-ends ces derniers temps dans une autre famille, a encore précisé la mère d'accueil.

Lundi, a-t-elle encore noté, on leur a annoncé qu'on "leur laissait un mois avant que la petite ne leur soit retirée", puis tout s'est accéléré lorsqu'ils ont mis la presse au courant et ont développé leurs protestations sur Facebook, avec des détails confidentiels aux yeux de l'administration.

(Avec dépêche)


par Patrick TejeroJournaliste RTL
Suivez Patrick Tejero sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
Commentaires Avec Bell & Ross

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous