Ségolène Royal : "Et si j'étais la meilleure candidate écolo pour 2012 ?" (vidéo)

La présidente socialiste de la région Poitou-Charentes répondait mardi matin aux questions de Jean-Michel Aphatie. Ségolène Royal s'est demandée si elle ne serait pas "la meilleure candidate écologiste à l'élection présidentielle". Auparavant, elle avait longuement défendu sa position sur la taxe carbone proposée par le gouvernement, un impôt qu'elle trouve injuste. Rejetant les critiques des écologistes, elle s'est targuée d'avoir "rompu la loi du silence" qui aurait permis l'adoption "d'un impôt de plus sur l'essence, le gasoil, le fioul".

>
La présidente socialiste de la région Poitou-Charentes répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie Crédits Média : Jean-Michel Aphatie | Durée : | Date :
1/

Ecouter aussi :
- Michel Rocard défend la taxe carbone
- La taxe carbone ne fait pas non plus l'unanimité à l'UMP
- La taxe carbone de l'UMP divise le PS
- Ségolène Royal : un petit tour et puis s'en va


Jean-Michel Aphatie : Bonjour, Ségolène Royal.

Ségolène Royal : Bonjour, monsieur Apathie.

Le projet d'une taxe carbone divise la Droite et divise la Gauche. On sait que vous êtes opposée à cette taxe. Ségolène Royal, ce que vous reprochez vivement hier soir sur RTL, le député écologiste Noël Mamère : "Elle a du lire les sondages et sombrer dans les délices empoisonnés du populisme pour faire ce genre de déclarations qui portent un coup de poignard terrible à la question de la fiscalité écologique". Coup de poignard...

J'ai dit une vérité qui dérange... Toutes ces réactions plus ou moins excessives prouvent bien que j'ai raison.

Ah bon ?

J'ai raison, oui pourquoi.Vous le savez bien d'ailleurs Jean-Michel Apathie. Est-ce que oui ou non lorsque vous allez prendre votre scooter ou votre voiture, je crois que vous roulez en scooter... Vous allez mettre du carburant.

Je vends mon scooter...

... Et que vous allez payer un impôt supplémentaire parce que on parle de taxe carbone, de contribution écologique, enfin il s'agit d'un impôt - que les auditeurs nous comprennent bien - qu'un impôt de plus sur l'essence, le gasoil et le fuel.

C'est la fiscalité écologique. C'est ça la fiscalité écologique !

Non, c'est pas la fiscalité écologique... Une fiscalité écologique, c'est une fiscalité qui permet aux gens de changer de comportement. Est-ce que oui ou non aujourd'hui, vous pouvez changer votre voiture électrique non polluante ? La réponse est non...

Donc ce que vous dîtes, c'est trop tôt.. Ne dites pas que vous êtes contre le principe. Alors vous dites pas maintenant...

Je ne suis pas contre le principe. D'abord premièrement, le réchauffement climatique, je crois, est une crise humanitaire considérablement, extrêmement grave et il faut faire quelque chose. Deuxièmement, il faut faire quelque chose pour changer les comportements. C'est à dire changer de civilisation. Et pour cela, il faut une fiscalité ou des décisions écologiques ou des systèmes de bonus aussi. Parce que ce qu'il faut faire, c'est rendre plus cher ce qui pollue que ce qui ne pollue pas. Soit en augmentant les impôts sur ce qui pollue, à condition qu'on puisse effectivement changer le comportement. C'est-à-dire accéder aux énergies renouvelables ou accéder à des transports propres : les transports en commun ou la voiture électrique. Et lorsque les gens auront la liberté de choix, à ce moment là, on pourra mettre une fiscalité écologique.

Vous dîtes presque la même chose que Christine Lagarde, qui disait : "On mettra une taxe de 15 euros pour commencer sur la tonne de CO2 qui est faible, parce qu'on attend que la voiture électrique arrive". Vous n'êtes pas loin l'une de l'autre ?...

C'est inadmissible de faire payer aujourd'hui les gens qui n'ont pas la possibilité de prendre les transports en commun, qui ne peuvent pas encore acheter de voiture électrique...

Et vous ne croyez pas au chèque vert qui restituerait le produit de la taxe ?...

Vous avez déjà vu vous, un impôt qu'on restitue ! Qu'on commence déjà par supprimer le bouclier fiscal déjà. Ça serait déjà..

Ça, c'est autre chose...

Qu'est-ce qui se passe aujourd'hui ?

Pourquoi ça vous dérangeait ?

Qu'est ce qui se passe ? Pourquoi ça dérange ? Parce qu'il y avait un consensus mou de toute la classe politique, y compris d'ailleurs de Noël Mamère...

Et y compris les socialistes...

Mais y compris les socialistes, pour dire : "On va se repeindre en vert, on va se donner bonne conscience" en adhérant à un impôt qui n'a rien d'écologique, tant qu'il n'y a pas la liberté de choix pour le consommateur de changer. Et pourquoi est-ce que ça dérange que ce soit moi qui le dise. C'est parce que je suis la seule responsable politique à avoir été à la fois, ministre de l'Environnement et avoir fait une taxation écologique qui a été très efficace sur les déchets. J'en ai fait deux des taxations écologiques : l'une sur les déchets, ça a été extrêmement efficace, puisque toutes les décharges sauvages ont été résorbées. J'ai mis fin au trafic de déchets. Souvenez-vous des camions de déchets qui franchissaient les frontières. Et en taxant le non-traitement des déchets, j'ai abouti non seulement à résoudre ce problème, mais en plus de faire de la France et de ses filières industrielles, la première Nation française sur la compétence et la compétitivité dans ce domaine. Autrement dit, la fiscalité écologique elle est bonne si elle permet grâce à une liberté de choix, à changer ses comportements - si elle est juste - c'est à dire, si ce sont vraiment les pollueurs, les gros pollueurs qui payent, et troisièmement, si elle permet le développement de filières économiques qui sont l'une des clés d'ailleurs de la sortie de crise...

Heureusement que vous êtes...

Et pourquoi je dérange aussi, pourquoi je dérange ?...

Vous n'êtes pas modeste ce matin !...

Non, je ne suis pas modeste !

Vous n'êtes pas modeste. Vous dérangez...Vous êtes seule... Vous avez tout fait bien avant... Vraiment vous n'êtes pas dans la modestie ce matin...

Oui, c'est pour ça que ça gêne, y compris certains Verts, qui pour des raisons idéologiques répètent "taxe carbone, taxe carbone, taxe carbone", sans s'interroger sur l'efficacité de cette taxe carbone. Et moi, je leur dis à ceux des Verts, et beaucoup aujourd'hui critiquent la taxe carbone qui se préparent. Ils ne sont pas unanimes sur cette question-là. Je leur dis qu'il serait très dangereux que l'écologie serve de prétexte à créer de nouveaux impôts parce qu'un jour les gens seront dégoûtés. Et ce n'est pas comme ça qu'on fait adhérer les citoyens à l'écologie. Et pourquoi je dérange aussi ?...

Parce que ?

Parce que moi, j'ai joint les actes à la parole. Et aujourd'hui la région que je préside vient d'être reconnue comme la première région d'Europe pour l'énergie alternative et pour son plan photovoltaïque avec 600.000 m² de panneaux photovoltaïque dans la région. C'est-à-dire que les agriculteurs, les industriels, les collectivités territoriales, les particuliers sont prêts à s'engager dans une politique énergétique nouvelle, pour peu qu'on leur en donne les moyens et qu'on les y encourage positivement. C'est ça la vraie conception de l'écologie !

Vous êtes seule. Vous êtes seule contre tous, Ségolène Royal...

Sauf que je vois que de plus en plus de voix s'élèvent aujourd'hui dans les domaines de l'environnement, dans les associations environnementales, chez les consommateurs, chez les parlementaires, au sein du Parti socialiste. Et vous verrez demain, au sein du gouvernement. Vous allez voir, monsieur Apathie. Je prends aujourd'hui les paris avec vous, parce que j'ai rompu une certaine loi du silence, le gouvernement va être obligé de revoir sa copie, parce que les Français n'acceptent pas qu'on instrumentalise l'écologie pour leur faire payer un nouvel impôt uniquement parce que les caisses de l'état sont vides et qu'il faut les remplir.

Vous avez expliqué longuement votre position sur la taxe carbone. Êtes-vous favorable aux primaires que va instaurer le Parti socialiste en prévision de la prochaine élection présidentielle ?...

Bien, je crois que c'est un secret pour personne. Ça fait très longtemps que j'ai proposé les primaires, des primaires ouvertes. Que le Parti socialiste doit ouvrir ses portes et ses fenêtres. Qu'il doit changer pour que le monde change. Vous connaissez tout le cela, on s'en souvient. Donc bien évidemment aujourd'hui, bien sûr il faut faire converger toute les forces progressistes, toutes celles qui veulent que ça change, toutes celles qui n'acceptent pas le recul des acquis sociaux. Toutes celles qui veulent concevoir un nouveau modèle de croissance, un nouveau modèle de civilisation. Et plus, en effet, la première phase de cette étape sera forte, plus il y aura de citoyens qui viendront dans cette démarche participative venir désigner leur candidat, plus en effet, ce candidat, cette candidate... sera fort...

Vous savez déjà si vous participerez à cette finale, Ségolène Royal. Vous savez déjà si vous serez candidate à ces primaires ?

Je crois que ce n'est pas le moment de le dire, compte tenu de tout ce qu'on vient de dire, je vais faire - comment dirais je ?... Ce n'est pas une plaisanterie d'ailleurs. Je crois qu'on peut-être très heureux sans être candidat à l'élection présidentielle, première chose. Mais je me demande finalement, compte tenu de tout ce que j'entends, je ne serai pas la meilleure candidate écologiste à l'élection présidentielle ?... Qu'est ce que vous en pensez, monsieur Apathie ?...

Je vais y réfléchir...

Et bien moi aussi, je vais y  réfléchir.

Et bien voilà, nous allons réfléchir tous les deux. Martine Aubry, première secrétaire du Parti socialiste, a promis ce week-end que la règle du non-cumul des mandats s'appliquerait aux élus du Parti socialiste, mais elle a précisé ceci : "Pour les élections régionales de mars 2010, trop tard on ne change pas au milieu du gué. On imposera le non cumul après". C'est trop tard pour 2010 Segolène Royal ?...

En tous cas, c'est embêtant. C'est embêtant toujours ce grand écart entre les discours et les actes. Ca fait des années qu'on fait applaudir les militants sur le non-cumul des mandats, donc à un moment, il va bien falloir passer à l'acte. Parce que sinon, quelle est la crédibilité de la parole politique ? Donc là, je propose, puisque les militants vont être saisis, là par un vote au 1er octobre, que ce soit eux qui décident, si oui ou non, ce non cumul sera applicable aux prochaines régionales.

Ségolène Royal, qui dérange et qui réfléchit, était l'invitée de RTL.

par Jean-Michel AphatieJournaliste RTL
Suivez Jean-Michel Aphatie sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
5927225578
Ségolène Royal : "Et si j'étais la meilleure candidate écolo pour 2012 ?" (vidéo)
Ségolène Royal : "Et si j'étais la meilleure candidate écolo pour 2012 ?" (vidéo)
La présidente socialiste de la région Poitou-Charentes répondait mardi matin aux questions de Jean-Michel Aphatie. Ségolène Royal s'est demandée si elle ne serait pas "la meilleure candidate écologiste à l'élection présidentielle". Auparavant, elle avait longuement défendu sa position sur la taxe carbone proposée par le gouvernement, un impôt qu'elle trouve injuste. Rejetant les critiques des écologistes, elle s'est targuée d'avoir "rompu la loi du silence" qui aurait permis l'adoption "d'un impôt de plus sur l'essence, le gasoil, le fioul".
http://www.rtl.fr/actu/segolene-royal-et-si-j-etais-la-meilleure-candidate-ecolo-pour-2012-video-5927225578
2009-09-01 12:02:00