Eric Besson : "Tepco a demandé l'aide d'EDF, d'Areva et du CEA"

Le ministre de l'Industrie, de l'Energie et de l'Economie numérique, répondait lundi matin aux questions de Jean-Michel Aphatie. L'exploitant de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima, Tepco, a demandé "l'appui" de groupes industriels publics français pour faire face à la crise sur ce site, a déclaré Eric Besson, pour qui la situation est "critique". "On a du mal à savoir quelle est très exactement la situation", a déclaré le ministre, qui a ajouté que "quand il y aura le retour d'expérience" des groupes français, "on en saura plus".

Eric Besson sur RTL le 24 novembre 2010
Crédit : La rédaction de RTL
Eric Besson sur RTL le 24 novembre 2010
L'Invité de RTL >
Eric Besson, ministre de l'Industrie, de l'Energie et de l'Economie numérique : "Tepco a demandé l'aide d'EDF, d'Areva et du CEA" Crédits Média : Jean-Michel Aphatie | Durée : | Date :
1/

Ecoutez aussi sur RTL.fr : Le réacteur n°2 de Fukushima serait en train de fondre

Jean-Michel Aphatie : Bonjour, Eric Besson.

Eric Besson : Bonjour, Jean-Michel Aphatie.

Confirmez-vous que le réacteur numéro 2 de la centrale de Fukushima est en train de fondre ?

Je ne le sais pas. Je sais que la situation est extrêmement critique, extrêmement sérieuse, et je vois bien que l'opération Tepco n'a pas réussi depuis huit jours à stabiliser la situation et que nous avons des relâchements de radio nucléides importants, mais on a du mal à savoir quelle est très exactement la situation. On en saura peut-être un petit peu plus dans les heures qui viennent, parce que Tepco, pour la première fois, je m'en réjouis, il y a 36 heures, a demandé l'appui des industriels français concernés, en la circonstance EDF, Areva et le CEA. Je trouve que c'est une bonne nouvelle qu'il le fasse.

Bonne nouvelle et mauvais signe : Tepco, dépassé par la situation.

Tepco en difficulté. Quand il y aura le retour d'expérience, on en saura plus sur ce qu'auront été ces huit jours exactement.

Cette catastrophe est-elle une déstabilisation pour l'industrie nucléaire ?

Elle est une difficulté pour l'ensemble de l'industrie française. Je vais cet après-midi recevoir tous les industriels qui sont implantés au Japon pour faire avec eux le point de la situation. Vous savez que dans le secteur de l'automobile, le secteur de l'électronique pour les composants, nous avons beaucoup d'approvisionnements en provenance du Japon, et je vais faire le point avec les industriels pour voir comme nous pouvons gérer cette phase de transition difficile pour eux.

Ca n'est pas plus qu'une difficulté pour l'industrie nucléaire, ce qui se passe à Fukushima ?

C'est une difficulté objectif à laquelle nous avons déjà répondu. Je vous signale que lundi dernier, il y a une semaine, j'ai présenté à Bruxelles une proposition sur la façon dont nous devions organiser des tests de sûreté de toutes les centrales existantes. Je l'ai présentée au nom de la France. Et que vendredi, les chefs d'Etat et de gouvernement ont adopté la résolution française, les propositions françaises. Ca veut dire tout pour la sûreté, aller vers ce qu'on appelle la troisième génération, la sûreté absolue. Maintenant si votre question est : pouvons-nous en France et en Europe nous passer du nucléaire. Ma réponse personnelle est non.

Ca n'était pas ma question, mais nous avons votre réponse Eric Besson

Oui, mais elle était tellement implicite que j'ai voulu aller aux devants de vos désirs.

Alors maintenant, répondez à mes désirs : quelle analyse, quelle raison d'après vous explique la défaite de l'UMP aux élections cantonales ces deux dimanches derniers.

Je crois d'abord qu'il y a, et Alain Duhamel y faisait allusion à juste titre un mécontentement général de tous les Européens, et même dans le monde. L'onde de choc de la crise touche tous les gouvernements. Regardez la situation d'Angela Merkel, de Barack Obama, de Jose Luis Zapatero, de José Socrates au Portugal, de Gordon Brown qui a disparu de la scène politique, l'onde de choc de la crise que nous avons connue il y a deux ans et demi a touché tous les gouvernements.

Alain disait aussi qu'il y avait une spécificité française dans le mécontentement.

Il y a une spécificité française.

Alors parlons-en.

Il y a une spécificité française. Les Français effectivement doutent de la mondialisation. Ils doutent de l'Europe. Pour une partie d'entre eux, ils ont peur de l'étranger, de l'islam, d'un certain nombre de questions qui ont été abordées ces derniers jours. Il faut réintroduire, redonner confiance. Moi, je vois deux objectifs prioritaires : l'emploi et la République. L'emploi, parce qu'à l'évidence le vote FN peut être juxtaposé à la carte du chômage et de la pauvreté en France. Il y a un lien évident entre social et FN malheureusement au regard de ces élections. Et deuxièmement la République, parce que je crois que nous devons réintroduire un pacte républicain auquel adhèrent les Français, fait d'un équilibre scrupuleux, exigeant entre des droits et des devoirs, et que là est la clé. Il n'y a pas à aller entre guillemets draguer quelques valeurs que ce soient du FN. Il y a à réaffirmer un axe républicain, une orientation républicaine stricte, parfois très exigeante.

Pensez-vous que les déclarations de Claude Guéant, auxquelles justement Alain faisait allusion, vous ont aidé ou ont plutôt aidé le FN ?

Je ne sais pas. C'est pas les déclarations de Claude Guéant qui importent. Ce qui importe, ce sont...

... C'est ma question tout de même. Vous pouvez ne pas répondre à ma question, mais je la croyais moi importante. Je vous parle des déclarations de Claude Guéant, par exemple, a dit que "les Français veulent que la France reste la France", ou bien "les Français ne se sentent plus chez eux". Ces déclarations ont aidé les candidats de l'UMP ou ont desservi les candidats de l'UMP ?

Il y a une forme d'auto-flagellation chez nous. Je reviens de Tunisie. Si vous entendez il faut que la Tunisie reste la Tunisie, ca ne choque personne. Allez au Brésil, dîtes il faut que le Brésil reste le Brésil, ça ne choque personne.

Ce n'est pas que ça choque, ca veut dire que la France est menacée de ne plus être la France, Eric Besson ? C'est ça ce que ça veut dire ?

Il disait scrupuleusement que dans un certain nombre de quartiers, du fait de l'immigration illégale, les Français n'ont plus le sentiment d'être chez eux. Ca n'est pas vrai globalement en France. C'est incontestable dans un certain nombre de quartiers.

Et ces déclarations ont servi les candidats de l'UMP ou les ont desservis ?

Je ne le sais pas. Je ne suis pas suffisant spécialiste pour en une nuit tirer les leçons du scrutin. Je vous dis simplement que sur le fond, cette question là sera posée. Et je dis que tous ceux qui croient à l'intégration doivent défendre l'immigration légale et lutter contre l'immigration illégale qui fait beaucoup de dégâts dans notre pays et qui se retourne y compris contre les étrangers.

Mais cela fait des années que vous lutter contre l'immigration illégale.

Oui, ça fait des années. Mais c'est pas pour autant que c'est facile, parce que regardez ce qui se passe, quand un certain nombre de migrants étrangers en situation irrégulière viennent par exemple à Lampedusa, ils disent en même temps que c'est en France qu'ils ont envie d'aller. Alors, c'est une forme de reconnaissance de notre modèle social, mais c'est une difficulté objective : il faut essayer de la traiter lucidement, ne pas la nier, sans déraper, et sans faire d'amalgame. Voilà c'est ce qu'il faut faire.

Sans déraper...

Oui, bien sûr sans déraper. Il y a eu par le passé un certain nombre de dérapages sur ces questions

Pas Claude Guéant ?

Non, je ne pensais pas à Claude Guéant...

L'UMP va-t-elle éclater Eric Besson ?

Je ne le crois pas. Bien évidemment, nous devons tirer les leçons d'un scrutin qui est une déception pour l'UMP. Il faut pas dévier d'un axe qui est très simple, ce que je vous disais à l'instant. L'emploi, la République. Ne pas se perdre dans les polémiques inutiles et faire qu'en 2011, nous répondions aux attentes de nos concitoyens.

Jean-Louis Borloo ne va pas vous quitter ?

Je ne le crois pas, mais c'est à lui que ça appartient.

La réélection de Nicolas Sarkozy est-elle en péril, Eric Besson ?

Je ne le crois pas non, mais le dire aujourd'hui ca paraitrait de la forfanterie donc je vais faire preuve de modestie.

Vous allez dire quoi alors...

... Eh bien ça veut dire que je pense qu'il conserve encore beaucoup d'atouts entre les mains et je considère qu'un certain nombre de choses qu'il fait bien. Il y a dix jours, le gouvernement économique de l'Europe dont on n'a pas parlé. Il y a quelques jours alors qu'hier encore, Martine Aubry disait : "On n'entend pas la voix de la France". Mais dans la question libyenne, qui c'est, si ce n'est la voix de la France qui a mené, et qui a organisé la coalition qui intervient aujourd'hui en Libye et qui empêche un dictateur de massacrer son propre peuple.

Vous aimeriez que DSK soit candidat ?

Je ne le sais pas. En tout cas, ce serait un joli match.

Entre ?

Entre Nicolas Sarkozy et DSK.

par La rédaction de RTLJournalistes RTL
Suivez La rédaction de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7672330056
Eric Besson : "Tepco a demandé l'aide d'EDF, d'Areva et du CEA"
Eric Besson : "Tepco a demandé l'aide d'EDF, d'Areva et du CEA"
Le ministre de l'Industrie, de l'Energie et de l'Economie numérique, répondait lundi matin aux questions de Jean-Michel Aphatie. L'exploitant de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima, Tepco, a demandé "l'appui" de groupes industriels publics français pour faire face à la crise sur ce site, a déclaré Eric Besson, pour qui la situation est "critique". "On a du mal à savoir quelle est très exactement la situation", a déclaré le ministre, qui a ajouté que "quand il y aura le retour d'expérience" des groupes français, "on en saura plus".
http://www.rtl.fr/actu/sciences-environnement/eric-besson-tepco-a-demande-l-aide-d-edf-d-areva-et-du-cea-7672330056
2011-03-28 10:20:00
http://media.rtl.fr/cache/iOuPa58Pt-YVd0ceTVAu0g/330v220-2/online/image/2010/1124/7638530149_eric-besson-sur-rtl-le-24-novembre-2010.jpg