Trierweiler laisse entendre que le pouvoir a peut-être cassé sa relation avec Hollande

Toujours en Inde pour son déplacement consacré à la malnutrition, Valérie Trierweiler a accepté de se confier sur sa vie de première dame et sans langue de bois.

Valérie Trierweiler, en Inde, le 27 janvier 2014.
Crédit : AFP
Valérie Trierweiler, en Inde, le 27 janvier 2014.

Le pouvoir pourrait être la raison de la séparation de François Hollande avec Valérie Trierweiler. C'est du moins ce que laisse entendre l'ancienne première dame. En voyage en Inde, elle s'est confiée sans détour à notre reporter sur place.

L'entretien a duré près d'une heure et demi, avec quelques journalistes autour d'un café. L'ex-première dame est soucieuse de rétablir sa vérité. Après deux semaines et demi de silence et au lendemain de sa conférence de presse, elle est apparue très détendue. Tous les sujets ont été abordés, à commencer par sa rupture avec le chef de l’État.

Une rupture et non pas un licenciement

Le mot est important, en réponse à Nathalie Kosciusko-Morizet qui parlait d'un "licenciement". Elle explique qu'il n'y a pas eu de préavis, c'est donc bien une rupture. Pour autant, ses rapports avec le chef de l’État sont restés bons. "Nous ne sommes pas en guerre et nous continuons de nous appeler", explique-t-elle.

Du côté de François Hollande, son entourage confirme qu'il a suivi la conférence de presse et se tient régulièrement informé. "Je ne l'ai pas poussé à devenir président, je n'ai jamais rêvé d'entrer à l’Élysée", raconte Valérie Trierweiler.

Elle a aussi abordé le statut de la première dame : "Cela ne me dérange pas que l'on m'appelle 'ex-première dame', je l'ai été. C'est important qu'il y en ait une à l’Élysée".

Forcément je vais bien aujourd'hui mais dans un mois qui sait

Valérie Trierweiler

Elle a enfin évoqué la suite, tout sauf la politique. "Je suis vaccinée, on ne mesure pas à quel point il y a de la trahison et de l'hypocrisie, on prend des coups sans l'avoir demandé, ce ne sont pas mes codes", confie l'ancienne première dame.

Un retour au journalisme ? "Pourquoi pas", répond Valérie Trierweiler. Et en ce qui concerne l'humanitaire, elle est désormais accro et compte y consacrer tout son temps. Quant à son retour en France, elle l'appréhende : "Forcément je vais bien aujourd'hui mais dans un mois qui sait".

Il est sans doute plus facile de se confier à 12.000 kilomètres de Paris. Elle sait que le retour à la capitale sera forcément compliqué.

>
Trierweiler laisse entendre que le pouvoir a peut-être cassé sa relation avec Hollande Crédit Média : Dominique Tenza
La rédaction vous recommande
par Dominique TenzaJournaliste RTL
Suivez Dominique Tenza sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7769208718
Trierweiler laisse entendre que le pouvoir a peut-être cassé sa relation avec Hollande
Trierweiler laisse entendre que le pouvoir a peut-être cassé sa relation avec Hollande
Toujours en Inde pour son déplacement consacré à la malnutrition, Valérie Trierweiler a accepté de se confier sur sa vie de première dame et sans langue de bois.
http://www.rtl.fr/actu/politique/trierweiler-laisse-entendre-que-le-pouvoir-a-peut-etre-casse-sa-relation-avec-hollande-7769208718
2014-01-28 08:19:00
http://media.rtl.fr/cache/EYWyVh4Vx954o00MNIpHHw/330v220-2/online/image/2014/0128/7769209413_valerie-trierweiler-en-inde-le-27-janvier-2014.jpg