Ségolène Royal s'offre le premier couac du gouvernement Valls au nom de sa liberté de ton

DÉCRYPTAGE - La ministre de l'Écologie a brisé l'unité gouvernementale au nom de sa liberté de ton avant de nuancer ses propos. La dernière controverse d'une habituée des déclarations polémiques.

Ségolène Royal à la sortie du Conseil des ministres mercredi 14 mai 2014
Crédit : AFP
Ségolène Royal à la sortie du Conseil des ministres mercredi 14 mai 2014

Sous Jean-Marc Ayrault, on appelait ça un couac. Ségolène Royal a sorti la sulfateuse dans un entretien à paraître dans Paris Match ce jeudi 15 mai. La ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie y règle ses comptes avec plusieurs membres du gouvernement. 

Sans langue de bois, la numéro 3 dans l'ordre protocolaire des ministres évoque son retour au premier plan et les "boules puantes", la "condescendance" et le "mépris" dont ont fait preuve certains ministres, dont elle préfère taire les noms. 

L'ex-compagne de François Hollande égratigne au passage Michel Sapin sur l'écotaxe et Arnaud Montebourg sur Alstom. Un dossier dans lequel elle s'inscrit dans les pas du président de la République et prend position en faveur de l'option General Electric, à l'inverse du ministre de l'Industrie, qui a clairement affiché sa préférence pour l'offre de Siemens. "Pourquoi vouloir systématiquement faire fuir les investissements étrangers ?", demande-t-elle dans un tacle directement adressé à son collègue de l'Économie.

Le premier couac du gouvernement Valls

Cette divergence de fond sur un dossier majeur, couplée à une sortie bille en tête contre certains membres de l'équipe gouvernementale, a tous les airs du premier cafouillage du gouvernement de Manuel Valls. L'autorité politique du nouveau Premier ministre est pourtant censée trancher avec le déficit en la matière prêté à son prédécesseur, couramment raillé par les médias pour les nombreux couacs qui ont émaillé son mandat.

Dès l'annonce du remaniement le 2 avril dernier, la personnalité de certains membres du gouvernement était source d'inquiétude et d'embarras potentiels pour la majorité. À Bercy, la cohabitation entre Michel Sapin, pro-européen et social-démocrate, et Arnaud Montebourg, chantre de la démondialisation et eurosceptique, promettait d'être électrique.

La troisième controverse de la n°3 du gouvernement

L'étincelle est finalement venue de la liberté de ton de Ségolène Royal. Pas étonnant de la part de celle qui ne s'est jamais gardé de critiquer le gouvernement lorsqu'elle en était écartée. "Ceux qui veulent me museler se trompent. Oui, je parle. C'est ma liberté et je la garderai quoi qu'il arrive", assure-t-elle d'ailleurs dans Paris Match.

Ségolène Royal n'avait pas attendu longtemps pour appliquer la formule. Dès le lendemain de sa prise de fonction au ministère de l'Écologie, elle annonçait, avec sa franchise habituelle, son intention de "remettre à plat" l'écotaxe, ce qui avait provoqué la fronde des Bonnets rouges. L'ex-candidate à la présidentielle de 2007 rallumait ainsi la controverse sur un dossier délicat qui avait mis la Bretagne dans la rue à l'automne 2013.

Quelques semaines plus tard, Le Point révélait le "Décolleté-Gate" en dévoilant l'existence du règlement intérieur draconien qu'aurait imposé la ministre à son personnel à l'hôtel de Roquelaure, qui abrite le ministère de l'Écologie. Parmi les consignes à respecter, l'interdiction au personnel féminin de porter des décolletés n'a pas manqué d'attirer l'attention. Si bien que Ségolène Royal a dû désamorcer la polémique en démentant l'information sur son compte Twitter.

On ne tient pas Royal, "on travaille avec"

Cette fois, la querelle de territoire entre la ministre de l'Écologie et ses collègues de Bercy a débouché sur un rappel à l'ordre par le porte-parole du gouvernement. Stéphane Le Foll a rappelé que la cohésion du gouvernement "est sacrée car elle est la condition de la réussite". 

Ségolène Royal a finalement nuancé ses propos en sortie de Conseil des ministres, assurant que tout allait pour le mieux avec ses collègues et qu'il ne s'agissait que "d'insinuations de presse" et de propos "sortis de leurs contextes". 

Je ne me souviens pas avoir dit des choses comme ça. Si ce n'est sur le ton de la plaisanterie. Il faut laisser chaque niveau d'intervention à sa place.

Ségolène Royal, en sortie de Conseil des ministres

Une opération déminage délicate également relayée par l'entourage de Ségolène Royal, qui insiste pour sa part sur sa proximité avec Manuel Valls et François Hollande. "Sur un dossier comme celui-ci, elle ne prend pas position sans être parfaitement raccord avec le Premier ministre et le Président", veut croire un proche de la ministre. 

En attendant, la "Dame de fer du Poitou" a bel et bien brisé l'unité gouvernementale au nom de sa liberté de ton, illustrant à nouveau sa difficulté à rentrer dans le rang. Car comme l'affirmait l'éditorialiste de RTL Alba Ventura au lendemain de son retour en grâce dans le gouvernement, "on ne tient pas "Ségo". On travaille avec".

>
Ségolène Royal, ou le retour en grâce de la Madone Crédit Image : RTL Crédit Média : RTL
>
Ségolène Royal s'offre le premier couac du gouvernement de Manuel Valls Crédit Image : Damien Rigondeaud Crédit Média : Jérôme Chapuis
La rédaction vous recommande
BenjaminHuepro
par Journaliste RTL
Suivez Benjamin Hue sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7771972862
Ségolène Royal s'offre le premier couac du gouvernement Valls au nom de sa liberté de ton
Ségolène Royal s'offre le premier couac du gouvernement Valls au nom de sa liberté de ton
DÉCRYPTAGE - La ministre de l'Écologie a brisé l'unité gouvernementale au nom de sa liberté de ton avant de nuancer ses propos. La dernière controverse d'une habituée des déclarations polémiques.
http://www.rtl.fr/actu/politique/segolene-royal-s-offre-le-premier-couac-du-gouvernement-valls-au-nom-de-sa-liberte-de-ton-7771972862
2014-05-14 17:57:00
http://media.rtl.fr/cache/v-xvTD4gIuV4kaBLDjOwbw/330v220-2/online/image/2014/0514/7771975176_segolene-royal-a-la-sortie-du-conseil-des-ministres-mercredi-14-mai-2014.jpg