"Etre gouverné par l'argent organisé est aussi dangereux que par le crime organisé"

Ségolène Royal répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie mercredi matin. A quelques heures du Sommet social censé trouver des pistes pour renouer avec l'emploi, l'ex-candidate socialiste à la présidentielle et présidente socialiste de la région Poitou-Charentes a dressé son propre bilan. Et pour cela, elle a cité l'une des phrases choc du président américain Roosevelt : "Etre gouverné par l'argent organisé est aussi dangereux que par le crime organisé".

Ségolène Royal sur RTL le 19 septembre 2011
Crédit : RTL
Ségolène Royal sur RTL le 19 septembre 2011
>
Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charente : "Etre gouverné par l'argent organisé est aussi dangereux que par le crime organisé" Crédits Média : Jean-Michel Aphatie | Durée : | Date :
1/

Bonjour Ségolène Royal
Bonjour

Un sommet de crise se tient à l'Elysée, ce matin. Le Président de la république a expliqué, hier, à Pamier lors de ses voeux à la France Rurale qu'il fallait alléger le coût du travail dans les entreprises pour qu'elles créent à nouveau des emplois. Nicolas Sarkozy a tort ou raison, Ségolène Royal ?
Il a raison. Le problème c'est qu'il l'a dit déjà il y a cinq ans pour se faire élire Président de la république ; et voilà qu'il redécouvre en fin de quinquennat ce qu'il disait en début de quinquennat, ce qu'il aurait dû faire pendant cinq années.

Mieux vaut tard que jamais ?
Non, parce que maintenant c'est trop tard pour passer à l'action. Donc, comme le disait Alain Duhamel avec lequel je suis entièrement d'accord...

Voilà.
... il y a là une sorte de mise en scène. Malgré tout ce que j'attends de ce sommet de crise, c'est une prise de conscience que le système est en faillite, que nous subissons la Finance, la voracité financière et que jamais, cette phrase de Roosevelt n'a eu autant d'actualité : "Etre gouverné par l'argent organisé est aussi dangereux que l'être par le crime organisé."

Comment ne pas être gouverné par l'argent ?
En changeant le système.

Comment changer le système ?
C'est mettre les banques au service des entreprises et les entreprises au service du progrès humain, voilà le bon ordre des choses.Et aujourd'hui, nous subissons l'inverse de cet ordre des choses, c'est-à-dire que les hommes et les femmes sont broyés par des entreprises qui, elles-mêmes, sont broyées par un système financier qui n'a pas été mis en ordre et qui ... parce que le gouvernement et le Président de la république ont raté cette occasion historique de l'année 2008  -je le disais déjà à l'époque dans une relative solitude- lorsque l'Etat a renfloué les banques avec l'argent du contribuable, c'était une occasion historique d'entrer au Capital des banques et de les obliger à faire leur travail, à savoir financer les moyennes entreprises en particulier, celles qui créent de l'emploi et celles qui innovent.

Trouvez-vous un écho de ce que vous dites dans les propos de François Hollande : mettre la Finance au service de l'Economie ? Vous trouvez un écho, non ? dans les propos de François Hollande ?
Oui, puisque cette proposition ...

Vous l'écoutez bien parce que moi je ne l'ai pas vraiment entendue !
Cette proposition était déjà reprise par le projet socialiste, notamment par exemple la création d'une banque publique d'investissements. C'est une proposition que j'avais faite, ça a été intégrée au projet socialiste ... Ca a été intégré ...

Mais ça suffit, ça ?
Il faut, je pense, aller beaucoup plus loin ; et il faut que le candidat socialiste, que François Hollande montre que nous aurons la capacité de changer le système ; et donc, de faire tout de suite la réforme bancaire. Moi je souhaite aussi

Il n'en parle pas beaucoup !
Mais attendez, il va parler dimanche prochain. Je souhaite toujours l'interdiction des licenciements boursiers.Regardez Gandrange, c'est typique de licenciements boursiers. Voilà un groupe qui gagnait de l'argent et qui a  liquidé les haut-fourneaux français, ce qui est proprement inadmissible. Je souhaite l'entrée de l'Etat dans le Capital des entreprises stratégiques, l'autorisation donnée aux régions d'entrer dans le Capital des poles de compétitivité pour justement changer la structure de l'organisation du système économique.

Vous risquez d'être déçue, dimanche, sur l'écoute du discours de François Hollande ?
J'espère que non.

D'accord. On fera le point.
On fera le point.

Sommet de crise, vous n'en attendez pas grand'chose, vous n'en racontez pas grand chose pour en terminer avec ce qui va se passer tout à l'heure à l'Elysée. C'est une mise en scène, d'après vous, du candidat Sarkozy, c'est ça ?
Oui. Donc, j'ai dit ce que j'en attendais quand même.
- C'est une prise de conscience sur le changement de système
- Et deuxièmement, j'attends que la mauvaise décision sur la hausse de la TVA ne soit pas prise parce que c'est un prélèvement sur le Pouvoir d'Achat et on ne l'a jamais dit encore mais c'est un renchérissement des facteurs de production dans l'entreprise, puisque si on taxe les produits, il y a certains produits qui participent à la production économique des entreprises.
- Et troisièmement, j'attends aussi de ce sommet de crise, qu'il prenne à bras-le-corps la question qui préoccupe, ce matin, les Français :

L'essence.
La hausse du prix de l'essence.

Comment prendre ce problème à bras-le-corps ?
Je suis pour un blocage du prix de l'essence. Ce n'est pas la première fois que je le dis.Il faut donc que le gouvernement compense, d'abord contrôle les entreprises pétrolières pour savoir si elles n'ont pas trop répercuté la hausse du prix du Brut sur les prix, et deuxièmement, baissent la fiscalité sur le prix de l'essence pour que le coût du prix de l'essence à la pompe n'augmente pas ; et troisièmement, vous allez me dire, c'est ma marotte ..

Oui, allez-y !
Mais je crois que là aussi, vous verrez un jour, on dira que j'avais raison, c'est qu'on a perdu 5 ans pour mettre au point la voiture électrique.     Aujourd'hui, il y a certains producteurs français qui timidement s'y mettent, notamment Lamia électrique qui est en train de marcher. Les pays étrangers sont plus intéressés par la voiture électrique française que le gouvernement français et ça, c'est malheureux puisque là aussi, au lieu de voir pendant 5 ans, tous les sous-traitants de l'automobile fermer leurs portes comme New Fabrice avec des désespoirs chez les salariés, on aurait pu réorienter la production industrielle française vers le transport propre, les énergies renouvelables, cette mutation écologique qui aurait pu faire de la France la première puissance écologique d'Europe.

Donc, bloquer le prix de l'essence, en tout cas, puisque ça, c'est immédiat. C'est votre demande, ce matin, Ségolène Royal.   
Oui.
   
Une polémique est en train de poindre parmi les dirigeants socialistes. François Hollande a permis l'embauche de 60.000 personnes à l'Education Nationale, s'il était élu à l'Elysée en mai prochain ; et l'un de ces lieutenants, Jérôme Calhuzac, a dit : "Ces embauches seront compensées par des redéploiements dans la Fonction Publique", ce qu'a critiqués, par exemple, Benoît Hamon.  Quelle est votre opinion sur le sujet, Ségolène Royal ?
D'abord, une observation de méthode. Je pense qu'il n'est pas bien que les Socialistes polémiquent publiquement ; il y a des lieux de discussions pour cela. Nous nous réunissons tous les mercredis en conseil politique. Donc, il faut que le Programme  du candidat socialiste soit mis au point dans des discussions techniques de travail entre Socialistes et pas sur la place publique.

Donc, un tacle pour Benoît Hamon. D'accord.
Voilà.Sur le fond, je pense que la dégradation de la situation économique et financière de la France et l'état dans lequel la Droite nous laissera la France, nous oblige, en effet, à être réalistes et prudents. Moi, j'ai toujours pensé d'ailleurs que le recrutement des enseignants qui est nécessaire ne peut se faire qu'au fur et à mesure où la France récupèrera ses marges de manoeuvre budgétaires. Et c'est ce que nous ferons.

Donc, pas tout de suite ?
Pas tout de suite, et pas d'un coup, ça c'est évident. D'ailleurs, François Hollande n'a jamais dit ...

Vous prônez la prudence !
... Tout de suite et d'un coup ; et de toute façon, il faudra, en effet, être réaliste et bien observer aussi que l'amélioration du système éducatif c'est non seulement  remettre des enseignants mais c'est aussi leur donner les moyens de se former, de s'adapter aussi aux Jeunes d'aujourd'hui,d'être plus à même de bien gérer leurs classes et de transmettre le Savoir.

Etes-vous nostalgique des Temps passés en observant l'actuelle campagne électorale, Ségolène Royal ?
Nostalgique ? Non, parce que je ne crois pas que ce soit un sentiment constructif mais ...

Alors quoi ?
... j'observe que ce n'est pas si facile une campagne électorale. (rire)

Vous vous dites : je ferais mieux !
Je dis, je ferais sans doute un peu différemment mais c'est normal, nous avons des tempéraments différents.

Des différences, ce n'est pas mieux forcément ?
Ca dépend du contexte  politique et ce qu'attendent les Français. Je crois que, de toute façon, vous savez que le rejet de l'actuel Président de la république sortant qui d'ailleurs, devrait commencer à avoir le courage d'être candidat, parce que là aussi, le débat de fond pourrait se nouer, donc ce rejet est tel mais en même temps il n'est pas suffisant ; et "une dynamique électorale  -comme disait François Mitterrand- "c'est aussi un débat fracassant", c'est-à-dire une adhésion populaire autour d'une espérance commune. D'ailleurs, vous savez, le médiateur de la République, (enfin.........  c'est fini ? Je ne peux pas dire ça)

Non, allez-y. Qu'est-ce qu'il a fait le médiateur ?
Un rapport passionnant. Il a montré que malgré les difficultés économiques, 8 Français sur 10 attendaient d'adhérer à un destin collectif et garder un optimisme de la volonté. Eh bien, c'est cela que je voudrais que l'on retrouve, c'est cet optimisme de la volonté.

Ségolène Royal qui ferait différemment, mais pas forcément mieux, était l'invitée de RTL ce matin.
Je suis modeste, vous voyez !

Bonne journée.

par La rédaction de RTLJournalistes RTL
Suivez La rédaction de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7742380514
"Etre gouverné par l'argent organisé est aussi dangereux que par le crime organisé"
"Etre gouverné par l'argent organisé est aussi dangereux que par le crime organisé"
Ségolène Royal répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie mercredi matin. A quelques heures du Sommet social censé trouver des pistes pour renouer avec l'emploi, l'ex-candidate socialiste à la présidentielle et présidente socialiste de la région Poitou-Charentes a dressé son propre bilan. Et pour cela, elle a cité l'une des phrases choc du président américain Roosevelt : "Etre gouverné par l'argent organisé est aussi dangereux que par le crime organisé".
http://www.rtl.fr/actu/politique/segolene-royal-etre-gouverne-par-l-argent-organise-est-aussi-dangereux-que-par-le-crime-organise-7742380514
2012-01-18 10:42:00
http://media.rtl.fr/cache/8DdkcT0ffO3ce2IpEn1zDg/330v220-2/online/image/2011/1022/7728643989_segolene-royal-sur-rtl-le-19-septembre-2011.jpg