2 min de lecture Guillaume Peltier

Primaire UMP : l'épreuve de NKM

Nathalie Kosciusko-Morizet est la première victime du nouveau psychodrame de la primaire UMP à Paris. Vendredi soir, Jean-François Copé a appelé tous les candidats "à faire preuve de de modération et de sang-froid".

Nathalie Kosciusko-Morizet, le 26 avril 2013 à Paris.
Nathalie Kosciusko-Morizet, le 26 avril 2013 à Paris. Crédit : François Guillot - AFP
La rédaction numérique de RTL
et Sylvain Chazot

C'était une primaire "imperdable". Une formalité. Surtout depuis le retrait de la principale challenger, Rachida Dati. C'était une certitude : Nathalie Kosciusko-Morizet serait la candidate de l'UMP pour les élections municipales de 2014. 

Quelle que soit l'issue du scrutin, NKM ne sortira pas gagnante de cette primaire parisienne. Six mois à peine après le psychodrame généré par l'élection du président du parti, l'UMP replonge dans ses travers. 

À lire aussi
Guillaume Peltier aux cotés de Nicolas Sarkozy, le 2 décembre 2015 Les Républicains
Les Républicains : Nicolas Sarkozy change les porte-paroles du parti

Cette fois, il n'aura même pas fallu attendre la publication des résultats. Vendredi, Pierre-Yves Bournazel a demandé la suspension du vote, dénonçant "un système opaque, faillible, et dans lequel certains s'affranchissent des règles les plus élémentaires de la démocratie". 

>
Pierre-Yves Bournazel demande la suspension de la primaire Crédit Média : Marie-Bénédicte Allaire | Durée : | Date :

Cette requête a déjà été repoussée. Antoine Rufenacht, organisateur du scrutin a refusé tout net la demande de "l'homme de com'". Il l'a confirmé, vendredi après-midi, sur RTL. Trop tard : le mal est fait. Guillaume Peltier, vice-président de l'UMP, affirmant sur RTL qu'il ne souhaitait pas voir "Nathalie" l'emporter.

Le mal s'était amplifié lorsque certains élus UMP, à commencer par le président, ont défilé avec les gens de la "manif pour tous", ceux-là mêmes qui avaient juré de peser sur les municipales. NKM est une cible accessible et atteignable. Pour eux, l'abstention de la députée lors du vote sur le mariage pour tous ne restera pas impunie. 

>
Antoine Rufenacht réagit à la demande de Pierre-Yves Bournazel Crédit Média : Yaël Goosz | Durée : | Date :

Dans sa demande avortée, Pierre-Yves Bournazel a établi un constat : aucun des quatre candidats, NKM inclue, "n'aura l'autorité et la légitimité nécessaires pour affronter la majorité sortante en 2014 en étant désigné par ce processus". La faute à un processus non sécurisé, truffé de bugs comme l'ont démontré plusieurs journalistes vendredi. La faute aussi à un parti de plus en plus désuni, écartelé entre sa frange dure et son centre.

Nathalie Kosciusko-Morizet peut encore remporter la primaire mais ce scrutin ne devrait plus être le tremplin espéré vers l'Hôtel de ville. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Guillaume Peltier Jean-François Copé Nathalie Kosciusko-Morizet
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7761891638
Primaire UMP : l'épreuve de NKM
Primaire UMP : l'épreuve de NKM
Nathalie Kosciusko-Morizet est la première victime du nouveau psychodrame de la primaire UMP à Paris. Vendredi soir, Jean-François Copé a appelé tous les candidats "à faire preuve de de modération et de sang-froid".
http://www.rtl.fr/actu/politique/primaire-ump-l-epreuve-de-nkm-7761891638
2013-05-31 20:44:00
http://media.rtl.fr/cache/RNW5ge91ehuzAGcqzP40ew/330v220-2/online/image/2013/0522/7761596698_nathalie-kosciusko-morizet-le-26-avril-2013-a-paris.jpg