Mohammed Moussaoui : "100 à 150 projets de mosquées en France"

Mohammed Moussaoui, le Président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) était l'invité de RTL, ce matin. Il répondait aux questions de Philippe Corbé. Il est notamment revenu sur la période du ramadan qui vient de débuter ainsi que les dérives possibles du "business" de la nourriture hallal.

Mohammed Moussaoui, président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM)
Crédit : RTL.fr
Mohammed Moussaoui, président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM)
L'Invité de RTL >
Mohammed Moussaoui, le président du conseil français du culte musulman, était l'invité de RTL Crédits Média : Philippe Corbé | Durée : | Date :
1/

Mohamed Moussaoui, le président du conseil français du culte musulman.
Le ramadan a donc commencé pour des millions de musulmans français hier soir. C'est un moment important pour la vie de l'islam de France ?
Oui, si vous voulez, le jeûne du mois de Ramadan fait partie des 5 piliers de l'islam, les 5 grands devoirs de l'islam. Et bien sûr, il représente des valeurs très importantes, telles que la solidarité, la générosité.

Alors, on le disait hier dans le quotidien la Croix, un sondage de l'IFOP sur la pratique de l'Islam en France, et on se rend compte que la pratique du Ramadan progresse depuis 20 ans puisque 71% des personnes interrogées vont jeûner pendant le mois du Ramadan. Vous constatez ce regain d'intérêt pour le Ramadan ?
Le regain d'intérêt sur le Ramadan a toujours été. Je ne peux pas tirer de conclusions tout de suite quant aux chiffres, parce que les chiffres situaient toujours la pratique entre 60 et 80%, donc on est dans cette fourchette. Maintenant, il est vrai que c'est une pratique religieuse qui est beaucoup plus importante que d'autres, partout, dans tous les pays musulmans d'ailleurs.

C'est-à-dire que les Musulmans sont plus nombreux à respecter le ramadan que les catholiques le carême par exemple.
Par exemple, mais aussi ils sont plus nombreux à respecter le jeûne du Ramadan que les 5 prières canoniques qui sont, en terme théologiques, beaucoup plus importantes que le jeûne.

Et autres différence avec les catholiques dans ce sondage IFOP, les musulmans sont plus nombreux à se déclarer croyants et pratiquants que ceux qui se déclarent seulement croyants et peu pratiquants.
Là encore, c'est très difficile, puisque la question de pratiquant, quels sont les critères pour la pratique ?

C'est quoi justement être un musulman pratiquant aujourd'hui en France ?
On s'entend aujourd'hui sur le fait que la personne fasse la prière hebdomadaire du vendredi. Et là, on est entre 17 et 23% de pratiquants.

Et c'est beaucoup plus que le nombre de catholiques qui vont à la messe le dimanche par exemple ?
Oui, qui est située vers 16% peut-être.

Alors, hier, la mosquée de Strasbourg a accueilli ses premiers fidèles. Même chose pour une mosquée dans la banlieue de Lille, je crois. Est-ce qu'il y a beaucoup de mosquée qui doivent ouvrir dans les prochaines années, ou est-ce que ça traîne encore dans beaucoup de municipalités ?
Ce qu'on peut dire d'une façon générale, que la situation s'améliore nettement. On estime à peu près entre 100 et 150 projets, constamment en chantier, soit au début donc dans la conception ou à la fin.

Financés par des associations locales, cultuelles ?
Tout à fait, le financement, souvent, c'est les fidèles musulmans qui financent. Les constructions, aidées par l'étranger sont très peu nombreuses. Beaucoup moins qu'avant.

Parce que c'est un débat qui évidemment a marqué le débat politique il y a quelques mois après les déclarations de Marine Le Pen sur notamment les prières dans la rue. Est-ce que vous avez eu des garanties du ministère de l'intérieur pour que ce type de pratiques qui ont choqué beaucoup de Français n'aient plus lieu aujourd'hui ?
Si vous voulez, les musulmans de France, ça ne les satisfait pas bien sûr que des fidèles musulmans prient dans la rue dans des conditions indignes. Ils ne le font pas par gaité de coeur que de prier dans la rue. C'est parce qu'il y a un manque de place et je pense qu'il faudrait apporter une réponse claire à ce problème. Malheureusement, celle qui a appelé ou qui a comparé la prière dans la rue à l'occupation, elle est contre aussi la construction des mosquées.

Hier, 8 élus locaux de culture musulmane ont demandé la mise en place d'une commission d'enquête parlementaire sur le marché du Hallal. C'est un sujet important pour la communauté musulmane. Canal + a diffusé il y a quelques jours un reportage qui a suscité de l'indignation de beaucoup de musulmans sur la filière du Halal. Je vous propose d'écouter Kamel Hamza, c'est un de ces élus, conseiller municipal UMP à la Courneuve.
"C'est en fait une certaine escroquerie, une tromperie commerciale dans la mesure où on dit à un consommateur, vous en faîtes pas, il a été sacrifié dans un rituel musulman, et la vérité, c'est que parfois, ce rituel n'est pas respecté. Donc, pour des consommateurs, qui sont de confession musulmane, mais surtout français, il est important qu'ils puissent avoir une garantie sur ce qu'ils achètent".

Vous souhaitez vous, que l'Etat prenne directement ses responsabilités sur la filière du Halal.
Je pense que d'abord, les Musulmans de France doivent prendre leurs responsabilités. Le conseil français du culte musulman a établi une charte Halal qui n'a pas encore été validée par son conseil d'administration, qui est l'organe décisionnel. Lorsque j'entends dans le reportage que le CFCM n'a rien fait, au contraire, je pense que la charte a été bien élaborée. Il faut un certain temps pour qu'elle soit, je dirais, adoptée d'une façon unanime.

C'est à dire que l'Etat garantit un label bio. Est-ce qu'il pourrait garantir dans quelques mois, dans quelques années un label Halal par exemple.
Il faudrait que le CFCM arrive à mettre en place un référentiel Halal, qui s'imposerait par la pratique, et effectivement n'importe quel organisme de contrôle doit respecter un cahier des charges bien précis pour pouvoir utiliser ce terme.

On parlait tout à l'heure de ce sondage IFOP publié hier dans la Croix sur les pratiques des musulmans en France, et l'IFOP a interrogé également les musulmans de France sur la politique, puisqu'on est à quelques mois de la présidentielle.  Et on découvre qu'il y a seulement 21% des musulmans qui ont une opinion favorable de Nicolas Sarkozy contre 55% des catholiques pratiquants, 50% des Juifs et 40% des protestants. Pourquoi est-ce que Nicolas Sarkozy est si impopulaire auprès des musulmans de France aujourd'hui ?
Là encore, les sondages, on peut leur faire dire ce qu'on veut.

Là, 21% c'est assez clair.
Je pense que les musulmans de France sont traversés par la pluralité politique comme toutes les autres communautés. Il est vrai que peut-être, lorsqu'on regarde les quartiers défavorisés où souvent les crises économiques ont tout de suite un impact sur ces couches populaires, que ceux qui se trouvent au gouvernement sont les plus pénalisés. Mais je pense, d'une façon certaine, les Musulmans de France sont traversés par la pluralité politique.

Vous l'avez dit, le ramadan c'est un moment important pour les musulmans à travers le monde et un moment de partage. On a en ce moment deux conflits ou plutôt deux lieux de tension dans le monde musulman. D'une part, en Libye, où nous sommes en train de faire la guerre et peut-être en train d'entrer dans un conflit qui s'enlise. Et d'autre part en Syrie, où le pouvoir de Bachar al Assad réprime son peuple. Comment est-ce que vous, musulman de France, représentant de la communauté musulmane de France, vous regardez ces deux conflits ?
Si vous voulez c'est des conflits qui ne sont pas d'abord religieux, puisque vous avez plutôt des conflits sur des populations qui s'indignent sur ses conditions de vie ou sur ses conditions de liberté et d'expression et autre et je pense que ces pays soient majoritairement musulmans ne change rien à la donne.

Même si par exemple, en Libye, ils essayent de montrer que c'est une sorte de croisade européenne-chrétienne contre le monde musulman. C'est en tout cas ce qu'ils aimeraient faire croire.
Si vous voulez, l'utilisation de la religion quelquefois, est toujours élastique. Le problème réel dans ces pays là, il y a une volonté populaire d'acquérir une certaine liberté, une certaine dignité, et j'aurais souhaité effectivement que toute solution négociée et concertée avec un dialogue qui permettrait de sauver des vies humaines, soit la plus appropriée, la plus choisie, mais c'est trop facile de dire, de parler de négociation ou de dialogue lorsqu'on est assis sur une chaise et que d'autres essayent de sauver comme ils peuvent des vies humaines.

Vous l'avez mentionné tout à l'heure, le Ramadan c'est pour les musulmans un moment de partage et vous êtes particulièrement concerné en ce moment par la famine en Afrique ?
Oui, tout à fait, je pense qu'il y a des endroits où des personnes ou des vies humaines sont perdues par la guerre, par l'oppression. Dans d'autres, il y a une autre oppression : la famine. Et je pense que la dignité doit être garantie à tous. Et je m'interroge effectivement sur ce que fait la communauté internationale.

Y compris la France...
Je pense que tous les pays sont concernés. La présidence française du G20, j'espère qu'elle pourra faire avancer les choses, mais en tout cas, j'ai fait un appel solennel à tous les musulmans de France qui dans cette période de jeûne savent ce que c'est la faim, ce que c'est la soif, d'avoir une attention particulière envers ces populations

par La rédaction de RTLJournalistes RTL
Suivez La rédaction de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7707457655
Mohammed Moussaoui : "100 à 150 projets de mosquées en France"
Mohammed Moussaoui : "100 à 150 projets de mosquées en France"
Mohammed Moussaoui, le Président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) était l'invité de RTL, ce matin. Il répondait aux questions de Philippe Corbé. Il est notamment revenu sur la période du ramadan qui vient de débuter ainsi que les dérives possibles du "business" de la nourriture hallal.
http://www.rtl.fr/actu/politique/mohammed-moussaoui-100-a-150-projets-de-mosquees-en-france-7707457655
2011-08-02 12:04:00
http://media.rtl.fr/cache/j-e2Jk1hMkuA1JGufNOmDQ/330v220-2/online/image/2011/0802/7707478796_mohammed-moussaoui-president-du-conseil-francais-du-culte-musulman-cfcm.jpg