Journalistes tués au Mali : Fabius affirme que "des opérations sont en cours dans des campements"

INVITÉ RTL - Le ministre des Affaires étrangères est revenu sur l'assassinat, samedi, de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, journalistes à "RFI".

Laurent Fabius, invité de RTL, lundi 4 novembre 2013
Crédit : Damien Rigondeaud / RTL.fr
Laurent Fabius, invité de RTL, lundi 4 novembre 2013

Laurent Fabius ne dispose pour l'instant "d'aucune certitude". Les autorités françaises sont toujours en train d'essayer d'identifier les assassins de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, tués par balles samedi à Kidal, au Nord du Mali, alors qu'ils étaient en reportage dans la région.

"Hier (dimanche, ndlr), ont été lancées des opérations pour identifier un certain nombre de personnes dans des campements", explique le ministre des Affaires étrangères ce lundi sur RTL. "Elles sont en cours." Laurent Fabius ne confirme pas les informations selon lesquelles cinq suspects auraient été arrêtés et transférés à Gao : "Je ne veux pas raconter d'histoire, je dis les choses que j'ai vérifiées."

"A l'heure actuelle, on n'a pas de certitude sur qui a commis cet assassinat"
, affirme-t-elle, précise qu'"aucune revendication" n'a été transmise. "On parle d'Aqmi, du Mujao qui a pris une nouvelle forme, de dissensions possibles entre les uns et les autres."

Aucune trace d'impact sur le véhicule

Laurent Fabius est revenu sur les circonstances du drame. "Madame Dupont a été assassinée de deux balles dans la poitrine, Monsieur Verlon a reçu trois balles en pleine tête", précise-t-il, visiblement ému. "La voiture était fermée, (...) il n'y avait aucune trace d'impact sur la carrosserie ce qui veut dire qu'il n'y a pas eu de combat."

Ghislaine Dupont et Claude Verlon n'avait "pas demandé de protection particulière", explique le ministre des Affaires étrangères. "Ils ont été acheminés par la Minusma (Mission des Nations unies au Mali, ndlr) . Sur place, ils ont considéré qu'ils étaient dans une relative sécurité et le malheur est arrivé." "Ce n'était pas des têtes brûlées", tient-il à ajouter.

Le ministre invite cependant à ne pas en conclure des généralités sur la situation sécuritaire au Mali. "Au mois de janvier les terroristes étaient sur le point, à quelques heures près, de prendre l'ensemble du pays", rappelle-t-il. "L'intervention des Français a permis d'éradiquer tout cela, l'ensemble du Mali est aujourd'hui relativement sécurisé." Reste toujours la possibilité, pour de petits groupes, "de commettre des attentats".

La rédaction vous recommande
par La rédaction numérique de RTL
Suivez La rédaction numérique de RTL sur :
Vous aimerez aussi
Commentaires Avec Bell & Ross

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous