Jérôme Cahuzac : Pierre Moscovici récuse toute "complaisance" du gouvernement

Invité de RTL mercredi matin, le ministre de l’Économie, Pierre Moscovici, a récusé la moindre "complaisance" ou "volonté d'entraver la justice" de la part de Bercy ou du gouvernement dans l'affaire Cahuzac." Depuis l'ouverture de l'enquête, "la justice a pu travailler en toute indépendance", selon lui.

Pierre Moscovici sur RTL
Crédit : RTL
Pierre Moscovici sur RTL
>
Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, mercredi sur RTL : "Il n'y a eu aucune complaisance, aucune volonté d'entraver la justice" Crédit Média : Jean-Michel Aphatie Télécharger

L'ex ministre de tutelle de Jérôme Cahuzac, Pierre Moscovici, s'est dit "stupéfait, accablé, consterné et en colère", au lendemain des aveux de fraude fiscale par son ancien ministre délégué au budget. "J'ai donné ma confiance. Elle n'a pas été respectée. Il a menti au président de la République, au premier Ministre, à la représentation nationale. Il vous a menti, il m'a menti et pas qu'une fois", a ajouté le ministre de l'économie, blessé.

"Mon rôle, tout mon rôle, rien que mon rôle"
Alors qu'il avait ordonné l'ouverture d'une enquête préliminaire le 8 janvier 2013, le ministre de l'Economie est revenu sur les propos tenus par Bercy en février 2013 qui démentait formellement l'existence d'un compte en Suisse. "J'ai fait des démarches, pour aider à la manifestation de la vérité. J'ai fait une demande d'assistance à la Suisse. Le 31 janvier, j'ai eu une réponse négative. De 2006 à 2013, UBS m'a affirmé qu'il n'y avait eu aucun compte". Il a considéré avoir "joué son rôle, tout son rôle, rien que son rôle avec les outils qui étaient les siens".
Pierre Moscovici a réaffirmé fermement sa confiance au président de la République et au gouvernement. "C'est un collectif d'hommes et de femmes qui partagent des convictions, qui vivent une aventure et qui dirigent le pays.", en précisant qu'il n'y avait eu "aucune faute, aucune négligence" à déplorer.

"Un coup de tonnerre" dans la vie politique
A la question de l'image bafouée du gouvernement, le ministre de l'Economie a garanti que "la vie politique s'en remettrait et qu'il ne fallait pas "lui jeter l'opprobre". Il a également signifié le "devoir d'exemplarité et la volonté de fonder la politique du gouvernement sur la vérité et l'honnêteté. Pierre Moscovici laisse à présent la justice "condamner cette spirale de mensonges qui " s'arrête à Jérôme Cahuzac", tout en analysant dans la "détresse et la faiblesse d'un homme", une faute "impardonnable" qui doit rester "un cas exceptionnel".
En réaction à ce "coup de tonnerre" dans la vie politique, Pierre Moscovici a évoqué une possible réflexion du gouvernement à venir autour du contrôle renforcé "de l'éthique des politiques".

> Jérôme Cahuzac avoue avoir eu un compte à l'étranger
> Jérôme Cahuzac : l'incroyable mensonge
> Démission de Jérôme Cahuzac : les principales étapes de l'affaire
> Jérôme Cahuzac : les aveux font la Une de la presse

La carrière de Jérôme Cahuzac

par La rédaction numérique de RTL
Suivez La rédaction numérique de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7760055191
Jérôme Cahuzac : Pierre Moscovici récuse toute "complaisance" du gouvernement
Jérôme Cahuzac : Pierre Moscovici récuse toute "complaisance" du gouvernement
Invité de RTL mercredi matin, le ministre de l’Économie, Pierre Moscovici, a récusé la moindre "complaisance" ou "volonté d'entraver la justice" de la part de Bercy ou du gouvernement dans l'affaire Cahuzac." Depuis l'ouverture de l'enquête, "la justice a pu travailler en toute indépendance", selon lui.
http://www.rtl.fr/actu/politique/jerome-cahuzac-pierre-moscovici-recuse-toute-complaisance-du-gouvernement-7760055191
2013-04-03 08:05:00
http://media.rtl.fr/cache/y01LjhRiX37RRduVD_E3JA/330v220-2/online/image/2013/0403/7760055946_pierre-moscovici-sur-rtl-le-3-avril-2013.jpg