Jean-François Copé : "Je ne suis pas un fanatique spontané des primaires"

INVITÉ RTL - Jean-François Copé, président de l'UMP, confirmé à la tête du parti par les militants, est revenu sur l'adoption des nouveaux statuts. Les primaires sont actées, mais il n'en est toujours pas un farouche partisan.

Jean-François Copé
Crédit : RTL
Jean-François Copé

Pour Jean-François Copé, le scrutin a tout d'un succès. Les militants l'ont confirmé dimanche soir, à l'issue d'un vote, à la tête de l'UMP jusqu'en 2014.

"On nous avait tellement dit 'les militants se détournent de l'UMP'", explique-t-il au micro de RTL. "Voir autant de gens s'engager pour demander qu'on tourne la page, c'est un message qui quelque part nous engage tous et moi en particulier." Le président du parti annonce désormais vouloir se consacrer "à reconquérir le cœur des Français".

"Je ne suis pas le porte-parole de Nicolas Sarkozy"

Par leur vote, les adhérents de l'UMP ont aussi validé les nouveaux statuts du parti, et avec eux, le principe des primaires à droite pour la présidentielle de 2017.

Une idée pas franchement soutenue par Nicolas Sarkozy, si l'on en croit le Figaro. Selon le quotidien, l'ancien président a "tout fait pour empêcher la rédaction de l'article imposant" les primaires. "Je n'en ai pas connaissance, il ne m'en a jamais parlé" répond Jean-François Copé, qui affirme pourtant "parler de tout avec lui". "Je ne suis pas son porte-parole", précise-t-il.

Les primaires, "une concession"

Lui-même n'est pas un "fanatique spontané" du principe. "J'ai plutôt une idée d'un rapport direct entre celui qui se présente à la présidence de la République et les Français", affirme-t-il.

Ma seule ambition était de rassembler

Jean-François Copé

Le président de l'UMP présente la mesure comme une "concession" à l'égard de François Fillon, son ancien rival à la tête du parti. "Ma seule ambition était de rassembler, de réconcilier, de se remettre en ordre de marche. C'est aujourd'hui le cas", juge-t-il, avant d'espérer que les futures primaires se déroulent "sans conséquence fratricide".

Mais Jean-François Copé ne souhaite pas s'attarder sur le sujet. En ligne de mire pour lui : les municipales de l'année prochaine. "Une haie après l'autre", se justifie-t-il. "Pour la droite, on ne gagnera pas 2017 si on ne gagne pas 2014."

De mauvais sondages

Pour lui, la partie est loin d'être gagnée. Selon un récent sondage BVA, seuls 6% des Français voient en lui un bon président de la République potentiel, contre 44% pour Alain Juppé et 27% pour François Fillon.

"Du point de vue des sondages, j'ai les pieds dans le gaz de schiste", commente Jean-François Copé, avant de vanter la "nouvelle génération à laquelle il appartient". Une nouvelle génération qui veut proposer aux Français "un autre chemin que celui qui aujourd'hui nous conduit à tant de chômage, et tant de récession".

Des ordonnances pour réformer

En cas de retour au pouvoir, Jean-François Copé prône un recours aux ordonnances pour mettre rapidement les réformes dont le pays a besoin. Le président de l'UMP met en avant "la question de la liberté en France", notamment "la liberté d'entreprendre, de créer".

Il espère également revenir sur les 35 heures. "C'est un débat qu'il faut qu'on ait", même s'il se déclare favorable à des "protections pour ceux qui souffrent". Avant de préciser : sans "assistanat".

>
Jean-François Copé : "Du point de vue des sondages, j'ai les pieds dans le gaz de schiste" Crédit Média : Jean-Michel Aphatie Télécharger
La rédaction vous recommande
par La rédaction numérique de RTL
Suivez La rédaction numérique de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7762776349
Jean-François Copé : "Je ne suis pas un fanatique spontané des primaires"
Jean-François Copé : "Je ne suis pas un fanatique spontané des primaires"
INVITÉ RTL - Jean-François Copé, président de l'UMP, confirmé à la tête du parti par les militants, est revenu sur l'adoption des nouveaux statuts. Les primaires sont actées, mais il n'en est toujours pas un farouche partisan.
http://www.rtl.fr/actu/politique/jean-francois-cope-je-ne-suis-pas-un-fanatique-spontane-des-primaires-7762776349
2013-07-01 08:19:00
http://media.rtl.fr/cache/f_7SjAwJtkvq6UB2qQbrIw/330v220-2/online/image/2013/0510/7761230567_jean-francois-cope.jpg