Hollande : "Je ne me laisserai pas impressionner par Sarkozy"

A un peu plus de cent jours du premier tour de la Présidentielle, François Hollande donne un coup d'accélérateur à sa campagne. Après "Libération" mardi matin, le candidat socialiste s'est offert le 20 Heures de France 2. Dénonçant une "mystification économique" et une "faute sociale", il s'est élevé contre le projet de "TVA sociale" que Nicolas Sarkozy veut instaurer avant le scrutin de mai prochain. François Hollande a annoncé qu'il dévoilerait un projet "à la fin du mois" de janvier. Il a affiché sa force de caractère en réponse aux critiques de ses adversaires lui reprochant de manquer d'autorité et a confirmé l'annonce de son projet vers la fin du mois. Et d'avertir : "Je ne me laisserai pas détourner et impressionner par Nicolas Sarkozy".

François Hollande
Crédit : AFP / Fred Dufour
François Hollande
>
Le candidat socialiste à la Présidentielle veut montrer qu'il a la stature d'un Président Crédit : Marie-Bénédicte Allaire

"Je ne veux pas que les Français, qui vont déjà assumer le redressement financier, soient affligés de trois ou quatre points de TVA pour la TVA sociale", a réagi François Hollande mardi soir. Le candidat PS a souligné qu'il y aurait une baisse de cotisation non pas des salariés mais des employeurs "pour une compétitivité qui ne sera d'ailleurs pas améliorée".

Il a ensuite réfuté l'idée que la TVA puisse protéger des importations venues de l'extérieur. "Il y a une mystification économique et une faute sociale", a-t-il dit. "Je ne laisserai pas faire et ce sera un enjeu de l'élection présidentielle".

La "TVA sociale" consiste à affecter une partie du produit de la taxe sur la valeur ajoutée au financement de la protection sociale, c'est-à-dire à transférer une partie des cotisations sociales des employeurs sur une hausse de la TVA.

L'opposition de gauche estime que ce dispositif non progressif pénaliserait au premier chef les ménages modestes, la part des revenus consacrée à la consommation étant plus importante dans les catégories populaires.

Dans une "lettre aux Français" qui occupe mardi la Une de Libération et ses deux premières pages intérieures, le candidat affirme que le quinquennat de M. Sarkozy aura été "la présidence de la parole, et lui, le président des privilèges". "Voilà la page que je veux tourner" ajoute-t-il, lançant le slogan: "Le changement, c'est maintenant".

Une lettre qui suscite les moqueries des jeunes UMP qui l'ont parodiée en cybersquattant le nom de domaine du slogan de campagne du candidat socialiste

Le calendrier de la campagne de François Hollande

2012 et vous OK

par La rédaction de RTLJournalistes RTL
Suivez La rédaction de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
Commentaires Avec Bell & Ross

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous