"Si je suis élu, je renégocierai l'accord de Bruxelles"

Le candidat socialiste à la Présidentielle de 2012 répondait lundi matin sur RTL aux questions de Jean-Michel Aphatie. François Hollande entend "renégocier", s'il est élu président de la République en 2012, l'accord sur le projet de traité européen trouvé vendredi dernier à Bruxelles. "Je renégocierai cet accord (...) je ferai en sorte qu'on y ajoute ce qui manque c'est-à-dire l'intervention de la BCE (Banque centrale européenne), les eurobonds, et un fonds de secours financier", a-t-il précisé. François Hollande a, par ailleurs, assuré qu'il n'avait "jamais" eu connaissance de dysfonctionnement financier dans la fédération socialiste du Pas-de-Calais.

François Hollande sur RTL le 10 octobre 2011
Crédit : F.Bukajlo – RTL/Abacapress
François Hollande sur RTL le 10 octobre 2011
>
François Hollande, candidat socialiste à la Présidentielle : "Si je suis élu, je renégocierai l'accord trouvé à Bruxelles" Crédits Média : Jean-Michel Aphatie | Durée : | Date :
1/

Jean-Michel Aphatie : Bonjour, François Hollande.

François Hollande : Bonjour, Jean-Michel Apathie.

Un accord a été trouvé vendredi à Bruxelles entre les chefs d'Etats et de gouvernements de la zone euro. Cet accord prévoit l'instauration d'une règle d'or qui limite strictement les possibilités de déficit dans chaque pays, et les sanctions automatiques en cas de dérives budgétaires. Si vous êtes élu à l'Elysée en mai prochain, François Hollande, appliquerez-vous cet accord ?

Cet accord n'est pas la bonne réponse.

Donc vous ne l'appliquerez pas ?

Permettez que j'aille un peu plus loin dans mon propos.

Allez-y.

Ce n'est pas la bonne réponse à l'urgence. Et là, il s'agit des semaines qui viennent pour redonner la confiance et pour soutenir la croissance. Ce n'est pas la bonne réponse. Ce n'est pas la bonne réponse non plus pour l'avenir de l'Europe qui mérite mieux qu'un simple accord, sur ce qu'on appelle l'union budgétaire. Des règles qui doivent être respectées pour chaque état et c'est bien logique, dès lors qu'on est en union monétaire...

... D'une bonne gouvernance pour la zone euro ?

... Tous les Etats doivent faire des efforts pour que leurs comptes soient redressés et examinés. Mais ça ne peut pas être le seul objet d'un accord européen. Chacun peut le comprendre. Si c'est pour instaurer l'austérité, cet accord va bien. Si c'est pour faire qu'il y ait une réponse efficace contre la crise, c'est à dire avoir un fonds de secours qui soit doté à un niveau élevé, d'avoir une intervention de la Banque centrale européenne qui soit efficace, d'avoir des eurobonds, d'avoir un plan sur plusieurs années sur la croissance, cet accord ne va pas.

Vous me posez la question : qu'est ce que je ferai quand cet accord sera discuté, négocié ? Je verrais bien d'ailleurs.

Est-ce qu'il vous "engage" cet accord si un jour vous êtes à l'Elysée ?

Il n'y a aucune pour l'instant qui a été fixée, on me parle du mois de mars. On verra où on en sera. Si je suis élu président de la République, je négocierai - renégocierai - cet accord pour y mettre ce qui lui manque aujourd'hui : de l'efficacité sur les marchés. J'espère que nous ne serons pas dégradés d'ici là, je le souhaite vraiment pour l'intérêt de mon pays.

Et deuxièmement je ferai en sorte, qu'on y ajoute ce qui manque, c'est à dire l'intervention de la Banque centrale européenne, les eurobonds et un Fonds de secours financier, chacun peut comprendre, c'est à dire ce qui va répondre à ce qu'est aujourd'hui la pression des marchés.

Et enfin, il faut qu'il y ait de la croissance. Sans croissance, nous n'atteindrons aucun des objectifs de réduction des déficits.

Votre position de favori dans les sondages aujourd'hui, font que votre propos pour l'élection présidentielle bien sûr, font que votre propos ce matin, peut donner le sentiment aux acteurs des marchés financiers que la zone euro, n'a pas trouvé la solution à ses problèmes de gouvernance ? Vous pouvez encore fragiliser la situation, en avez-vous conscience, l'acceptez-vous ainsi ?

Oui, j'ai conscience que ma parole porte. Je suis candidat à l'élection présidentielle...

... Et qu'elle peut fragiliser la situation dès aujourd'hui.

Non, elle ne fragilisera rien. Dès lors que je dis clairement que sur les règles de bonne conduite budgétaire, sur les règles de respect de ce que sont nos engagements, je tiendrai.

Et je vais en prendre une illustration : si je suis élu Président de la République, je ferai voter avec le Parlement, qui sera lui même nouveau, une loi de programmation des finances publiques, extrêmement précise, sur le retour à l'équilibre de nos comptes à la fin 2017. Je prendrai cet engagement à la fois devant nos partenaires européens, et devant les Français.

L'élection présidentielle, elle sert aussi à éclairer nos concitoyens. Et ce sera extrêmement clair, à la fois sur l'objectif, et sur les voies et moyens d'y parvenir. Il n'y aura rien qui puisse être une forme de fragilité de la France.

Vous ferez voter François Hollande "une règle d'or" dont vous ne voulez pas dire le nom ?

Je ferai voter une loi de programmation des finances publiques, pourquoi ? Parce que les Français doivent être éclairés. Vous me parlez d'une "règle d'or", d'ailleurs on entend depuis plusieurs mois cette "règle d'or" évoquée.

Nicolas Sarkozy, voulait nous faire voter, là toute affaire cessante, une "règle d'or", dont on sait aujourd'hui qu'elle serait d'ores et déjà obsolète. Pourquoi ? Parce que nous aurions révisé la Constitution, vous vous rendez compte de cette opération, et là, on viendrait nous dire qu'il faudrait une règle d'or renforcée. Moi, je n'ai pas besoin qu'on me dise qu'il faille voter une règle d'or ou pas, je ne suis pas cette logique là. Je suis dans une logique de transparence, de clarté, de responsabilité.

Mais on pourra faire voter toutes les règles d'or dans tous les pays, toutes les règles de respect des déficits, s'il n'y a pas de croissance, aucun des objectifs ne sera atteint. Aucun. Et d'ailleurs, s'il y a doute sur les marchés aujourd'hui, c'est qu'il n'y a pas de croissance.

En tous cas, le message est passé : cet accord ne vous engage pas. Votre programme de candidat, François Hollande, sera connu à la mi-janvier. Votre programme sera-t-il très éloigné du projet socialiste adopté en juin dernier ?

Il y aura bien sûr des propositions qui s'y retrouveront. Je suis socialiste.

Mais, ce programme, ce projet avait été fait, j'imagine avec une croissance de 2,5% l'année prochaine, on n'y sera pas, donc vous réviserez beaucoup de choses, François Hollande ?

De toutes manières, la logique de l'élection présidentielle, cette logique, ce principe existe depuis qu'il y a l'élection du président de la République au suffrage universel : c'est que le candidat prend ses engagements devant le pays...

... Est-ce qu'ils seront très éloignés du projet socialiste, c'est ça la question ?

Laissez-moi terminer. Il prend donc ses engagements devant le pays. Et donc, il y a à chaque fois, un projet d'un parti, et le candidat prend dans ce projet, ce qui lui parait le plus essentiel.

Il se trouve que nous sommes là, dans une période de crise et sans doute de récession pour le début de l'année 2012. Je ne m'en réjouis pas, donc je ferai en sorte que les propositions que je présenterai pourront être financées strictement sans qu'il y ait d'augmentation des dépenses publiques, et bien entendu des déficits publics.

Donc, il y aura de la distance entre les deux ? On lit ceci dans l'accord signé entre le Parti socialiste et Europe Écologie - Les Verts, le mois dernier : "pour toutes celles ou ceux qui ont commencé à travailler  tôt ou qui ont exercé des métiers pénibles, l'âge légal de départ (à la retraite) à 60 ans et à taux plein sera rétabli. Promettez vous ce matin François Hollande, la retraite à 60 ans et à taux plein, pour ceux qui ont exercé des travaux pénibles ?

Pour ceux qui ont commencé leur vie professionnelle à 18 ans...

... Et pour les travaux pénibles ?
 
Vous permettez que je sois précis sur cette question. Parce que beaucoup de nos auditeurs prêtent l'oreille à ce que je vais dire. Car moi, comme vous le savez, j'ai été visité un certain nombre de lieux de production d'usines. Ca a été le message qui m'a été passé : qu'est ce que vous allez faire sur cette question, nous qui avons travaillé, 42 ans, 43 ans, est ce que vous allez nous permettre de partir, une fois que nous avons fait nos annuités, à l'âge de 60 ans ?

Donc devant vous, et devant les auditeurs, je prends cet engagement : ceux qui ont commencé leur vie professionnelle à 18 ans, qui ont fait 41 années de cotisations, 42 ans pourront partir à 60 ans. Ceux qui n'ont pas leur durée de cotisations, ne le pourront pas. Après, après, il y aura une négociations, car il faudra revenir sur la réforme des retraites.

D'accord, ceux qui ont commencé à travailler tôt - ou qui ont exercé des métiers pénibles. Vous l'assumez comme cela, François Hollande...

... Les métiers pénibles, ça fait partie de la négociation qu'il faudra ouvrir avec les partenaires sociaux.

Ca coûtera cher, cela...

Ca dépend ce que l'on fixera, mais j'ai pris ici, l'engagement que pour ceux qui ont commencé à travailler à 18 ans, ils pourront partir à 60 ans, s'ils ont fait leurs 41 années, voire 42 ans de cotisations.

Vous avez été premier secrétaire du Parti socialiste, François Hollande, pendant onze ans, de 1997 à 2008. Avez-vous découvert seulement la semaine dernière, les soupçons d'un mauvais fonctionnement dans la fédération socialiste du Pas-de-Calais ?

Des fédérations du parti socialiste, j'en ai connues. Vous avez évoqué le temps où j'étais premier secrétaire. Aujourd'hui, je ne suis plus premier secrétaire, ça fait trois ans et demi.

Mais aujourd'hui, vous êtes confronté à la situation dans le Pas-de-Calais...

Je ne suis confronté à rien du tout. Il y a des procédures qui sont ouvertes. Une enquête préliminaire sur un élu, et un financement. Il faut que ces enquêtes aillent jusqu'au bout.

Vous n'aviez pas connaissance avant d'un mauvais fonctionnement dans le Pas-de-Calais ?

Cette enquête préliminaire, elle vient d'être ouverte.

Je le sais ! Vous n'avez jamais eu connaissance avant, d'un mauvais fonctionnement dans le Pas-de-Calais ?

Quel mauvais fonctionnement ?

Financier ?

Jamais, et je n'ai à ménager personne. Je ne suis pas le candidat simplement d'un parti. Je suis candidat à l'élection présidentielle pour faire le changement en 2012. Rien ne me détournera, des enquêtes il y en aura, partout et je souhaite que la probité, l'honnêteté soient les règles qu'il faudra respecter aussi dans le parti socialiste que dans tout autre parti.

Il n'y aura aucun manquement pour moi à ces règles. Aucune excuse. Moi je n'ai pas d'amitié à préserver, j'ai simplement à faire en sorte que les Français puissent espérer le changement en 2012.

Un mot de réaction, François Hollande, à la déclaration hier de candidature de Dominique de Villepin ?

Il a surpris son monde, je ne sais pas exactement si cette candidature ira jusqu'au bout. C'est un homme de convictions.

Vous le ménagez ?

Non, je ne ménage rien, si sa conviction est aussi forte que les pressions qu'il a en ce moment sur son dos...

2012 et vous

par La rédaction de RTLJournalistes RTL
Suivez La rédaction de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7740597516
"Si je suis élu, je renégocierai l'accord de Bruxelles"
"Si je suis élu, je renégocierai l'accord de Bruxelles"
Le candidat socialiste à la Présidentielle de 2012 répondait lundi matin sur RTL aux questions de Jean-Michel Aphatie. François Hollande entend "renégocier", s'il est élu président de la République en 2012, l'accord sur le projet de traité européen trouvé vendredi dernier à Bruxelles. "Je renégocierai cet accord (...) je ferai en sorte qu'on y ajoute ce qui manque c'est-à-dire l'intervention de la BCE (Banque centrale européenne), les eurobonds, et un fonds de secours financier", a-t-il précisé. François Hollande a, par ailleurs, assuré qu'il n'avait "jamais" eu connaissance de dysfonctionnement financier dans la fédération socialiste du Pas-de-Calais.
http://www.rtl.fr/actu/politique/francois-hollande-si-je-suis-elu-je-renegocierai-l-accord-trouve-a-bruxelles-7740597516
2011-12-12 10:45:00
http://media.rtl.fr/cache/0B0zUmNAJ_dGCIZgNVDu9w/330v220-2/online/image/2011/1010/7725146190_francois-hollande-sur-rtl-le-10-octobre-2011.jpg