"Appeler à voter Hollande au second tour ? Je refuse de répondre"

La députée européenne et candidate d'Europe Ecologie - Les Verts pour la Présidentielle répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie mercredi matin. "Je ne me trompe pas d'ennemi", a assuré mercredi Eva Joly, qui ne ménage pas ses critiques contre le candidat socialiste à l'élection présidentielle, François Hollande. Choquée par l'amendement confus de l'accord électoral entre le Parti socialiste et EELV sur l'avenir de la filière nucléaire en France, elle accuse les socialistes d'avoir cédé au lobbying du groupe Areva et "d'être du bois dont on fait les marionnettes". "Je suis très consciente que nous sommes dans le même bateau avec les socialistes", a-t-elle souligné. Eva Joly a toutefois refusé de répondre à la question de savoir si elle appellerait à voter pour François Hollande au second tour de l'élection présidentielle, si tel est le scénario.

Eva Joly sur RTL le 23 novembre 2011
Crédit : RTL
Eva Joly sur RTL le 23 novembre 2011
>
Eva Joly, députée européenne et candidate d'Europe Ecologie - Les Verts pour la Présidentielle : "Appeler à voter Hollande au second tour ? Je refuse de répondre" Crédits Média : Jean-Michel Aphatie | Durée : | Date :
1/

Jean-Michel Aphatie : Bonjour, Eva Joly.

Eva Joly : Bonjour 

Jeudi dernier, vous avez subitement renoncer à débattre avec Jean-François Copé sur France 2. Puis, vous avez annulé tous vos autres rendez-vous de campagne, et vous avez disparu. Vous êtes de retour dans votre campagne électorale depuis hier : une interview dans "Le Monde" ; une interview hier soir sur France 2. Et ce matin, sur RTL. Cette disparition-réapparition, Eva Joly, était-elle le fruit d'un coup de colère ou d'un calcul tactique ?

Elle était le fruit d'une situation qui, pour moi, était insupportable.

Coup de colère ?

Un coup de colère ! L'accord avait été conclu, et ça c'est dans la norme ; tous les partis politiques du monde concluent des pactes avec des compromis. Donc, ça, je l'ai accepté.

Mais ce qui était pour moi totalement inacceptable, c'était l'intervention d'Areva dans cet accord qui obtenait qu'on biffe un paragraphe qui ne leur convenait pas sur la filière du Mox. Et comme vous le savez, j'ai combattu les lobbies et l'emprise excessive des multinationales depuis toute ma vie, ou depuis un peu moins quinze ans, et voir que ça se faisait aussi ouvertement que la réalité de la vie politique qu'Areva avait l'ambition, donc, d'interférer, je trouvais ça absolument insupportable.

Et je n'ai pas voulu que ma parole puisse être instrumenté dans ce débat-là ; et je ne voulais pas non plus intervenir dans ce que j'espérais être les dernières rondes des négociations pour rétablir ce paragraphe. Donc, je n'ai pas pu faire le débat avec monsieur Copé, ce jeudi-là, parce qu'on n'aurait pas parlé d'éthique en politique, on aurait parlé que de l'accord et des problèmes qu'il posait.

Mais c'est une manière, enfin  ! A deux reprises, hier, vous avez dit pour avancer et pour être dans l'actualité - à deux reprises, hier -, vous avez dit que l'accord passé entre les Verts et le Parti socialiste ne vous faisait pas rêver.

Non, c'est vrai.

C'est donc un mauvais accord, Eva Joly ?

Je ne dis pas que c'est un mauvais accord. Je pense que les négociateurs ont fait un travail...

...  Comment le qualifiez-vous ?

... Remarquable pour faire l'accord le mieux possible dans ces circonstances ; mais ça ne veut pas dire qu'ils portent tout le programme écologique.

Mais c'est quoi ?

Il est un socle qui fait qu'on puisse avoir un groupe de députés lors des élections législatives ; mais ça ne fait évidemment pas le programme présidentiel.

Donc, ce n'est pas un mauvais accord. Donc, c'est un bon accord ?

Non, c'est trop simpliste.

Ah !

Moi je regrette...   

Mais il faut bien le qualifier cet accord !

Je regrette vraiment que nous ne sommes pas allés au bout de la logique pour dire : nous allons sortir du nucléaire parce que seule ...

Donc, vous regrettez que l'accord ait été conclu ?

Seule la décision de sortie du nucléaire va permettre la réindustrialisation et de vraiment changer de siècle et partir vers l'énergie renouvelable qui, seule, peut assurer cela, assurer notre avenir en toute sécurité avec les emplois qui vont avec.

Donc, vous regrettez que l'accord ait été conclu ?

Je ne regrette pas que l'accord ait été conclu parce que...

... Mais vous dites : "Je regrette qu'on n'ait pas été au bout de notre logique !"

... Je comprends. Voilà, mais ça c'est le compromis, je veux dire. Nous ne pouvons pas obtenir gain de cause sur tous les points et cet accord a eu l'intelligence de ne pas camoufler nos désaccords mais de les acter.

Dépêche AFP, hier, 21h11 : "Eva Joly de retour s'en prend à François Hollande et irrite dans son parti". Il y a des citations : "Tout le monde est énervé à la direction d'Europe Ecologie - Les Verts" ; "Elle ne dit pas un mot pour positiver l'accord" ; En gros, "elle dit : A elle, les valeurs, aux autres, la tambouille". Vous avez un problème, aujourd'hui, avec les dirigeants d'Europe Ecologie - Les Verts, Eva Joly ?

Ecoutez, moi j'ai été élue par les militants et par tous ceux qui sont venus à notre primaire pour porter notre projet écologique avec la sortie du nucléaire, avec la République exemplaire, avec la lutte contre le changement climatique, avec la lutte pour la bio-diversité et pour la justice sociale et je pense que j'ai l'appui de l'encadrement et des militants pour faire cela. Et je suis très consciente que nous sommes dans le même bateau avec les socialistes mais vous admettrez que j'ai le droit d'intervenir sur le cap que nous devons fixer.

Vous avez dit, hier, que "les socialistes étaient du bois dont on fait les marionnettes". La formule est drôle mais est-ce que vous ne faites pas le jeu de Nicolas Sarkozy avec de telles formules, Eva Joly ?

Ecoutez, j'ai dit cela par rapport au fait qu'Areva a pu intervenir et a pu obtenir qu'on change un accord qui était signé.

Ca, vous l'avez déjà dit ! Mais ma question est de savoir  si vous ne faites pas le jeu de Nicolas Sarkozy avec ces formules ?

Et je regrette... Je regrette... Je regrette qu'ils ont résisté - les écologistes dans notre volonté de sortir du nucléaire -, et qu'ils n'ont pas résisté aux lobbies. Et ça, c'est un fait.

Et ma question, ma question : c'est un fait. Ma question...

... Et moi ce qui m'étonne, voyez-vous, c'est les commentaires des journalistes, ils n'ont pas révélé. Tout se passe comme si c'était normal, comme si il n'y avait que moi que ça indignait ...

Les journalistes sont des gens étonnants sans doute puisqu'ils vous étonnent. Ma question : est-ce que vous ne faites pas le jeu de Nicolas Sarkozy avec de telles formules ?

Ecoutez, moi je pense que les Français ont envie d'un langage de vérité ; ils ont envie d'éthique en politique ; et j'espère pouvoir porter cela.

Voyez la "une" du "Figaro" : "Eva Joly attaque Hollande et le PS".

Mais je n'ai pas regardé. C'est un très bon journal mais je n'ai pas eu le temps - comme vous êtes très matinal - de le lire encore.

Mais donc, il y a à la"une" du "Figaro" qui dit que vous attaquez le Parti socialiste.

Mais ça, c'est évidemment leur vision des choses.

Est-ce que vous appellerez s'il est qualifié pour le second tour... Excusez-moi !

Ce qui compte pour moi, ce qui compte pour moi...

Bien  sûr ! Est-ce que vous appelerez, s'il est qualifié pour le second tour, à voter pour François Hollande qui s'est engagé à poursuivre la construction de l'EPR de Flamanville ?
   
Pour moi, la sortie du nucléaire est une vraie question. C'est une question morale, c'est une question industrielle aussi, et il y a tellement de mensonges, tellement d'idéologies autour du nucléaire que je suis au moins contente que le débat du nucléaire est sur la table et nous avons toute la période des Présidentielles, de la préparation, pour discuter du nucléaire ; et moi, j'ai tout ce temps pour convaincre mes concitoyens que la voie elle passe par la sortie du nucléaire...   

... Bien sûr.

... Et la fermeture de la centrale de Flamanville.

Pouvez-vous répondre, Eva Joly, à ma question ?

Ecoutez : pas là ; non.

Donc, vous ne pouvez pas dire : "Oui, je vais appeler à voter François Hollande s'il est qualifié pour le deuxième tour ?"

Je ne me trompe pas d'ennemi. Mon objectif est de battre Nicolas Sarkozy parce que moi, je pense que le pays ne supporterait pas...

... Pouvez-vous répondre à ma question alors ?

... Un deuxième mandat de Nicolas Sarkozy qui creuse les inégalités...

... Bien sûr. Non mais...

... Et qui oppose les Français les uns aux autres. C'est mon ennemi.

Pouvez-vous répondre à une question...

C'est mon ennemi. C'est mon ennemi.

Pouvez-vous répondre à ma question : appellerez-vous, s'il est qualifié au second tour, à voter pour François Hollande ?

Pourquoi ne demandez-vous pas si François Hollande appellerait à voter pour moi ? C'est comme si cette situation-là ne pouvait pas se produire !

Bon, donc vous ne répondez pas à ma question. Etes-vous solidaire, Eva Joly, des salariés d'Areva qui redoutent un plan social ?

Vous savez, monsieur Aphatie, moi j'ai passé mille jours de ma vie à faire de la restructuration industrielle, à sauver les emplois...

Mais, est-ce que vous pouvez répondre à ma question ?

J'ai négocié avec la CGT dockers, j'ai obtenu de sauver des emplois à Marseille et la CGT du nucléaire ne me fait pas peur, et évidemment, je travaillerai avec eux. Je travaillerai avec eux pour faire des plans sociaux, pour faire de l'accompagnement et surtout pour moi, la sortie du nucléaire se fait sur une génération et à effectifs constants.

Eva Joly, qui aimait bien qu'on réponde à ses questions quand elle était juge d'Instruction, répond moins facilement aux questions quand elle est invitée à RTL.
2012 et vous OK




par La rédaction numérique de RTL
Suivez La rédaction numérique de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7737570791
"Appeler à voter Hollande au second tour ? Je refuse de répondre"
"Appeler à voter Hollande au second tour ? Je refuse de répondre"
La députée européenne et candidate d'Europe Ecologie - Les Verts pour la Présidentielle répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie mercredi matin. "Je ne me trompe pas d'ennemi", a assuré mercredi Eva Joly, qui ne ménage pas ses critiques contre le candidat socialiste à l'élection présidentielle, François Hollande. Choquée par l'amendement confus de l'accord électoral entre le Parti socialiste et EELV sur l'avenir de la filière nucléaire en France, elle accuse les socialistes d'avoir cédé au lobbying du groupe Areva et "d'être du bois dont on fait les marionnettes". "Je suis très consciente que nous sommes dans le même bateau avec les socialistes", a-t-elle souligné. Eva Joly a toutefois refusé de répondre à la question de savoir si elle appellerait à voter pour François Hollande au second tour de l'élection présidentielle, si tel est le scénario.
http://www.rtl.fr/actu/politique/eva-joly-appeler-a-voter-hollande-au-second-tour-je-refuse-de-repondre-7737570791
2011-11-23 11:43:00
http://media.rtl.fr/cache/4-V8OYEnvsKPRVW-lfcUIQ/330v220-2/online/image/2011/1123/7737575869_eva-joly-sur-rtl-le-23-novembre-2011.jpg