Duflot, Royal, Fillon : les larmes des hommes et femmes politiques

EN IMAGES - Avant Cécile Duflot, submergée par l'émotion mardi à l'Assemblée nationale, d'autres hommes ou femmes politiques se sont laissés aller à une petite larme. Tour d'horizon.

Larmes d'émotion, de colère, de tristesse. Larmes d'hommages, larmes discrètes, larmes qui coulent à flots... Les femmes et les hommes de la vie politique française ne sont pas imperturbables. Parfois submergés par de vifs sentiments, ils laissent apparaître des larmes, souvent passées à la postérité parce qu'elles marquent l'opinion publique et rappellent le caractère faillible de nos élus.

Cécile Duflot avait ainsi les yeux rougis mardi, dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale, après une question d'un député UMP sur le tweet controversé de son compagnon. Xavier Cantat s'était dit "fier", le 14 juillet, de boycotter le défilé militaire des Champs-Elysées. Avant elle, d'autres ont craqué. Tour d'horizon des larmes "politiques" les plus célèbres.

1974 : Simone Veil et le débat sur l'IVG

Crédit : AFP
Simone Veil lors d'un discours sur l'IVG, le 26 novembre 1974 à l'Assemblée nationale.

Ce sont à la fois les larmes les plus célèbres de l'histoire politique française et les plus contestées. "Je voudrais vous faire partager une conviction de femme. Je m'excuse de le faire devant cette assemblée presque exclusivement composée d'hommes. Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l'avortement...". A la tribune de l'Assemblée nationale, la ministre de la santé Simone Veil prononce un discours, aux accents déjà historiques, en faveur de l’adoption de la loi sur l’interruption l’IVG en 1974.

Fatiguée par les attaques de ses détracteurs, Simone Veil aurait regagné son fauteuil une larme sur la joue. Interrogée sur ce moment d'émotion, elle dément aujourd'hui avoir pleuré.

Une photo immortalisée par l'agence Sygma lors du débat de novembre 1974 montre une Simone Veil assise dans l'hémicycle, concentrée sur ses notes, une cigarette dans la main droite, la main gauche occupée à s'essuyer les yeux. "Elle pleure", avait alors commenté la presse. L'instant croqué était-il si lyrique ? "Eh bien, non, je n'ai pas du tout le souvenir d'avoir pleuré", a expliqué l’intéressée dans un livre, rapporte L'Express. Simone Veil a précisé que ce n'était pas des larmes de tristesse, mais de fatigue. Il était 3 heures du matin.

1981 : Pierre Mendès France et l'accolade de François Mitterrand

>
Pierre Mendes France / François Mitterand

Lors de son investiture, François Mitterrand a serré les mains de ses amis et collaborateurs. Mais c'est face à Pierre Mendès France que le président marquera un temps d'arrêt. "Indépendamment des membres de ma famille et de mes amis personnels, vous êtes ici la personne dont la présence me touche le plus", lui dit alors le chef de l’État. "Vous avez été l'initiateur de ce changement : c'est aussi votre œuvre".

1993 : Ségolène Royal et la défaite

Élections législatives de mars 1993, la gauche est lourdement battue. Lors de son dernier conseil des ministres, François Mitterrand salue ses anciens ministres un par un. Ségolène Royal, alors ministre de l'Environnement, fond en larmes lors d'une longue poignée de main avec le président.

1993 : François Mitterrand et le suicide de Pierre Bérégovoy

>
François Mitterrand, hommage à Pierre Bérégovoy

Le 4 mai 1993 a eu lieu l'enterrement de Pierre Bérégovoy à Nevers (Nièvre). L'ancien Premier ministre s'est suicidé trois jours plus
tôt. Pendant son oraison funèbre, la voix de Mitterrand vascille quand il évoque "l'honneur d'un homme" qui aurait été, dit-il, "jeté aux chiens".

1994 : Valéry Giscard d'Estaing et le souvenir de l'Occupation

>
Débat entre Valéry Giscard d'Estaing et Michel Rocard

A l'époque, Valéry Giscard d'Estaing désapprouve la décision de faire défiler des soldats allemands de l'Eurocorps le 14 juillet sur les Champs-Elysées. Pour l'ancien président, le souvenir de l'Occupation est encore trop frais : "Excusez-moi, ça m'émeut encore aujourd'hui", explique-t-il alors sur le plateau du 20 heures de France 2.

1998 : Roselyne Bachelot et le souvenir d'un ami mort du sida

>
Roselyne Bachelot discours sur le pacs, 7-11-1998

A la tribune de l'Assemblée, Roselyne Bachelot vient de prononcer un plaidoyer pour le Pacs. Revenue à son banc, la députée est très émue par le souvenir de l'un de ses amis mort du sida. Ce discours a contribué à lui assurer une certaine notoriété. Elle a confié par la suite l'avoir co-écrit avec le gaulliste Philippe Séguin.

1998 : Christine Boutin face à Lionel Jospin

Durant ce même débat sur le Pacs, Christine Boutin craquera à la suite d'une violente invective de Lionel Jospin. "Il y a deux façons d'agir : il y a celui qui dit 'je suis droit dans mes bottes', et il y a celui qui préfère ajuster, reprendre et qui préfère dire je suis souple dans mes baskets", martèle le Premier ministre avant de qualifier Christine Boutin de "marginale" et "outrancière dans ses propos" sur le PACS. La tête entre les mains, la député pleure. A ses côtés, Philippe Douste-Blazy tente de la réconforter.

2002 : Martine Aubry face à la défaite

Il arrive parfois à "la dame de fer" de pleurer. Épuisée par les législatives du Nord, et déçue d'avoir perdu, Martine Aubry a du mal à cacher son émotion.

2002 : Arlette Laguiller et la mort d'un historique de LO

Candidate de Lutte Ouvrière à l'élection présidentielle, Arlette Laguillier pleure en direct sur LCI et RTL à l'évocation de la mort en février 2002 d'un responsable historique de son parti, Pierre Bois. "Excusez-moi, je suis très émue, Pierre Bois a beaucoup compté pour moi, et j'ai du mal à supporter tout ce qui se dit autour de ça" explique la candidate.

2010 : François Fillon et la mort de Philippe Séguin

>
François Fillon après la mort de Philippe Séguin

Le 7 janvier 2010, François Fillon est ému aux larmes lors de la conférence de presse organisée à l’Hôtel Matignon en hommage à son "mentor" Philippe Séguin, décédé la nuit précédente.

2011 : Ségolène Royal face à la défaite

Le soir de sa défaite au premier tour de la primaire socialiste, le 9 octobre 2011, Ségolène Royal laisse échapper des larmes de déception.

2013 : Pozzo di Borgo et la mort de Clément Méric

>
Yves Pozzo di Borgo sur le plateau de LCP

Moment d'émotion sur le plateau de Ça vous regarde sur La Chaîne Parlementaire. Le sénateur UDI Yves Pozzo di Borgo fond en larmes en évoquant la mort, le jour même, de Clément Méric.

"Quand je vois ces gamins qui meurent comme ça alors qu’ils s’engagent en politique ça me choque" explique le sénateur UDI, dans un sanglot. Silence poignant sur le plateau alors que l’élu reste sans voix, tout comme les autres invités. "Vos larmes représentent toute la France" lui adresse Eduardo Rihan-Cypel, député PS assis en face de lui.

La rédaction vous recommande

 

par Emilie LaystaryJournaliste RTL
Suivez Emilie Laystary sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7763204606
Duflot, Royal, Fillon : les larmes des hommes et femmes politiques
Duflot, Royal, Fillon : les larmes des hommes et femmes politiques
EN IMAGES - Avant Cécile Duflot, submergée par l'émotion mardi à l'Assemblée nationale, d'autres hommes ou femmes politiques se sont laissés aller à une petite larme. Tour d'horizon.
http://www.rtl.fr/actu/politique/duflot-royal-fillon-les-larmes-des-hommes-et-femmes-politiques-7763204606
2013-07-17 12:55:39