14-Juillet : François Fillon a-t-il été trop loin ?

En attaquant Eva Joly sur sa bi-nationalité, François Fillon a-t-il commis un faux pas ? La candidate écologiste a proposé de remplacer le traditionnel défilé militaire du 14 juillet par un défilé citoyen. Ce qui a fait dire au Premier ministre "que cette dame n'a pas une culture très ancienne de la tradition française". Une phrase qui indigne à Gauche et qui embarrasse, un peu, à Droite.

Eva Joly, candidate écologiste à l'élection présidentielle de 2012,a déclenché un tollé en proposant la suppression du défilé militaire du 14 juillet mais la violence des attaques la visant en a choqué beaucoup.

La droite y a vu, à l'image de l'UMP Jacques Myard, des "idées de soixante-huitarde attardée" et certains s'en sont pris aux origines étrangères de la franco-norvégienne, à commencer par le Premier ministre. "Je pense que cette dame n'a pas une culture très ancienne de la tradition française, de l'Histoire française et des valeurs françaises", a-t-il dit.

Le député UMP Guy Teissier, président de la Commission de la Défense à l'Assemblée nationale, a taxé la candidate écologiste d'"anti-France". Il l'a accusé de vouloir une "société sans mémoire" et de faire preuve de "naïveté absurde".

Le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, y voit un mépris "du lien unique construit entre les Français et leur armée" au moment où les soldats français sont engagés en Afghanistan et en Libye.

A l'extrême droite, Marine Le Pen, présidente du Front national, a estimé que la candidat écologiste "ne comprend absolument rien aux liens extrêmement profonds qui existent entre le peuple français et son armée".

"Je ne crois pas qu'il soit légitime de se présenter à la présidence de la République quand on est devenu français tardivement et quand encore il y a quelques mois on était aux côtés du gouvernement norvégien pour lui apporter des conseils", a-t-elle dit sur RTL. A gauche, Eva Joly a trouvé de nombreux soutiens, à commencer par celui du Parti de gauche, qui dénonce dans un communiqué "le flot d'insultes" adressées à l'ancienne magistrate, "particulièrement tous les propos qui jouent de façon nauséabonde sur son origine étrangère".

Des historiens défendent le 14-Juillet

Après la polémique provoquée par la proposition d'Eva Joly de supprimer le défilé militaire du 14 juillet, des historiens soulignent que ce rendez-vous fondé il y a 131 ans s'inscrit dans une série de rites républicains qui permettent de cimenter la nation.

Le défilé sur les Champs-Elysées, mais aussi "La Marseillaise", les bals populaires, les élections ou le buste de Marianne dans les mairies, autant de symboles forts d'unité de la République française.

"Un pays est fait de traditions, de rites, de cérémonies, qui lui donnent le sentiment d'exister collectivement. Le défilé militaire du 14 juillet en fait partie", plaidait l'ex-ministre Jean-Pierre Chevènement dans Le Parisien samedi.

"Les rituels républicains jouent un rôle important, chaque nation a des symboles. Quand on veut les nier ou les effacer, on va à l'encontre de l'histoire d'un pays", assure en écho l'historien Max Gallo.

Pour Olivier Ihl, directeur de l'Institut d'Études Politiques de Grenoble, "le fait de commémorer la prise de la Bastille, l'acte fédérateur au coeur de la création de la nation moderne, c'est une manière d'inviter chaque Français à expérimenter l'idée de France".

Au quotidien, l'idée de nation est très abstraite pour les Français, constate-t-il. Mais le 14-juillet -- cette "sommation festive" relève Olivier Ihl -- ils sentent "l'idée d'histoire, de politique, de nation". 
  
"Une armée citoyenne"

"Venir voir les militaires défiler inculque une forme d'appartenance collective" à la France, insiste-t-il, remarquant que le défilé reste un rendez-vous "populaire" où les familles se pressent. "Ce ne sont certainement pas la société consumériste ou la logique des marchés qui peuvent procurer ce sentiment" d'appartenance, note-t-il.

Pour Max Gallo, la descente des Champs montre "une armée citoyenne". "Ce n'est pas du tout une parade guerrière marquant la conquête de nouveaux territoires, de l'agressivité ou du nationalisme, poursuit-il. C'est une célébration de l'union - délicate à certains moments de l'Histoire de France - entre l'armée et la République. C'est une fête".

Une fête qui, selon lui, trouve son prolongement dans les milliers de bals, concerts et autres feux d'artifices qui ont lieu à travers tout le pays. "L'aspect militaire, avec le défilé, ne peut pas être séparé de l'aspect populaire, le bal".

"Que l'armée soit au coeur de l'espace public à l'occasion d'un rituel de démonstration de sa force et de sa discipline, ça reste une idée civique", souligne Olivier Ihl, insistant: "C'est l'occasion de montrer que cette armée est sous le contrôle de la nation et à son service, que ce n'est pas +un Etat dans l'Etat+, qu'elle est républicaine".

(Avec AFP)

par La rédaction numérique de RTL
Suivez La rédaction numérique de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7703092074
14-Juillet : François Fillon a-t-il été trop loin ?
14-Juillet : François Fillon a-t-il été trop loin ?
En attaquant Eva Joly sur sa bi-nationalité, François Fillon a-t-il commis un faux pas ? La candidate écologiste a proposé de remplacer le traditionnel défilé militaire du 14 juillet par un défilé citoyen. Ce qui a fait dire au Premier ministre "que cette dame n'a pas une culture très ancienne de la tradition française". Une phrase qui indigne à Gauche et qui embarrasse, un peu, à Droite.
http://www.rtl.fr/actu/politique/critiques-envers-eva-joly-la-droite-persiste-et-signe-7703092074
2011-07-16 20:00:00