Classes préparatoires : Vincent Peillon ferme face aux profs qui font beaucoup d'heures sup

Vincent Peillon a averti qu'il "ne reculerait pas" devant les professeurs qui se disent "surchargés de travail" mais font de nombreuses heures supplémentaires.

Le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon le 21 novembre 2013 à Paris.
Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon le 21 novembre 2013 à Paris.

Vincent Peillon s'est défendu mercredi 4 décembre, sur France Inter, "d'attaquer les classes préparatoires" mais a averti qu'il "ne reculerait pas" devant les professeurs qui se disent "surchargés de travail" mais font de nombreuses heures supplémentaires. Le ministre de l’Éducation nationale a lancé des discussions sur les métiers des enseignants, dont ceux des classes préparatoires qui préparent aux concours des grandes écoles. Ces professeurs craignent une hausse du nombre d'heures de cours et une baisse de leurs rémunérations.

"Je dis aux professeurs des classes préparatoires - qui ont beaucoup de mérite, les professeurs de zones d'éducation prioritaire en ont aussi - : vous êtes utiles, vous êtes indispensables, je reconnais vos qualités et nous les confortons", a dit le ministre. Mais il a relevé qu'il y avait des "situations très disparates qui vont de 1 à 3 - la Cour des comptes l'avait pointé - avec des gens qui travaillent 8 heures d'autres 16 heures et donc nous avons une discussion avec les classes préparatoires pour mettre de la transparence, de la justice et de l'équité".

"3, 4 ou 5%" de salaire en moins


Vincent Peillon a qualifié de "totalement inexact" les chiffres de "10 à 20% de salaire en moins" avancés par les syndicats. Il y a des professeurs "et surtout les plus jeunes et ceux qui sont à la fois en lycée et en classe préparatoire, qui vont gagner avec cette réforme et d'autres qui vont perdre dans des proportions qui sont de 3, 4 ou 5%", a affirmé le ministre. "Ceux qui vont perdre le plus", a-t-il dit, sont ceux qui font beaucoup d'heures supplémentaires.

Les prof de classes préparatoires "à juste titre me disent 'nous avons des tâches particulières'. On le reconnaît puisqu'ils font 10 heures" de cours, avec des "décharges" de une ou deux heures dans des cas spécifiques. Les professeurs du secondaire font 15 ou 18 heures de cours. "Et puis il y en a qui font 6, 7 ou 8 heures supplémentaires. C'est ce qu'a pointé la Cour des comptes. Comment vous pouvez dire à la fois '8 heures, je ne peux pas faire plus, je suis surchargé', et faire 8 heures supplémentaires", a-t-il demandé. "A ceux-là je dis: 'ce n'est pas la peine de penser que je vais reculer. Il y a des principes de justice : si on travaille beaucoup, on fait ses 10 heures, 9 heures ou 8 heures, mais on n'a pas au-delà de 4, 5 ou 6 heures supplémentaires", a dit le ministre.

La rédaction vous recommande

"

par La rédaction numérique de RTL
Suivez La rédaction numérique de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7767577508
Classes préparatoires : Vincent Peillon ferme face aux profs qui font beaucoup d'heures sup
Classes préparatoires : Vincent Peillon ferme face aux profs qui font beaucoup d'heures sup
Vincent Peillon a averti qu'il "ne reculerait pas" devant les professeurs qui se disent "surchargés de travail" mais font de nombreuses heures supplémentaires.
http://www.rtl.fr/actu/politique/classes-preparatoires-vincent-peillon-ferme-face-aux-profs-qui-font-beaucoup-d-heures-sup-7767577508
2013-12-04 10:24:40
http://media.rtl.fr/cache/nlYbASyvKr2-JKnmS45t0Q/330v220-2/online/image/2013/1126/7767295791_le-ministre-de-l-education-nationale-vincent-peillon-le-21-novembre-2013-a-paris.jpg