Océane : un homme se demande s'il n'est pas le meurtrier

Un rebondissement dans l'enquête sur le meurtre d'Océane, le week-end dernier à Bellegarde, dans le Gard. C'est une information RTL que Julien Dumond vous donnait mardi soir. Un jeune homme des environs s'est présenté de lui-même à la gendarmerie. Ce marginal de 25 ans, placé en garde à vue, ne se souvient plus de ce qu'il a fait samedi soir - il avait trop bu. Il demande que son ADN soit comparé aux prélèvements effectués sur le corps de la fillette de 8 ans qui a été étouffée et poignardée. L'individu, au chômage, alcoolique et toxicomane, est connu pour des faits de violence, mais pas pour agression sexuelle. C’est sa compagne qui l’aurait poussé à se rendre à la gendarmerie. Le septuagénaire de la commune, placé en garde à vue dimanche soir, a été remis en liberté après avoir été mis hors de cause par les résultats des examens ADN. Une marche blanche est organisée ce mercredi après-midi à la mémoire de la jeune victime.

"Puisqu'on l'a, on le garde", a déclaré mercredi le procureur de la République de Nîmes Robert Gelli , précisant que les résultats de l'analyse ADN à laquelle l'homme a été soumis à sa demande seraient connus en fin d'après-midi.

"Il ne souvenait plus de ce qu'il avait fait samedi soir (soir de l'enlèvement d'Océane, Ndlr)", avait expliqué le magistrat mardi soir, confirmant une information de RTL. "Il a eu un trou noir", il était ivre dans la nuit de samedi à dimanche, avait ajouté Robert Gelli. 

En apprenant que des prélèvements ADN avaient été effectués pour démasquer le meurtrier, le jeune homme s'est présenté à la gendarmerie de Bellegarde à 22h30 et a demandé à "ce qu'on fasse des prélèvements sur lui pour vérifier que ce n'était pas lui" l'auteur des faits, a poursuivi le procureur.

Mardi soir, un septuagénaire de la commune, placé en garde à vue dimanche soir, a été remis en liberté mardi soir. Son ADN ne correspondant pas à celui de l’agresseur de la fillette. La décision, prise au vu des résultats de "la quasi totalité des analyses", relance donc une enquête qui s'était d'abord focalisée sur le retraité, condamné en 1999 à six ans de prison pour agression à caractère sexuel sur un mineur.

Dans cette enquête qui pourrait être longue, de nouvelles comparaisons seront effectuées en dehors du fichier des délinquants sexuels, avait précisé le procureur, qui privilégie la piste locale et n'exclut pas à ce titre une prise d'empreintes génétiques à grande échelle dans la commune de Bellegarde.

L'autopsie pratiquée lundi a démontré qu'Océane a subi des attouchements sexuels puis a été asphyxiée avant d'être poignardée à quatre reprises, des coups peut-être portés post-morte. Aucune trace défensive n'a été retrouvée sur le corps de la fillette.

Lundi, l'autopsie avait montré que la fillette, disparue depuis samedi et retrouvée dimanche matin non loin de chez elle, avait été victime d'attouchements sexuels puis asphyxiée et poignardée à quatre reprises, des coups peut-être portés post-mortem.

A Bellegarde, où les habitants sont encore sous le choc, une marche à la mémoire de l'enfant est prévue mercredi à 14h30, avant ses obsèques jeudi après-midi.

par Frédéric PerrucheJournaliste RTL
Suivez Frédéric Perruche sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7733479898
Océane : un homme se demande s'il n'est pas le meurtrier
Océane : un homme se demande s'il n'est pas le meurtrier
Un rebondissement dans l'enquête sur le meurtre d'Océane, le week-end dernier à Bellegarde, dans le Gard. C'est une information RTL que Julien Dumond vous donnait mardi soir. Un jeune homme des environs s'est présenté de lui-même à la gendarmerie. Ce marginal de 25 ans, placé en garde à vue, ne se souvient plus de ce qu'il a fait samedi soir - il avait trop bu. Il demande que son ADN soit comparé aux prélèvements effectués sur le corps de la fillette de 8 ans qui a été étouffée et poignardée. L'individu, au chômage, alcoolique et toxicomane, est connu pour des faits de violence, mais pas pour agression sexuelle. C’est sa compagne qui l’aurait poussé à se rendre à la gendarmerie. Le septuagénaire de la commune, placé en garde à vue dimanche soir, a été remis en liberté après avoir été mis hors de cause par les résultats des examens ADN. Une marche blanche est organisée ce mercredi après-midi à la mémoire de la jeune victime.
http://www.rtl.fr/actu/oceane-un-jeune-homme-s-est-rendu-aux-gendarmes-7733479898
2011-11-09 12:02:00