Nadine Morano : "François Hollande est un hypoprésident"

Nadine Morano, ancienne Ministre chargée de l'Apprentissage, répondait aux questions de Philippe Corbé lundi matin. La titulaire du portefeuille de l'apprentissage dans le dernier cabinet gouvernement Fillon s'est dite "totalement fidèle à l'action de Nicolas Sarkozy" qui a "un très grand bilan". "On l'avait qualifié d'hyperprésident, je constate, puisque nous sommes le 6 août, c'est le bilan des trois mois de François Hollande, que maintenant nous avons un hypoprésident", a-t-elle accusé.

Nadine Morano sur RTL le 15 février 2012
Crédit : RTL
Nadine Morano sur RTL le 15 février 2012
>
Nadine Morano, ancienne Ministre chargée de l'Apprentissage : "François Hollande est un hypoprésident" Crédit Média : Philippe Corbé Télécharger

Philippe Corbé : On vous a très peu entendue depuis votre défaite aux législatives. Vous aviez été une des porte-parole les plus emblématiques du sarkozisme pendant cinq ans. Est-ce que, a posteriori, vous ne vous dites pas que vous avez été peut-être trop exposée pendant ces cinq années pour défendre Nicolas Sarkozy et que vous avez peut-être aussi payé cette exposition ?

Nadine Morano : Ah non, j'assume totalement à la fois la politique qui a été menée par Nicolas Sarkozy, son bilan, qui est un très grand bilan à la fois international et au niveau des réformes que nous avons faites dans ce pays. Je n'ai vraiment aucun regret. Vous savez, des victoires et des défaites, on en connaît tous dans nos parcours politiques. J'ai connu des victoires, j'ai connu des défaites, ce n'est pas la première, mais celle-la me laisse un plutôt un goût amer puisqu'il y a eu des manoeuvres politiques qui sont d'ailleurs examinées par le Conseil Constitutionnel. Pour le reste, je reste totalement fidèle à l'action de Nicolas Sarkozy et j'ajoute qu'on l'avait qualifié d'hyper-président. Je vois et je constate, puisque nous sommes aujourd'hui le 6 août, et c'est donc le bilan des trois mois de François Hollande, que maintenant nous avons un hypo-président, puisque la France, à travers cette session parlementaire, est en recul. Ca a été le détricotage de tout ce qui a été fait et notamment...

On va revenir sur François Hollande dans un instant, mais juste un mot. Les Français ont parfois des fantasmes sur la vie politique. Ils connaissent mal finalement le fonctionnement de cette vie politique. Concrètement, vous n'étiez pas fonctionnaire...


Non.

Donc vous n'allez pas récupérer un poste dans une administration.

Non.

Vous touchez le chômage. De quoi vous allez vivre maintenant ?

C'est-à-dire que les anciens ministres qui ne repartent pas, comme vous l'avez dit, et comme beaucoup d'ailleurs dans la fonction publique lorsqu'ils sont fonctionnaires et lorsqu'ils ont quitté le privé depuis plus de dix ans, touchent leurs indemnités d'anciens ministres pendant six mois et ensuite, à eux...

Au chômage après ?

Au chômage, vous savez, non, j'ai beaucoup de projets. J'ai des propositions et beaucoup de projets personnels, et je ne compte surtout pas quitter non plus l'action. C'est ma passion que de servir les Français et de servir mon pays. Je ne le fais pas pour un statut, je le fais par amour de la France et je continuerai à le faire parce que c'est, voilà, c'est ce qui anime ma vie et je continuerai à défendre des idées. J'ai pris beaucoup de temps pour écrire, pour réfléchir.

Vous écrivez un livre.

Voilà. Parce que je pense que poser ses idées, ça permet aussi de laisser des écrits. Parce que lorsque vous avez énormément de media, dans des formats très courts, vous ne pouvez pas exposer très clairement des idées. Je crois que pour moi le temps est venu de dire aux Français ce que je pense et quelles sont mes analyses très concrètes pour notre pays.

Alors, Nadine Morano, une question d'actualité. On écoutait Yaël Goosz il y a un instant. Cette initiative de l'Eglise de France : une prière à l'occasion du 15 août, de l'Assomption, contre l'homoparentalité. Est-ce que c'est une initiative heureuse ?

Ecoutez, là vous interrogez donc la catholique et pas la responsable politique. Je dirais que...

La responsable politique qui est par ailleurs catholique, on va dire.

Voilà, disons le. Et je dirais que l'église est dans son rôle lorsqu'elle défend des valeurs, et notamment celles du mariage. En ce qui me concerne, et notamment à ce 15 août, qui est la fête de la Vierge Marie, je pense que, la Vierge Marie, à laquelle je suis très attachée, ne rejette aucun de ses enfants. Voilà. Et donc, je trouve, je ne m'attacherai pas à cette consigne à titre personnel. Je comprends qu'on puisse défendre les valeurs du mariage, mais moi je suis, en tant que responsable politique là, très attachée aux droits de tous les enfants et je m'étais positionnée, lorsque j'étais membre de la commission des droits de la famille en tant que parlementaire, à défendre le droit de tous les enfants, et notamment ceux aussi qui sont élevés par des couples de même sexe. Il a plus de 30.000 enfants ??? (54'55")

Vous regrettez que la droite ait été frileuse sur ce sujet, que Nicolas Sarkozy, par exemple, n'ait pas intégré cette question dans son programme ?

Ah moi, je fais partie de ceux qui, dans ma famille politique, ont une vision beaucoup plus moderne et réaliste de la société. Le texte sur le droit des tiers, lorsque j'étais Ministre de la Famille, était prêt, notamment aussi pour les parents divorcés et donc dans les familles recomposées et qui assument l'éducation des enfants. Je suis évidemment attachée à la famille traditionnelle mais aussi, je dois faire face à la réalité de la société et moi, ce qui m'intéresse, c'est que tous les enfants aient les mêmes droits, qu'ils soient élevés dans une famille traditionnelle ou pas. J'ajoute que lorsque j'entends que l'amour d'un père et d'une mère, évidemment c'est ce qu'on souhaite tous, c'est simplement oublier que 85% des violences faites à enfant le sont dans des familles traditionnelles. Il ne faut jamais perdre ça de vue.

Nadine Morano, vous l'avez dit tout à l'heure que nous sommes le 6 août. Ca fait donc trois mois que François Hollande a été élu Président. Trois mois que Nicolas Sarkozy a perdu son pari. Vous avez des contacts avec lui. Comment voit-il les trois premiers mois de la présidence Hollande ?

Ecoutez, il est évidemment très attentif à ce qui se passe dans son pays parce qu'il en a été le Président de la République et il s'y est impliqué du premier jour jusqu'au dernier. Je pense que, tout comme les Français, qui vont s'apercevoir lorsqu'ils vont rentrer de vacances, que les heures supplémentaires maintenant, qui étaient défiscalisées, eh bien ils vont payer des impôts. Neuf millions de Français en bénéficiaient. C'était important pour leur pouvoir d'achat. Un journaliste de L'Est Républicain, ici, a fait le compte. 7.500 entreprises en Meurthe-et-Moselle sont touchées. 46.000 salariés sont touchés également. C'est une perte de pouvoir d'achat entre 3 et 500 euros, voire pour certains près de 2.000 euros. J'ai un chauffeur poids-lourd qui est venu à ma permanence. Il a fait son calcul, il va perdre 1.600 euros. Et donc, vous voyez bien qu'en fait, entre les heures supplémentaires défiscalisées, entre l'augmentation de la CSG, entre l'augmentation des différents impôts, c'est un recul en trois mois de ce que nous avions apporté avec Nicolas Sarkozy. J'ajoute aussi que maintenant les droits de succession vont être fiscalisés. On va payer aussi des impôts sur tout le travail d'une vie alors qu'on les avait supprimés pour pouvoir transmettre à ses enfants le fruit de son labeur.

A vous entendre, Nadine Morano, on a l'impression que vous aimeriez que Nicolas Sarkozy redevienne président de l'UMP et mette en place la politique qu'il développait à l'Elysée.

Ecoutez, il y a une mesure qu'il avait prise avant la fin du quinquennat d'ailleurs, qui était extrêmement importante. C'était la suppression, enfin c'était la mise en place de la taxe anti-délocalisation, qui a été supprimée par le Parti Socialiste, qui était destinée à abaisser le coût du travail et surtout à taxer les importations. Ca été supprimé. Alors que, rappelez-vous, Manuel Valls était totalement favorable à cette taxe.

C'était le débat de la campagne présidentielle, Nadine Morano.

Voilà, mais oui, mais oui...

Juste en un mot : vous allez soutenir qui pour la présidence de l'UMP ? Copé, Fillon, Nathalie Kosciusko-Morizet, Le Maire, Estrosi ?

D'abord, nous ne connaissons pas tous les candidats. J'observe que moi-même j'ai reçu et j'ai été très touchée d'ailleurs, de nombreux... J'ai reçu des centaines de mails à dire vrai. Vous voyez, comme quoi, quand on perd une élection, le téléphone n'arrête pas de sonner et le mail continue à fonctionner.

Des parrainages, pour vous ?

J'ai même reçu des parrainages sans même avoir parlé d'une quelconque déclaration sur nadinemorano.fr, sur mon site internet. Mais j'observe que ceux qui sont candidats sont tout à fait légitimes. Jean-François Copé a fait un travail extraordinaire. Christian Estrosi, qui est maire de la cinquième ville de France, qui est le président de la troisième fédération UMP.

Nadine Morano, vous n'avez pas encore choisi ?

Mais, comment voulez-vous d'abord choisir si tous les candidats ne sont pas encore déclarés ?

par Philippe CorbéJournaliste RTL
Suivez Philippe Corbé sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7751441145
Nadine Morano : "François Hollande est un hypoprésident"
Nadine Morano : "François Hollande est un hypoprésident"
Nadine Morano, ancienne Ministre chargée de l'Apprentissage, répondait aux questions de Philippe Corbé lundi matin. La titulaire du portefeuille de l'apprentissage dans le dernier cabinet gouvernement Fillon s'est dite "totalement fidèle à l'action de Nicolas Sarkozy" qui a "un très grand bilan". "On l'avait qualifié d'hyperprésident, je constate, puisque nous sommes le 6 août, c'est le bilan des trois mois de François Hollande, que maintenant nous avons un hypoprésident", a-t-elle accusé.
http://www.rtl.fr/actu/nadine-morano-francois-hollande-est-un-hypopresident-7751441145
2012-08-06 08:14:00
http://media.rtl.fr/cache/RdLx35-odzpo_xgBi5DowQ/330v220-2/online/image/2012/0215/7743794445_nadine-morano-sur-rtl-le-15-fevrier-2012.jpg