Mort de Fiona : Berkane Maklouf, portrait d'"un gars de la rue"

PORTRAIT - Berkane Maklouf est accusé par sa compagne d'avoir frappé à mort la petite Fiona. Le beau-père de la fillette est décrit par l'un de ses proches comme un "zonard" souffrant d'une grave addiction aux drogues dures.

Berkane Maklouf, au pied de son immeuble le 14 mai dernier
Crédit : Capture d'écran vidéo La Montagne.fr
Berkane Maklouf, au pied de son immeuble le 14 mai dernier

Berkane Maklouf semblait très sûr de lui devant les caméras. La scène se passe au pied de son immeuble, à Clermont-Ferrand, le 14 mai dernier. Deux jours après l'annonce de la disparition de Fiona. Les journalistes font le pied de grue devant le domicile de Cécile Bourgeon et son compagnon. Au centre, un homme à l'allure fluette, capuche sur la tête et baskets aux pieds. L'homme est excédé. La séquence est capturée par un journaliste du quotidien La Montagne.

"Laissez-nous nous reconstruire un petit peu quand même ! Laissez-nous nous remettre d'aplomb ! On a fait 48 heures d'audition. C'est bon quand même ! On est en train de péter un plomb. On veut retrouver notre gamine, on ne sait pas où est notre pépette ! Vous croyez quoi ?!", lance-t-il aux journalistes. À cette époque, la France entière est persuadée que la petite Fiona a disparu.

Un rôle encore flou

Quatre mois et demi plus tard, Berkane Maklouf et sa compagne sont passés aux aveux. Après 24 heures de garde à vue, Cécile Bourgeon, la mère, a craqué la première. Fiona n'a pas disparu dans le parc Montjuzet le 12 mai dernier. La fillette de 5 ans est morte 48 heures auparavant et a été enterrée en lisière de forêt. Elle accuse son compagnon d'être l'auteur des coups mortels. Peu de temps après, Berkane Maklouf finit par lui emboîter le pas. Mais il nie avoir frappé à mort la fillette. Il évoque une simple fessée et des vomissements qui seraient à l'origine de sa mort.

Un toxicomane notoire, selon un proche

Âgé de 32 ans, sans emploi, Berkane Maklouf a déjà été condamné pour violences et usage de stupéfiants. Il est décrit comme un toxicomane notoire par l'un de ses proches. Interrogé par BFMTV, il évoque un "gars de la rue", qui "avait essayé toutes les drogues possibles" et "ne faisait rien pour s'en sortir". Dans Le Point, certaines connaissances vont plus loin et parlent d'"un vaurien", de "la pire des racailles" et même d'"une poubelle à drogues". La teneur du propos est la même du côté de Perpignan. "Dès qu'il est arrivé, il cherchait de l'héroïne et demandait où on pouvait en trouver" ont indiqué à l'AFP des jeunes du quartier où le couple s'est installé après avoir déménagé de Clermont-Ferrand, quelques jours après la disparition de Fiona.

Un profil à la dérive qui a conduit le procureur de la République de Clermont-Ferrand à privilégier la piste familiale. "Dès le début de l'affaire, nous les avons placés sur écoutes téléphoniques. L'enquête nous a conduit dans les milieux toxicomanes de Clermont-Ferrand, qu'ils fréquentaient assidûment", explique-t-il dans Le Point. "Nous avons découvert que le couple achetait et consommait sa drogue en compagnie des deux enfants, Fiona et sa petite sœur Éva", ajoute-t-il.

Par ailleurs, Berkane Maklouf a tardé à révéler aux enquêteurs qu'il possédait un studio à Clermont-Ferrand. Une adresse dédiée au trafic et à la consommation de drogue. C'est là qu'il retrouvait les trois jeunes marginaux placés en garde à vue mardi 24 septembre.

Il faisait barrage au père de Fiona

Si l'homme était discret, il pouvait avoir un comportement agressif. On sait notamment qu'il avait imposé au père biologique de Fiona de couper les ponts avec sa fille. Le lendemain des aveux du couple, Nicolas Chafoulais confiait ainsi au Parisien (lien payant) qu'il lui était devenu impossible de voir ses filles depuis que son ex-compagne avait rencontré Berkane Maklouf. "Un jour, Fiona m'a confié qu'il lui avait fait mal", avait-il indiqué.

Compagnon possessif, Berkane Maklouf avait une très grande emprise sur Cécile Bourgeon. Il l'a poussait par exemple à se convertir à l'islam, sans même tenir compte de la volonté de sa famille, relate encore Le Point. "Il lui aurait bien fait porter le voile. Et elle était tellement influençable", confie ainsi une ancienne amie de la mère à l'hebdomadaire.

Mis en examen pour "coups mortels" aggravés et incarcéré, Berkane Maklouf encourt 30 ans de réclusion. Il a été transféré à Clermont-Ferrand où il pourrait participer aux fouilles pour retrouver le corps de Fiona ce vendredi. Il doit être présenté à une juge d'instruction en fin de journée.

La rédaction vous recommande
BenjaminHuepro
par Journaliste RTL
Suivez Benjamin Hue sur :
Vous aimerez aussi
Commentaires Avec Bell & Ross

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous