Marine Le Pen : "Le FN n'a rien à voir avec l'agression de ce militant d'extrême gauche"

INVITÉE RTL - Marine Le Pen, présidente du Front national, estime que l'agression de Clément, militant d'extrême gauche, mercredi 5 juin, n'a "strictement rien à voir avec le FN".

Marine Le Pen, le 6 juin 2013.
Crédit : Frédéric BUKAJLO/ ABACA Press pour RTL
Marine Le Pen, le 6 juin 2013.

Interrogée par Jean-Michel Aphatie, la présidente du Front national a réagi aujourd'hui, jeudi 6 juin, à l'agression du militant antifasciste, actuellement en état de mort cérébrale : "La violence n'est jamais anodine. La mort d'un jeune est toujours terrible et je m'associe bien évidemment à la peine de ceux qui ont milité avec lui, même si nous ne partageons pas les mêmes idées."

Au micro de RTL, Marine Le Pen a estimé qu'il fallait à présent attendre le travail de la justice : "Je pense que les agresseurs vont être rapidement arrêtés. Ces groupuscules sont surveillés de près par la police et les renseignements. A l'heure actuelle, ils sont sans doute déjà identifiés"

"Mon parti n'a aucun contact avec ces agresseurs"

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a affirmé jeudi matin dans un communiqué sa "totale détermination à éradiquer cette violence qui porte la marque de l'extrême droite", après cette agression à Paris.

En réaction à cette déclaration, Marine Le Pen a affirmé que son parti "n'a aucun contact, de près ou de loin, avec la Jeunesse nationaliste révolutionnaire".

J'ai aperçu un des agresseurs avec un tee-shirt du Front national

Un témoin de l'agression, au micro de RTL

"Pour savoir si ces agresseurs appartiennent effectivement à ces groupuscules, il faut laisser la justice faire son travail", a martelé la présidente du Front national.

Le témoignage d'un skinhead arbordant un tee-shirt du FN

Ce jeudi 6 juin matin, un passant témoin de l'agression a expliqué au micro de RTL : "J'ai aperçu un homme avec un tatouage dans le cou. C'était une croix gammée. L'homme faisait 1m90, il avait le crâne rasé. Ensuite, j'ai aperçu un de ses collègues avec un tee-shirt du Front national, skinhead aussi. J'avais jamais vu un homme avec des tatouages nazis et des bottes avant, à part dans les films..." Mais pour l'heure, les enquêteurs n'ont recueilli aucun témoignage faisant état d'un tel vêtement.

Interrogée par Jean-Michel Aphatie sur ce point, Marine Le Pen a déploré "ce scandaleux genre d'amalgame" : "J'aimerais bien connaître l'identité de votre témoin. J'ai déjà vu ce type d'amalgame avant, or des tee-shirts du FN, ça ne court pas les rues !"

Aucune des victimes n'a évoqué le port de ce tee-shirt. Et si ça avait été le cas, les responsables du Front de Gauche n'aurait pas manqué de l'évoquer !

Marine Le Pen, présidente du FN

"Si certains se servent de ça pour effectuer des amalgames et salir le mouvement que je préside, ils devront en répondre", s'est alors énervée la présidente du Front national. "Je n'entends pas être mise en accusation par vous alors que vous n'avez strictement aucune preuve de quoique ce soit. Les victimes n'ont pas dit ça. Ce témoignage, il a fallu que vous alliez le chercher !"

Pour Marine Le Pen, la mention de ce tee-shirt du Front national n'est pas un élément fiable et vérifié. "Les victimes, qui sont aussi témoins de la scène, ont clairement indiqué que les agresseurs faisaient partie de la Jeunesse nationaliste révolutionnaire. On peut supposer qu'ils se connaissaient, qu'ils se sont sans doute déjà croisés avant. Aucune des victimes n'a évoqué le port de ce tee-shirt. Et si ça avait été le cas, les responsables du Front de Gauche n'aurait pas manqué de l'évoquer !", a-t-elle insisté, agacée.

La question de la dissolution du groupuscule

Interrogée par Jean-Michel Apathie sur la question de la dissolution des groupuscules identitaires, Marine Le Pen a tempéré : "Nous sommes dans un état de droit. La responsabilité est individuelle."

Elle a ensuite concédé que "s'il est démontré que ces groupuscules donnent des instructions de violence à leurs membres, alors oui je pourrais me joindre à la demande d'une dissolution".

>
Marine Le Pen : "Si le ministre savait que ses agresseurs participaient à ces groupuscules, c'est que d'ores et déjà ils sont identifiés" Crédits Média : Jean-Michel Aphatie | Durée : | Date :
1/
La rédaction vous recommande
par La rédaction numérique de RTL
Suivez La rédaction numérique de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7762040668
Marine Le Pen : "Le FN n'a rien à voir avec l'agression de ce militant d'extrême gauche"
Marine Le Pen : "Le FN n'a rien à voir avec l'agression de ce militant d'extrême gauche"
INVITÉE RTL - Marine Le Pen, présidente du Front national, estime que l'agression de Clément, militant d'extrême gauche, mercredi 5 juin, n'a "strictement rien à voir avec le FN".
http://www.rtl.fr/actu/marine-le-pen-le-fn-n-a-rien-a-voir-avec-l-agression-de-ce-militant-d-extreme-gauche-7762040668
2013-06-06 08:15:00
http://media.rtl.fr/cache/FR9zP-hbrY3GxsO7euTLVg/330v220-2/online/image/2013/0606/7762042184_marine-le-pen-le-6-juin-2013.jpg