"Les Carnets d'Alba" (EXCLU) - Valérie Trierweiler : "Parler de jalousie est idiot !"

VIDEO - EXCLU RTL : les confidences de Valérie Trierweiler à Alba Ventura. La Première dame, qui a eu un long échange mardi soir avec notre journaliste, assume le tweet de soutien à Olivier Falorni, car elle trouve "injuste" la situation du candidat dissident PS et rival de Ségolène Royal aux Législatives à La Rochelle. Elle trouve les réactions "démesurées". Pour elle, "il est idiot de parler de jalousie dans cette affaire".

Les Carnets d'Alba >
"Les Carnets d'Alba" - EXCLU : les confidences de Valérie Trierweiler à RTL Crédits : Alba Ventura | Durée : | Date :
1/

On a envie de comprendre ce qui peut motiver un tel message. On a envie de savoir pourquoi Valérie Trierweiler envoie un message de soutien à l'adversaire de la candidate investie par le PS. Candidate qui n'est autre que Ségolène Royal, soutenue par le Président Hollande, et - comme vous le savez tous -, son ex-compagne.

Ce twitt ne peut pas être un tweet normal. Il a une vocation. Sinon, Valérie Trierweiler aurait envoyé un SMS à Olivier Falorni pour le soutenir ! Mais Valérie Trierweiler ne voit pas du tout les choses comme ça. Son point de vue, c'est qu'elle trouve "injuste" le déferlement contre le candidat dissident qui, dit-elle, est "l'un des plus anciens et solides soutiens de François Hollande". Elle estime que le traiter de "Besson" - du nom d'Eric Besson, qui avait été qualifié de "traître" par le PS, est inadmissible. Pour elle, "il n'est pas moins socialiste qu'un autre" !

Et Valérie Trierweiler ajoute que parler de "jalousie" dans cette affaire, est "idiot". Selon elle, il n'y a pas d'interférence entre vie publique et vie privée. Enfin, elle dit que Danielle Mitterrand prenait des positions différentes de François Mitterrand sur des sujets autrement plus graves. Et qu'il faut donc relativiser. Tout cela, pour elle, est "démesuré".

Est-ce qu'elle regrette son geste ? Non. Est-ce qu'elle pense que c'est embarrassant pour François Hollande ? Non plus ! On peut faire tous les commentaires après cela : la critiquer, la défendre, l'ignorer, on peut interpréter.

Chez les plus proches de François Hollande, il y a ceux qui ne veulent pas commenter, et ceux qui, mardi soir, n'en revenaient toujours pas. L'un d'un disait que ce n'était "pas bienvenu", que ce n'était "pas réfléchi", et que cela n'avait pas dû amuser le chef de l'Etat, loin de là...

Pour un autre, "on avait pas spécialement envie d'avoir à commenter un twitt malheureux, alors qu'on est en pleine campagne des Législatives". Ce dernier ajoute que Ségolène Royal est toujours une obsession pour Valerie Trierweiler, parce que c'est une histoire "lourde" !

L'un des amis de François Hollande explique, lui, qu'il pensait que Valérie était dans une période plus "apaisée" vis-à-vis de Ségolène. Il lâche : "C'est sûr qu'elle a un caractère très affirmé, mais vider son sac sur Twitter, ça n'a pas de sens !"

"Courage à Olivier Falorni qui n'a pas démérité, qui se bat aux côtés des Rochelais depuis tant d'années dans un engagement désintéressé", a écrit mardi peu avant midi sur Twitter la journaliste, alors que le Président venait d'apporter son soutien à Ségolène Royal, son ex-compagne et la mère de ses quatre enfants.

Le candidat dissident socialiste Olivier Falorni, arrivé deuxième derrière Ségolène Royal (28,91% contre 32,03%), s'est aussitôt "réjoui" de ce "beau message d'amitié, de soutien personnel".

La droite a immédiatement vu dans cet épisode une aubaine. "Le vaudeville entre à l'Elysée", a commenté le député UMP Eric Ciotti. "Désormais, c'est 'Dallas' à l'Elysée!", a renchéri Geoffroy Didier (UMP).

par Alba VenturaJournaliste RTL
Suivez Alba Ventura sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
Commentaires Avec Bell & Ross

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous