1 min de lecture Faits divers

Le procès d'une mère qui refuse de présenter ses enfants à leur père

Le tribunal correctionnel de Castres juge mercredi une mère qui a préféré pendant des mois vivre clandestinement avec ses enfants et même dormir en prison plutôt que de présenter ses enfants à leur père, coupable, selon elle, d'abus sexuels sur ses filles. Sandrine Chastan, qui était poursuivie pour "non-représentation d'enfants aggravée", a été condamnée à un mois de prison ferme ; une peine symbolique car elle a déjà été détenu un mois. Cette documentaliste de 40 ans a fui la maison familiale de Payrin-Augmontel (Tarn) fin 2009 avec ses trois enfants, deux jumeaux qu'elle a eus avec son mari et une fille aînée née d'une précédente union. Sa cavale a duré un an, pendant lequel elle a été condamnée en son absence à six mois de prison ferme et déchue de son autorité parentale.

La rédaction de RTL Journalistes RTL

Une cavale qui a duré un an

Arrêtée en décembre 2010, elle refuse de dévoiler où elle cache ses jumeaux, un garçon et une fille alors âgés de sept ans. Incarcérée pendant deux mois, elle observe grèves de la faim et de la soif.

Elle n'est relâchée qu'une fois les jumeaux retrouvés par les gendarmes, chez leur grand-mère et leur tante maternelles dans les Bouches-de-Rhône.

La soeur et la mère de Mme Chastan sont poursuivies à ce titre pour complicité.

Mme Chastan explique qu'elle veut protéger ses filles de son mari, qu'elle accuse d'abus sexuels à leur encontre.

Elle dit n'avoir pas cru les accusations de sa fille aînée, aujourd'hui âgée d'une quinzaine d'années, jusqu'à ce que sa fille cadette profère les mêmes contre son mari quelques années plus tard, la conduisant à demander le divorce.

Le père dément tout abus sexuel

Il s'est constitué partie civile. Une ordonnance de non-lieu a été confirmée en sa faveur à Castres en ce qui concerne les accusations d'abus sur la jumelle. Une autre procédure est à l'instruction à Avignon pour les accusations relatives à l'aînée.

Le fait que la prévenue ait "accepté d'être incarcérée plutôt que dire où était ses enfants donne une idée de l'état d'esprit" d'une femme "persuadée que ses enfants ont dit la stricte vérité et qui ne peut imaginer prêter son concours à ce qu'ils retournent chez l'abuseur", dit son avocat, Me Marc Geiger.

Les jumeaux sont placés depuis l'interpellation de leur mère. Sa fille aînée vit chez sa grand-mère.

Lire la suite
Faits divers Enfance Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7749148137
Le procès d'une mère qui refuse de présenter ses enfants à leur père
Le procès d'une mère qui refuse de présenter ses enfants à leur père
Le tribunal correctionnel de Castres juge mercredi une mère qui a préféré pendant des mois vivre clandestinement avec ses enfants et même dormir en prison plutôt que de présenter ses enfants à leur père, coupable, selon elle, d'abus sexuels sur ses filles. Sandrine Chastan, qui était poursuivie pour "non-représentation d'enfants aggravée", a été condamnée à un mois de prison ferme ; une peine symbolique car elle a déjà été détenu un mois. Cette documentaliste de 40 ans a fui la maison familiale de Payrin-Augmontel (Tarn) fin 2009 avec ses trois enfants, deux jumeaux qu'elle a eus avec son mari et une fille aînée née d'une précédente union. Sa cavale a duré un an, pendant lequel elle a été condamnée en son absence à six mois de prison ferme et déchue de son autorité parentale.
http://www.rtl.fr/actu/le-proces-d-une-mere-qui-refuse-de-presenter-ses-enfants-a-leur-pere-7749148137
2012-06-06 12:27:00