Le foie gras interdit en Californie, les producteurs se rebellent

La Californie privée de foie gras. Les professionnels du foie gras montent au créneau pour défendre la liberté de consommer ce mets cher aux Français au matin de l'entrée en vigueur, le 1er juillet, d'une loi interdisant la vente de foie gras en Californie au nom du bien-être animal. La loi qui entre en vigueur en Californie a été votée en 2004 à l'initiative d'associations et de politiciens comparant le gavage à une torture, alors que le gouverneur était Arnold Schwarzenegger. Elle laissait sept ans aux producteurs pour trouver une alternative au gavage, indispensable pour obtenir ce mets raffiné.

>
Ariane Daguin était l'invitée de RTL Matin. Elle est à la tête de la société "DArtagnan", premier distributeur de foie gras aux Etats-Unis Crédits : Florence Cohen | Durée : | Date :
1/

Une nouvelle prohibition ?

Les professionnels français du foie gras s'élèvent contre la décision de la Californie d'interdire à partir de dimanche cette spécialité emblématique, évoquant une nouvelle "Prohibition" et promettant d'étudier les recours possibles face à ce "préjudice d'image".

Les producteurs français sont furieux et l'affaire interpelle même le ministère français des Affaires étrangères, où l'on examine les moyens de réagir.

"C'est un sujet qui peut paraître anecdotique mais qu'il faut prendre au sérieux", commente une source diplomatique française.

"Il n'y a aucune raison que la Californie fasse exception par rapport au reste du monde. Le foie gras est une partie importante du patrimoine gastronomique français, reconnu par l'Unesco. Il n'y a aucune raison d'accepter cette état de fait".

Vers un clash diplomatique ?

Même si les exportations françaises vers les Etats-Unis ont été quasi nulles en 2011 en raison de barrières douanières et de contraintes vétérinaires, la filière dit ne pas comprendre cette législation et a alerté le nouveau ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll.

"On est en train d'étudier les recours possibles", dit Marie-Pierre Pé, déléguée générale du Comité interprofessionnel du foie gras (Cifog).

"Sur le plan économique, l'incidence de cette interdiction n'est pas très importante. C'est plutôt un préjudice d'image (...) La Californie est un État 'faiseur de mode'."

La responsable dénonce une législation votée "sous la pression des associations de protection animale" et évoque une incompréhension entre l’État le plus peuplé des États-Unis et la tradition gastronomique française.

Un problème de "choc culturel"

"C'est une question de choc culturel. Qui pourrait imaginer qu'en France on interdise le ketchup ou les hamburgers ?", s'interroge-t-elle, voulant croire que la Californie fera marche arrière, comme le maire de Chicago lorsqu'il avait interdit le foie gras en 2006 avant de revenir sur son arrêté.

Le Gersois André Daguin, ancien patron emblématique du syndicat des hôteliers et restaurateurs Umih, prophétise lui le retour de la "Prohibition", en référence à cette période de l'entre-deux-Guerres pendant laquelle les Etats-Unis avaient tenté d'interdire la vente d'alcool.

"Certains pays ont interdit la production de foie gras. Ce qui est nouveau, c'est d'interdire la production et la consommation", critique l'ancien chef étoilé, dont la fille Ariane a fondé une entreprise qui commercialise du foie gras aux Etats-Unis.

"Ça va être la Prohibition en Californie. Ça va pousser à la consommation et des gens vont faire des fortunes grâce à ça. Je n'irai pas jusqu'à dire que ça créera un nouveau Al Capone, mais c'est tout comme."

La France "regrette la décision de la Californie"

"Nous devons nous battre même si l'intérêt matériel immédiat n'est pas très grand (...) C'est le début d'une bataille juridique."

Interrogé à ce sujet lors d'un point presse jeudi, le ministère français des Affaires étrangères a dit "regretter la décision de la Californie".

"Depuis sept ans, les autorités françaises interviennent auprès des autorités californiennes pour qu'elles renoncent à leur position", a souligné le Quai d'Orsay.

"Nous continuerons de plaider dans toutes les instances appropriées en faveur du respect du droit international."

Vous aimerez aussi
Commentaires Avec Bell & Ross

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous