1 min de lecture Chroniques

Laurent Wauquiez : "je souhaite que la discussion sur le CTP s'ouvre d'ici 15 jours"

Laurent Wauqiez était ce vendredi l'invité de RTL. Le secrétaire d'Etat chargé de l'emploi, qui répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie, a souhaité que la discussion avec les partenaires sociaux sur la généralisation du contrat de transition professionnelle (CTP), annoncée mardi par Nicolas Sarkozy, "s'ouvre d'ici 15 jours".

Jean-Michel Aphatie
Jean-Michel Aphatie
Journaliste RTL



Bonjour Laurent Wauquiez

Bonjour 

41.300 chômeurs supplémentaires en août, 8.000 supplémentaires en septembre, selon l'annonce officielle faite par le gouvernement, hier soir. Sommes-nous face à un mouvement durable du chômage en France, Laurent Wauquiez ?

M. Aphatie, je pourrais vous dire en août : c'était 5 fois plus qu'en septembre ... Donc, finalement ce n'est pas si grave. Mais je n'y crois pas. Et je ne crois pas qu'on donne confiance aux Français en leur racontant des histoires.

Vous ne croyez pas à quoi ?

8.000, c'est déjà 8.000 de trop. Et puis je l'ai toujours dit depuis qu'on est rentré dans la Crise, je crois qu'on va avoir une situation qui est difficile en termes d'emploi. Et donc, pour moi, maintenant la question, c'est de ne plus savoir si on va avoir une Crise mais comment agir pour protéger au mieux les Français face à cette Crise.

Ceux qui sont le plus touchés dans ces 8.000 chômeurs supplémentaires, ce sont CDD, Intérim, c'est-à-dire que les entreprises se débarrassent d'abord de ces salariés précaires. Vous le confirmez, Laurent Wauquiez ?

 Oui, mais c'est aussi représentatif de l'esprit que j'essaie d'avoir. C'est-à-dire, je n'ai pas l'intention de regarder uniquement les bras croisés, en regardant chaque mois les statistiques sur CDD et Intérim. On a quelque chose à faire.Aujourd'hui, quand vous perdez votre CDD ou votre Intérim, on attend 4 mois pour que vous ayez un rendez-vous à Pole Emploi Personnalisé où on fait le point et on se dit : comment vous allez rebondir ? Ca c'est de la vieille politique de l'Emploi. C'est-à-dire qu'en fait, on ne s'occupe pas vraiment des gens. On n'est pas dynamique. On n'anticipe pas. Ce que le Président nous a demandé de faire, c'est qu'on anticipe même avant même que votre Intérim ou que votre CDD s'arrête pour essayer d'avoir un rendez vous et de vous dire : OK. Sur quelle piste est-ce qu'on travaille pour trouver un nouveau Job ?

Alors, CDD, Intérim, le Président de la république a présenté un Plan-Emploi, mardi. Les partenaires sociaux ont déploré que ce Plan, d'une part, ne soit pas chiffré et d'autre part, soit imprécis. CDD, Intérim, est-ce que les salariés licenciés dans les entreprises bénéficieront du Contrat de Transition Professionnel que vous voulez développer quand ils ont ce statut ?

D'abord, il faut expliquer parce que Contrat de Transition Professionnel, qu'est-ce que ça veut dire ? Ca veut dire que quand il y a une région sur laquelle il y a des entreprises qui partent, et qui du coup devient sinistrée en termes d'emplois comme chez Renault, la vieille politique, c'était de regarder ce qui se passait version la Sidérurgie Lorraine des années 80. Ce que nous, on veut faire, c'est de se dire : le plus grave, ce n'est pas seulement de perdre un emploi, c'est que quand vous le perdez, vous vous dites, je ne vais jamais en retrouver un et il n'y a personne pour s'occuper de moi. Le but du contrat de transition professionnel, c'est que dès vous le perdez, de réfléchir ensemble à quels sont les nouveaux métiers, autour de vous, dans cette région ou si on prend le temps, si on se donne des outils de formation, on peut vous permettre de rebondir. C'est ce qu'on essaie de faire notamment autour de Sandouville.

Est-ce que vous incluez les Contrats à Durée Déterminée et les Contrats en Intérim dans ce dispositif de contrats de transition professionnel ?

Oui. En tout cas, c'est mon souhait. On va en discuter avec les partenaires sociaux. Mais moi je le dis clairement, c'est mon souhait. Pourquoi ? Parce que la politique de l'emploi jusque là, a beaucoup trop raisonné en termes de Statut. Si vous êtes dans la bonne case, si vous êtes indemnisé ASSEDIC, vous avez droit à ça ... Si vous êtes dans la mauvaise case, vous n'avez le droit à rien. Je pense que ce n'est plus comme ça qu'il faut qu'on fasse. Ce qu'il faut qu'on fasse, c'est de mobiliser des outils en fonction de ce que ça peut apporter.

Donc, une extension de ce contrat. Le Président de la république a dit que ce Contrat serait étendu aux bassins d'emploi les plus touchés. On n'a pas la liste encore des bassins d'emploi. Quand est-ce qu'on l'aura, Laurent Wauquiez ?

Non. Parce que  ... quel est mon souhait ? Mon souhait, c'est de dire : on a besoin d'abord d'un outil pour tout le monde sur toute la France : un CTP de base. Et ensuite, on a besoin pour les bassins d'emploi les plus touchés, comme par exemple Le Havre ou comme certaines parties des Ardennes, d'avoir un CTP +, où là parce qu'il y a une grosse entreprise qui est partie, ou vraiment un tissu d'emploi sinistré, on mobilise tout. Ce qu'il faut c'est avoir un outil qui soit en ordre de bataille. Je souhaite que la discussion avec les partenaires sociaux s'ouvre d'ici 15 jours. On ne peut pas attendre. Donc d'ici 15 jours, je veux ouvrir des bilatérales avec tous les syndicats pour faire le point avec eux. Et sur le point de vue budgétaire, vous me posiez la question : l'Etat devra contribuer aussi. Il faut que l'effort soit réparti de façon équitable. Il y a un effort sur l'assurance-chômage, l'Etat aussi devra être contributeur et apporter son lot au financement de ce dispositif.

Il y a déjà une enveloppe qui est prévue dans le Budget de l'Etat pour ce dispositif, Laurent Wauquiez ?


Je suis précisément en train de travailler là-dessus pour que d'ici 15 jours devant les partenaires sociaux, on soit en position de proposer des choses.

Donc, pour l'instant, pas de chiffres ?

Non. Mais il y a des chiffres sur la politique de l'Emploi.

Mais sur ces dispositifs, il n'y en a pas, pour l'instant ?

Non parce que ça relève de la discussion avec les partenaires sociaux. Mais ce que je ne veux pas, c'est que cette discussion, elle m'amène à attendre deux mois.

Une discussion dont vous souhaitez qu'elle s'ouvre dans 15 jours pour des décisions avant la fin de l'année ?

Ah oui, il faut vraiment qu'avant la fin de l'année, on est un outil de réaction.

Bernard Thibault, Secrétaire Général de la CGT, était hier en Haute-Garonne. Il dit que des entreprises profitent de la Crise pour mettre en oeuvre des plans de restructuration. Et il cite notamment l'exemple de l'usine Molex, donc en Haute Garonne. C'est un Equipementier automobile -300 salariés- qui a envie visiblement de délocaliser sa production en Slovaquie. Des entreprises profitent-elles de la Crise pour restructurer, Laurent Wauquiez ?

Oui il y en a. Avotre micro, j'avais d'ailleurs, il y a deux mois, un peu moins un mois, demandé à Renault de revoir son Plan. Ca a d'ailleurs permis aujourd'hui d'avoir des négociations beaucoup plus constructives avec l'entreprise de Renault. Je le dis clairement de la même manière. On a des entreprises qui profitent de l'alibi de la Crise pour faire des délocalisations ou des plans de licenciement qui ne sont pas justifiés.

Qu'allez-vous faire face à ça ?

C'est pour cette raison qu'on a un dispositif qui va se mettre en place département par département, qui nous permettra de surveiller ce genre de choses. Quand il y a des entreprises qui ont des vraies difficultés, il ne faut pas se leurrer, on ne peut pas interdire les licenciements. Par contre, quand il y a des entreprises qui prennent alibi de la Crise pour détruire de l'emploi, là NON.

Mais comment vous départagez celles qui ont de vraies raisons de faire un plan de restructuration de celles qui prennent l'alibi de la Crise pour le faire ?

Vous savez, je suis en train de le vivre par exemple directement sur mon département en Haute Loire, sur une entreprise qui fabrique des bijoux où je pense qu'on peut sauver les emplois, tout simplement parce qu'on a regardé les comptes. On regarde quel est le bilan financier. On regarde s'il y a un carnet de commandes. Et dans ces cas-là, on se bat. Et on est prêt à faire des bras-de-fer avec les Chefs d'entreprise qui ne joueraient pas le jeu ; mais on est prêt aussi à aider les Chefs d'entreprises qui, eux, essaient de s'en sortir et qui ont du mal à accéder au financement des banques.

Alors, les banques, on va juste en parler.L'usine Molex, c'est un dossier dont vous saisissez ou pas ? Parce que Bernard Thibault a dit qu'il voulait saisir le Président de la république de cette usine précisément en Haute Garonne, en faire un symbole. Vous connaissez le sujet ?

Non, je le dis clairement. J'ai vu, hier, qu'il avait fait son déplacement en Haute Garonne. J'ai vu son intervention. On doit prendre contact avec ET le préfet de Haute Garonne, et les représentants de la CGT aujourd'hui.

Pas d'économie dynamique sans que les banques ne fassent du Crédit. Vous avez confiance dans les banques ou pas, Laurent Wauquiez ?

Vous savez, les banques ... moi j'ai toujours pensé que c'était comme le boulanger de Fernand Raynaud. Le but c'est de ne pas savoir si on aime ou non son boulanger. C'est juste de s'assurer qu'il fait du pain.

Est-ce que vous leur faites confiance aux banquiers, aujourd'hui ?

Le but c'est de contrôler que l'argent qu'on leur a affecté, ils le répartissent vraiment maintenant sur le terrain. C'est pour ça que le président a, hier, installé un délégué qui va tourner dans toute la France pour regarder département par département, ce que ça donne. Est-ce qu'il y a des PME qui se heurtent à des lignes de crédit qu'on ne leur finance pas. Si ça ça a lieu, on tapera.

Mais aujourd'hui, plus de confiance ou plus de méfiance ?

Juste, beaucoup de réalisme.

Laurent Wauquiez, réaliste, pas confiant dans les banques visiblement -mais réaliste- était l'invité d'RTL, ce matin. Bonne journée.

Lire la suite
Chroniques Gouvernement Chômage
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
2319666
Laurent Wauquiez : "je souhaite que la discussion sur le CTP s'ouvre d'ici 15 jours"
Laurent Wauquiez : "je souhaite que la discussion sur le CTP s'ouvre d'ici 15 jours"
Laurent Wauqiez était ce vendredi l'invité de RTL. Le secrétaire d'Etat chargé de l'emploi, qui répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie, a souhaité que la discussion avec les partenaires sociaux sur la généralisation du contrat de transition professionnelle (CTP), annoncée mardi par Nicolas Sarkozy, "s'ouvre d'ici 15 jours".
http://www.rtl.fr/actu/laurent-wauquiez-je-souhaite-que-la-discussion-sur-le-ctp-s-ouvre-d-ici-15-jours-2319666
2008-10-31 07:50:00