4 min de lecture Procès

Procès Jawad Bendaoud : l'intrigante Hasna Aït Boulahcen, un personnage clef

RÉCIT - Mohamed Soumah et Youssef Aït Boulahcen comparaissent au procès du "logeur de Daesh". Ils étaient en lien avec la cousine d'Abdelhamid Abaaoud, dont le profil est particulièrement mystérieux et trouble.

Mohamed Soumah dans le box des accusés à côté de Jawad Bendaoud est jugé pour recel de malfaiteurs terroristes, ici le 24 janvier 2018
Mohamed Soumah dans le box des accusés à côté de Jawad Bendaoud est jugé pour recel de malfaiteurs terroristes, ici le 24 janvier 2018 Crédit : BENOIT PEYRUCQ / AFP
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

Elle est décédée le 18 novembre 2015 dans l'assaut de l'appartement au 3e étage du 8, rue du Corbillon, à Saint-Denis. Hasna Aït Boulahcen avait pourtant hurlé au RAID de la "laisser sortir". Mais voilà, la jeune femme âgée de 26 ans était en compagnie de deux terroristes parmi les plus recherchés d'Europe : Abdelhamid Abaaoud et Chakib Akrouh, qui venaient de commettre l'impensable en France. Des attentats qui ont fait 130 morts et plus de 400 blessés.

C'est Hasna Aït Boulahcen qui a trouvé cet appartement pour les deux jihadistes revenus de Syrie pour attaquer le territoire français. Elle l'a déniché grâce à Mohamed Soumah qui l'a présentée à Jawad Bendaoud. Les deux sont jugés depuis le 24 janvier au tribunal de grande instance de Paris pour recel de malfaiteurs terroristes et risquent 6 ans de prison. Le frère de la jeune femme, Youssef Aït Boulahcen comparaît aussi, mais libre, et pour non-dénonciation de crime terroriste. Il risque 5 ans de prison.

La clef de la vérité

Mercredi et jeudi, la présidente du tribunal correctionnel s'est intéressée aux cas de Youssef Aït Boulahcen et Mohamed Soumah. La question est de savoir s'ils étaient au courant. Le premier, s'il savait que son cousin germain, Abdelhamid Abaaoud, était sur le territoire français et projetait de nouveaux attentats dans le quartier de la Défense.

À lire aussi
Mohamed Soumah et Jawad Bendaoud, lors de leur procès au tribunal de grande instance de Paris, ouvert le 24 janvier 2018 procès
Procès Jawad Bendaoud : les réactions mitigées à la décision du tribunal

Le second, s'il savait qu'il mettait en contact son associé Jawad Bendaoud avec les terroristes du Stade de France, des terrasses et du Bataclan. Leur source d'information potentielle : Hasna Aït Boulahcen.

Elle aurait pu être la clef déterminante de leur culpabilité ou de leur innocence. Il y a des conversations à trou qu'elle aurait pu boucher pour aider à faire éclater la vérité. Les deux accusés maintiennent que non ils ne savaient pas. Ils peignent le portrait d'une jeune femme en quête de reconnaissance, de célébrité et d'aventures. Hasna se vantait haut et fort d'être la cousine du "jihadiste le plus recherché d'Europe", jusque devant son conseiller Pôle Emploi. Une quête qui l'aura finalement amenée vers sa mort. 

Une personnalité "instable", selon son frère

Une "pipelette", "fofolle", "toxico"... Les mots choisis pour la décrire dans les procès verbaux et pendant les interrogatoires ne sont pas glorieux. Des lectures de la présidente Isabelle Prévost-Desprez ressort une personnalité quelque peu confuse, énergique et dissipée.

Youssef Aït Boulahcen, son frère, la décrit comme une personne qui avait "besoin de s'inventer une religion, une identité". "J'ai toujours mis une barrière, une distance. Elle est à l’image d’une gazelle qui s’offre à des crocodiles. Elle est au bord de la rivière et dis 'croquez-moi !'", raconte-t-il dans la 16e chambre du tribunal correctionnel.

Elle est à l’image d’une gazelle qui s’offre à des crocodiles

Youssef Aït Boulahcen, frère d'Hasna Aït Boulahcen et cousin d'Abdelhamid Abaaoud
Partager la citation

Il est la première personne qu'elle a appelée après avoir reçu l'ordre depuis la Belgique de Mohamed Belkaïd, le "gynéco", d'héberger les terroristes. "Je comprenais rien à ce qu’elle voulait, elle me parlait d’héberger quelqu’un, savoir si je pouvais, elle faisait des hypothèses, si un cousin était là, est-ce que je pouvais l’héberger…", puis elle parlait d'un "cousin", d'une "cousine", d'un "réfugié", "l'ami du cousin...", explique Youssef Aït Boulahcen. 

"Elle restait ambiguë, c’était incohérent. Je me disais qu’elle voulait me faire tourner en bourrique. Je n’ai jamais eu la certitude qu’Abaaoud était en France", poursuit son petit frère qui décrit une personne "psychologiquement instable". D'ailleurs, le dernier message qu'il enverra à sa sœur, selon lui, avant de la bloquer c'est : "Tu t'es bien foutue de ma gueule".

Une "fofolle", selon Mohamed Soumah

Son frère note aussi un "paradoxe total" entre le voile intégral que portait Hasna Aït Boulahcen, ses envies de mariage avec des jihadistes, et son comportement de tous les jours. Comme le rapporte Mohamed Soumah, l'intermédiaire entre le logeur et la cousine d'Abaaoud, cette dernière consommait de la cocaïne et de l'alcool

Il pensait même "la baiser", selon ses propres termes au tribunal, interrogé jeudi 25 janvier. "Moi, je vois une petite beurette, jean moulé, une bouteille d'alcool, c'est l'hiver il fait froid, je pense pouvoir m'faire un petit billet et peut-être la baiser", développe-t-il devant une audience amusée par ses déclarations crues.

Une petite beurette, jean moulé avec une bouteille d'alcool

Mohamed Soumah, intermédiaire entre Jawad Bendaoud et Hasna Aït Boulahcen
Partager la citation

Mohamed Soumah l'a rencontrée pour la mettre en contact avec Jawad Bendaoud et a eu l'occasion d'échanger un peu avec elle. Il raconte : "Hasna, en moins de deux minutes elle me parle de son ex-mari. Elle pleure, elle me parle de son frère qui est mort. Elle me dit que je suis beau. Moi, je me dis, elle est un peu fofolle, c’est une toxico (...) Cette femme peut passer d'un sujet à un autre sujet en un claquement doigt, je comprends pas". 

Elle lui parle des "Feux de l'amour", d'un "gynéco", des noms de codes qui se traduiront finalement par les reportages et sujets médiatiques sur les attentats et son cousin, et un commanditaire, Mohamed Belkaïd, alors en Belgique.

Et quand la présidente lit les conversations téléphoniques de la jeune femme avec ses différents interlocuteurs, tout n'est pas toujours très clair. Ce qui vient confirmer ces versions de la personnalité agitée d'Hasna Aït Boulahcen qui "parlait souvent à plusieurs personnes en même temps" et passait du coq à l'âne, selon les accusés.

C'est finalement la colocataire d'Hasna Aït Boulahcen, sous le pseudonyme de Sonia, qui a prévenu les autorités de la présence d'Abdelhamid Abaaoud et Chakib Akrouh à Saint-Denis, et empêché la réalisation de nouveaux attentats.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Procès Justice Attentats à Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791992679
Procès Jawad Bendaoud : l'intrigante Hasna Aït Boulahcen, un personnage clef
Procès Jawad Bendaoud : l'intrigante Hasna Aït Boulahcen, un personnage clef
RÉCIT - Mohamed Soumah et Youssef Aït Boulahcen comparaissent au procès du "logeur de Daesh". Ils étaient en lien avec la cousine d'Abdelhamid Abaaoud, dont le profil est particulièrement mystérieux et trouble.
http://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/proces-jawad-bendaoud-l-intrigante-hasna-ait-boulahcen-un-personnage-clef-7791992679
2018-01-26 12:55:00
http://media.rtl.fr/cache/OmsPcmRnJkidteGG5zKGaQ/330v220-2/online/image/2018/0126/7791992745_mohamed-soumah-dans-le-box-des-accuses-a-cote-de-jawad-bendaoud-est-juge-pour-recel-de-malfaiteurs-terroristes-ici-le-24-janvier-2018.jpg