1 min de lecture Corse

Procès Colonna : le "ça suffit !" de la famille Erignac

Au cinquième jour du troisième procès d'Yvan Colonna, la veuve et les enfants du préfet de Corse Claude Erignac, assassiné en 1998, ont dénoncé vendredi devant la Cour d'assises spéciale de Paris la "lâcheté" de ses meurtriers. "Chaque fois, je me retrouve face aux membres du commando qui ont lâchement assassiné mon mari", a dit Dominique Erignac, souhaitant que "la vérité éclate, que la justice soit rendue à (son) mari". Avant elle, sa fille Marie-Christophine, 38 ans, avait évoqué, au bord des larmes, le souvenir de son père, assassiné avec "une violence, une lâcheté terrible". Le fils du préfet assassiné, Charles-Antoine, 34 ans, s'est lui aussi demandé "quel stratagème" Yvan Colonna voulait mettre en oeuvre, quelle "porte de sortie" il cherchait avec ses "prétendues révélations".

Micro RTL
La rédaction de RTL et Chloé Triomphe

Yvan Colonna avait affirmé mercredi avoir des informations à divulguer concernant le "groupe des anonymes", dont six membres ont été condamnés en 2003 pour l'assassinat du préfet, sans vouloir en dire davantage dans l'attente du témoignage des membres du commando fin mai. "N'est-ce pas une nouvelle tentative pour fuir ses responsabilités ?", a demandé Dominique Erignac vendredi matin.

La défense d'Yvan Colonna a mis en cause les méthodes employées par les policiers ayant enquêté sur l'assassinat en 1998 du préfet Claude Erignac, jeudi devant la cour d'assises spéciale de Paris.
  
L'un des acteurs clé de l'enquête, le policier anti-terroriste Philippe Frizon, a affirmé que les aveux des présumés complices d'Yvan Colonna, passés lors de gardes à vue à Paris en mai 1999 et "étayés" par les déclarations de leurs épouses ou compagnes, étaient "sincères".
  
Plusieurs des six membres du commando, qui ont été condamnés en 2003, avaient alors dénoncé Yvan Colonna comme ayant participé à l'asssassinat, certains le désignant même comme le tireur, ainsi qu'à l'attaque quelques mois plus tôt de la gendarmerie de Pietrosella. Ils se sont ensuite rétractés, plusieurs mois voire des années plus tard.  "Aucun ne s'est plaint de ses conditions de garde à vue", a assuré M. Frizon. "C'était leur libre choix de citer des noms ou pas".

Lire la suite
Corse Yvan Colonna Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7683822861
Procès Colonna : le "ça suffit !" de la famille Erignac
Procès Colonna : le "ça suffit !" de la famille Erignac
Au cinquième jour du troisième procès d'Yvan Colonna, la veuve et les enfants du préfet de Corse Claude Erignac, assassiné en 1998, ont dénoncé vendredi devant la Cour d'assises spéciale de Paris la "lâcheté" de ses meurtriers. "Chaque fois, je me retrouve face aux membres du commando qui ont lâchement assassiné mon mari", a dit Dominique Erignac, souhaitant que "la vérité éclate, que la justice soit rendue à (son) mari". Avant elle, sa fille Marie-Christophine, 38 ans, avait évoqué, au bord des larmes, le souvenir de son père, assassiné avec "une violence, une lâcheté terrible". Le fils du préfet assassiné, Charles-Antoine, 34 ans, s'est lui aussi demandé "quel stratagème" Yvan Colonna voulait mettre en oeuvre, quelle "porte de sortie" il cherchait avec ses "prétendues révélations".
http://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/proces-colonna-la-famille-erignac-a-la-barre-vendredi-7683822861
2011-05-06 14:55:00