2 min de lecture Faits divers

Affaire Grégory : ce que dit l'expertise psychologique de Murielle Bolle

"Le Figaro" révèle le contenu de l'expertise psychologique de Murielle Bolle, qui semble appuyer la thèse selon laquelle elle protégerait son ancien beau-frère, Bernard Laroche.

Murielle Bolle, le 2 février 1993
Murielle Bolle, le 2 février 1993 Crédit : CHESNOT/SIPA
Océane Blanchard
Océane Blanchard

Murielle Bolle dit-elle la vérité ? Cette question, au cœur de l'enquête sur le meurtre du petit Grégory Villemin qui dure depuis près de 33 ans, n'a toujours pas de réponse. Murielle Bolle, soupçonnée d'avoir joué un rôle crucial dans l'enlèvement de l'enfant, a fait l'objet d'une expertise psychologique en juillet pour aider les enquêteurs "à cerner" celle qui reste silencieuse.

Mise en examen cet été, cette femme de 48 ans avait accusé en 1984 son beau-frère Bernard Laroche d'avoir enlevé le petit Grégory Villemin, 4 ans, retrouvé noyé dans la Vologne, avant de se rétracter.

Depuis, elle n'est plus jamais revenue sur cette version des faits, se refusant à tout commentaire. Mais pour l'accusation, Murielle Bolle continue de mentir pour protéger son ancien beau-frère, à cause de pressions familiales subies après sa première accusation : une thèse que semble conforter l'expertise de la psychologue, selon Le Figaro.  

À lire aussi
un avion de tourisme (illustration). Jura
Jura : trois morts, dont un enfant, après le crash d'un avion de tourisme

Le teste de l'arbre

"Tendance à l’entêtement", "volonté de ne rien dire" : le rapport de la psychologue semble accréditer la thèse soutenue par l’accusation, en ajoutant qu'il s'agit d'une personnalité "fragilisée dans sa volonté de maîtrise".

La psychologue a notamment fait passer à Murielle Bolle un "test de l'arbre", et a pu analyser les dessins de l'accusée. "Nous remarquons la présence d'une zone oblongue sur la surface du tronc, pouvant attester, d'après l'index de Wittgenstein, d'un événement majeur, traumatique, qui serait survenu dans la vie de l'intéressée entre 13,4 et 16,2 ans." 

Une conclusion qui ne surprend pourtant pas, puisque Murielle Bolle avait 15 ans au moment des faits. Cet épisode traumatique "pourrait correspondre à cette agression familiale après avoir avoué les agissements de son beau-frère, Bernard Laroche" a souligné la psychologue. 

Pourtant pour l'avocat de Murielle Bolle, Jean-Paul Teissonnière, cette expertise est subjective : "La culpabilité est tenue pour acquise, c'est caractéristique de ce dossier", s'est-il indigné au Figaro. La défense de l'accusée est actuellement en pleine procédure juridique pour faire annuler, faute d'éléments, la mise en examen de Murielle Bolle. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Affaire Grégory Vosges
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790252931
Affaire Grégory : ce que dit l'expertise psychologique de Murielle Bolle
Affaire Grégory : ce que dit l'expertise psychologique de Murielle Bolle
"Le Figaro" révèle le contenu de l'expertise psychologique de Murielle Bolle, qui semble appuyer la thèse selon laquelle elle protégerait son ancien beau-frère, Bernard Laroche.
http://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/gregory-le-profil-psychologique-de-muriel-bolle-renforce-l-accusation-7790252931
2017-09-27 17:02:00
http://media.rtl.fr/cache/O9DMhs528d8LVPnMjMxIBg/330v220-2/online/image/2017/0811/7789691862_murielle-bolle-le-2-fevrier-1993.jpg