3 min de lecture Denis Baupin

Denis Baupin accusé de harcèlement sexuel : des témoignages accablants

Cinq femmes ont évoqué des faits graves qu'auraient commis l'écologiste. Certains faits sont anciens, d'autres sont beaucoup plus récents.

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
Télécharger Denis Baupin accusé de harcèlement sexuel : des témoignages accablants Crédit Image : ISA HARSIN/SIPA | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
et La rédaction numérique de RTL

Ce sont les premiers récits qui les ont convaincues de parler. Mediapart a recueilli cinq nouveaux témoignages,  visant le député écologiste de Paris Denis Baupin pour des faits pouvant relever de harcèlement ou d’agression sexuelles. Ces confidences sont publiées ce lundi 30 mai.

Parmi les témoignages, il y a celui de Geneviève Zdrojewski. Aujourd’hui à la retraite, elle a travaillé dans les années 1990 au ministère de l’Environnement ou débarqua Denis Baupin en 1997, en qualité de conseiller de Dominique Voynet. Geneviève Zdrojewski dit avoir été agressée physiquement à deux reprises. Elle livre les détails de ces agressions à Mediapart, notamment dans les toilettes de l'institution. Elle n'en a parlé à personne au ministère de l'Environnement, qu'elle a quitté l'année suivante. "C’était très humiliant. Je ne pouvais pas être l’exception. Je me disais qu’on en parlerait un jour ou l’autre", dit-elle aujourd'hui.

Sur les quatre autres témoignages, deux sont anonymes. Il y a notamment celui d'une journaliste radio toujours en poste que Denis Baupin avait harcelé par texto après avoir été l'invité politique de la matinale. C'était en décembre 2014 et ces faits-là ne sont donc pas prescrits.

À lire aussi
Denis Baupin, au congrès d'EELV le 18 septembre 2012 France 2
"On n'est pas couché" : Denis Baupin demande un droit de réponse

André Rousselet, l'adieu au patron

C'est l'histoire d'un homme qui a eu 1.000 vies : fils de magistrat, sous-préfet, directeur de cabinet de François Mitterrand, patron de Havas, fondateur des taxis G7 et surtout créateur de la première chaîne privée de France Canal +... André Rousselet s'est éteint hier, dimanche 29 mai, à l'âge de 93 ans. La presse lui rend hommage. "André Rousselet, un fidèle de la première heure de François Mitterrand", titre Le Monde. Il fut fidèle au président jusqu'à la dernière heure; François Mitterrand avait fait de lui son exécuteur testamentaire.

La première rencontre entre les deux hommes remonte à 1950 en Guadeloupe. François Mitterrand, ministre de la France d'outre-mer, découvre alors le jeune sous-préfet de Pointe-à-Pitre, qui s'illustre à l'époque en s'opposant à des bourrages d'urnes. Quatre ans plus tard, Mitterrand en fait son chef de cabinet au ministère de l'Intérieur. les deux hommes ne se quitteront plus. Arrive alors l'année 1984. Deux ans plus tôt, Rousselet a été placé à la tête d'Havas par Mitterrand. Celui qui est devenu président de la République désire changer le visage de la télévision française. Rousselet a l'idée de lancer une chaine payante.

Le projet a failli couler rapidement, rappelle Le Point. François Mitterrand a en effet donné son feu vert à Canal + mais aussi à deux chaînes privées : la 5 et M6. Conséquence : le nombre d'abonnés C+ baisse. Laurent Fabius, tout jeune Premier ministre d'alors, suggère de passer Canal en clair, Rousselet s'accroche, décide de mettre un porno le samedi soir, du football en masse, des grands films, les Guignols, les Nuls... Canal devient un succès. Rancunier envers Fabius, Rousselet devra néanmoins sa chute à un autre chef de gouvernement : Edouard Balladur, dont le putsch provoquera l'éviction brutale d'André Rousselet en 1994. Ce dernier rétorquera avec une tribune restée fameuse dans Le Monde : "Edouard m'a tuer". "L'aigreur est mauvaise conseillère", commentera le porte-parole du gouvernement de l'époque, un certain Nicolas Sarkozy.

"Au revoir président", a réagi cette nuit Dominique Farrugia. "On lui doit tout", estime Michel Denisot.

L'opposition à la loi Travail persiste

La contestation massive contre la loi Travail est toujours évoquée dans la presse en cette fin de mois de mai. "Grève, violences : un coup dur pour l'image de la France", titre Les Echos. "Hollande et Valls sont prévenus, la mobilisation ne faiblit pas", titre L'Humanité. Jean-Emmanuel Ducoin rappelle dans son édito que "sans les grèves, sans les blocages, nous en serions encore au monde de Zola, de Steinbeck et du travail des enfants. Voilà pourquoi chacun doit mesurer ce qu’une victoire contre la loi travail aurait de galvanisant pour l’avenir".

"Ça va mieux, vraiment ?", se demande Le Parisien en une. Le quotidien est retourné sur les lieux emblématiques de la campagne de François Hollande pour vérifier si les Français allaient mieux. Et Le Parisien a trouvé un endroit où ça va mieux : à Gémenos (Bouches-du-Rhône), avec les ex-Fralib qui fabriquaient du thé Lipton et des infusions Eléphant jusqu'à ce qu'Unilever délocalise la production en Pologne. En 2012, 76 ouvriers ont occupé l'usine jusqu'à ce qu'ils la rachètent. Et ça marche : ils ont lancé leur propre marque de thé "1336" - comme le nombre de jours de leur lutte -  et à chaque fois que 1.000 euros sont engrangés par l'entreprise, un jingle retentit dans toute l'usine et les 34 ouvriers se mettent à chanter.

"Hollande et Valls peuvent-ils tenir ?", s'interroge Le Figaro. La solution face aux grèves et blocages, c'est peut-être celle de Jean-François Copé, qui a évoqué dans "On n'est pas couché" la possibilité de faire voter les ordonnances avant les congés d'été. "Vous avez déjà vu des grèves générales le 15 juillet ?", a interrogé le député des Républicains, qui s'inspire des "Japonais qui travaillent".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Denis Baupin Harcèlement EELV
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783431989
Denis Baupin accusé de harcèlement sexuel : des témoignages accablants
Denis Baupin accusé de harcèlement sexuel : des témoignages accablants
Cinq femmes ont évoqué des faits graves qu'auraient commis l'écologiste. Certains faits sont anciens, d'autres sont beaucoup plus récents.
http://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/denis-baupin-accuse-de-harcelement-sexuel-des-temoignages-accablants-7783431989
2016-05-30 10:20:00
http://media.rtl.fr/cache/p11HC5DhL2XjcKL2PAPvGA/330v220-2/online/image/2016/0510/7783167753_denis-baupin-le-13-mai-2014.jpg