3 min de lecture Terrorisme

Bonbonnes de gaz : que prévoyait le commando féminin ?

Pour la première fois en France, un commando de quatre femmes a tenté de commettre un attentat, le point sur l'enquête.

Jeudi 8 septembre, trois femmes ont été arrêtées dans l'Essonne
Jeudi 8 septembre, trois femmes ont été arrêtées dans l'Essonne Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
+annelaurePoisson
Anne-Laure Poisson

Dans la nuit du samedi 3 au dimanche 4 septembre, une voiture est découverte dans le quartier de Notre-Dame à Paris sans plaque d'immatriculation et warnings allumés. À l'intérieur, cinq bonbonnes de gaz, trois bouteilles avec des traces de gasoil, une couverture avec des résidus d'hydrocarbure et une cigarette à peine consumée. 

L'enquête s'oriente vite vers le propriétaire de la 607, qui l'a déclaré volée dès le dimanche comme le raconte le Journal Du Dimanche, mais surtout vers sa fille : Inès M. Connue des services de sécurité pour des velléités de départ en Syrie et fichée S, la jeune femme de 19 ans est visée par une enquête en Belgique pour ses liens avec des Belges radicalisés

Dans la voiture, en plus de celles d'Inès M., les policiers retrouvent les empreintes d'une autre femme : Ornella G. 29 ans, également fichée S. pour avoir voulu se rendre en Syrie. Cette mère de trois enfants, est arrêtée mardi 6 septembre dans le sud de la France et placée en garde à vue où elle va commencer à raconter ce qu'était le projet de ce commando féminin.  Elle est finalement mise en examen samedi 10 septembre. 

À lire aussi
Une voiture de l'État islamique dans les rues de Raqqa en Syrie (Illustration) terrorisme
Daesh posséderait un magot de quelque 3 milliards d'euros

La Tour Eiffel était visée

Comme le rapporte le JDD, Ornella G. s'est beaucoup exprimée en variant souvent de version. Ce qui ressort de ses auditions, c'est que le soir du samedi 4 septembre, elle se trouve à bord de la 607 piégée avec Inès M. Les deux femmes ont d'abord pour intention de viser la Tour Eiffel, mais impossible de se garer à proximité du monument. Elles vont finalement s'arrêter dans le 5e arrondissement de la capitale, à un bras de Seine d'un autre monument parisien ; Notre-Dame. 

L'amateurisme du système de mise à feu et la crainte des jeunes femmes devant un homme qu'elles prennent pour un policier en civil les conduit à abandonner le véhicule qui sera découvert sans avoir explosé et le mardi 6 septembre, deux jours après, Ornella G. est arrêtée. Mais ce commando féminin compte encore deux autres membres. 

Un attentat Gare de Lyon

Sarah H., une jeune femme de 23 ans elle-aussi fichée S. après une tentative de départ en Syrie en 2015 et qui a quitté la côte d'Azur où elle vit avec sa mère quelques jours avant. Elle est aussi placée sur écoute dans le cadre de l'enquête sur le meurtre des policiers à Magnanville. Sarah H. a en effet été la "promise" successivement de Larossi Abballa puis d'Adel Kermiche, l'un des auteurs de l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray et enfin d'un homme, placé en garde à vue, dont le frère est incarcéré pour ses liens avec Abballa. 

Parallèlement, la piste d'Inès M. a permis aux enquêteurs de remonter jusqu'au domicile d'Amel S. situé à Boussy-Saint-Antoine dans l'Essonne. C'est chez cette femme de 39 ans et mère de quatre enfants que les trois membres restant du commando fomentent de nouveaux attentats imminents contre des gares dans l'Essonne et de Paris. 

Jeudi 8 septembre, les forces de police lancent l’assaut. Sarah H. blesse un agent de police au couteau et Inès M. est blessée par balle en tentant de faire la même chose. Les trois femmes sont placées en garde à vue, pour être entendues par les enquêteurs. Des enquêteurs qui s'interrogent aujourd'hui sur les connexions de ces quatre femmes avec Rachid Kassim, un jihadiste français originaire de Roanne et parti en Syrie qui et très actif sur Telegram ou les quatre jeunes femmes auraient pu "se rencontrer" sous sa supervision. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Attentat Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784811299
Bonbonnes de gaz : que prévoyait le commando féminin ?
Bonbonnes de gaz : que prévoyait le commando féminin ?
Pour la première fois en France, un commando de quatre femmes a tenté de commettre un attentat, le point sur l'enquête.
http://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/bonbonnes-de-gaz-que-prevoyait-le-commando-feminin-7784811299
2016-09-11 12:35:07
https://cdn-media.rtl.fr/cache/IZgYWWm2mrIP_VvmV6FU2A/330v220-2/online/image/2016/0909/7784793067_geoffroy-van-der-hasselt-afp.jpg