Jérôme Cahuzac : "Pas question d'assujettir les ordinateurs à la redevance TV !"

VIDEO - Le ministre du Budget répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie jeudi matin. Jérôme Cahuzac a exclu que les ordinateurs personnels puissent être assujettis à la redevance télévisuelle, comme l'avait évoqué quelques jours plus tôt son homologue de la Culture Aurélie Filippetti.

Jérôme Cahuzac
Crédit : RTL
Jérôme Cahuzac
>
Jérôme Cahuzac, ministre du Budget : "Pas question d'assujettir les ordinateurs à la redevance TV !" Crédits Média : Jean-Michel Aphatie | Durée : | Date :
1/

Jean-Michel Aphatie : Bonjour, Jérôme Cahuzac.
 
Jérôme Cahuzac : Bonjour, Jean Michel Aphatie.


Le gouvernement a décidé de prélever 7,2 milliards d'impôts supplémentaires, cette année, et encore 6,1 milliards l'année prochaine, donc 13 milliards au total. Avons-nous atteint avec ces augmentations le taux maximum que la France puisse supporter ou y a-t-il encore de la marge ?

L'impôt c'est la peine des gens. Et donc, on pourrait penser que cette marge a déjà été consommée depuis longtemps car ça fait longtemps que la peine des gens est ainsi sollicitée. Mais pour autant, puisque vous parlez de l'augmentation qui a été adoptée par le Conseil des ministres, hier, cette augmentation-là est malheureusement nécessaire ; et parce qu'elle est nécessaire, on s'est efforcé de faire qu'elle soit la plus juste possible, notamment en revenant sur l'augmentation de TVA qui avait été décidée par le gouvernement précédent.

Nécessaire parce qu'il faut réduire, à tout prix, les déficits.

 Il n'y a aucune possibilité d'échapper à cette obligation, Jérôme Cahuzac ?

La France est engagée. Elle a donné sa parole. La France est un grand pays, un grand pays respecte sa parole. Nous devons parce que nous nous y sommes engagés devant la communauté internationale, nous devons ne pas dépasser 4,5% de déficit cette année. Alors, cet objectif n'est pas l'alpha et l'omega de la politique du gouvernement et du Président de la république.

Ca y ressemble pourtant !

Ca n'est pas l'alpha et l'omega mais c'est un élément très important parce que la parole de la France est engagée.

Et vous n'aurez pas des problèmes dans votre Majorité. On notait dans Libération, hier, un député socialiste, Pascal Cherki, qui appartient à ce qu'on appelle l'aile Gauche du Parti Socialiste, mais c'est le Parti Socialiste quand même, qui disait : réduire les déficits ça ne me paraît pas tenable avec une croissance qui sera à 1%.

Pascal Cherki est naturellement libre de ses propos. Il est député de la nation et comme tel, personne n'a le droit de le contraindre dans son expression. Pour autant, Pascal Cherki s'est présenté sous l'étiquette "Majorité Présidentielle" et le candidat François Hollande, avant d'être élu, avait clairement indiqué que cet objectif-là, il le faisait sien et qu'il ferait tout pour le respecter.

Plusieurs rumeurs circulent sur l'augmentation de ceci, de cela ; on va essayer de les vérifier ensemble, Jérôme Cahuzac.Envisagez-vous d'augmenter la CSG pour les retraités, 6,6% aujourd'hui, pour l'aligner sur celle des salariés : 7,5 % ?

Non, ça n'est pas dans le projet de loi qui a été adopté, hier ; et à ma connaissance, ce n'était pas au programme du candidat François Hollande.

A votre connaissance : non ; à la mienne : non plus, d'ailleurs.


Voilà ; donc nous sommes d'accord.

Est-ce que les nécessités ne vous obligeront pas à  un moment à aller au-delà du programme stricte qui était celui du candidat François Hollande ?

On peut tout envisager : le pire comme le meilleur.

Là, vous me demandez d'envisager le pire ; on pourrait faire l'exercice inverse, c'est-à-dire envisager le meilleur. Il est tout à fait prématuré pour parler de cela. La seule chose que je peux vous dire c'est que ça n'était au programme du candidat François Hollande ; ça n'est pas dans le projet de loi de finances rectificative et ça n'est pas envisagé dans le projet de loi de finances initial.

Dans dix ans, dans quinze ans, dans vingt ans, vous imaginez bien que si c'est ça l'échéance qui vous intéresse, je  ne suis pas en mesure de vous répondre.

Pour répondre aux problèmes de financement que connaît la télévision publique, la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, -Culture et Communication-  a expliqué ici même sur cette antenne, samedi dans le Journal Inattendu, que ce serait bien de taxer les ordinateurs sur lesquels effectivement, on peut regarder la télé. La taxe sur les ordinateurs, c'est envisagé, Jérôme Cahuzac ?

Absolument pas.

Donc, elle a dit quelque chose qui n'engageait qu'elle et pas le gouvernement ?

Le gouvernement   -en tout cas, le ministre du budget n'était pas informé ; je pense que je n'étais pas le seul à ne pas l'être. Cela étant dit, chaque ministre dans la gestion du domaine qui est le sien, a le droit d'avoir des idées et d'émettre des suggestions. Mais cette idée, cette suggestion n'est pas reprise par le gouvernement.

 Vous allez créer une tranche d'imposition à 75% pour les revenus supérieurs à 1 million d'euros.

Cette expression-là déjà, paraît anticipée  sur une décision qui pourrait être prise.  Ce qui est vrai ...   

En quoi, elle est "anticipée" ?


Parce que vous parlez de tranche ; et donc, vous imaginez que ce serait intégrée à l'Impôt Sur le Revenu.
On est en train de réfléchir aux modalités d'application de cette proposition qui a rencontré un incontestable succès pendant la campagne électorale ; car, ne nous méprenons pas sur le sentiment qu'ont nos compatriotes : que certains plus la crise va, plus ils profitent ; et que d'autres  -beaucoup plus nombreux-  plus la crise va, plus ils souffrent.

Je crois que cette notion d'égalité dans l'effort, de partage des sacrifices à consentir, cette notion d'égalité qui est un peu dans l'âme et dans le cœur de tous les Français, nous sommes un pays où l'égalité  n'est pas un concept creux, ni vain. C'est un concept puissant, c'est une valeur fondatrice de notre République.

Ne méconnaissons donc pas le fait qu'une très grande majorité de nos concitoyens sont exaspérés par ces rémunérations indécentes dont on apprend, semaine après semaine ou mois après mois,  que certains dirigeants se les attribuent dans des conditions parfois, me semble-t-il, un peu légères.

La proposition, c'était une tranche d'imposition à 75% sur les revenus supérieurs à 1 million d'euros. Si ça a été un succès, pourquoi réfléchissez-vous à l'Assiette ?

Il faut réfléchir à l'Assiette parce que nous devons veiller à ne pas contraindre l'économie parce que ...

Vous avez peur de la fuite des cerveaux ? La fuite des Cadres Supérieurs ou des dirigeants d'entreprise ?

Peur ?

Vous savez si les chercheurs gagnaient ces montants-là, ce serait ...

Mais alors, pourquoi ne pas le faire comme vous l'avez annoncé ?

Je tente de vous expliquer ce qu'il en est.
   
Vous avez ce qu'on appelle des revenus potestatifs, c'est à dire ceux qui se décident entre le salarié et l'employeur. Ces revenus sont garantis, sont certains. Ces revenus sont sans risque. Quand certains dirigeants de grandes entreprises s'attribuent de telles fortunes, ils savent au fond que quoiqu'il arrive, ils gagneront cette fortune. Le cas d'artistes, d'auteurs, de chercheurs, de chefs d'entreprise ...

de Sportifs.

de Sportifs, si vous le souhaitez, encore que ...

Ah, si je le souhaite. Moi je ne souhaite rien.

... si vous souhaitez énumérer cette catégorie-là.

D'accord. D'accord.

Encore que dans certains cas, on se demande si vraiment ...

... ils le méritent !

Voilà.

Bon.

Des exemples récents sont là pour nous interroger.

Mais quoi qu'il en soit ...

Mais vous pensez à qui ? Au Football ?

... cette mesure doit, à mon avis, sacrifier à deux principes.

1 - l'égalité. J'en ai dit un mot, et c'est très important.

Et un 2ème principe : ne pas contraindre l'activité économique.

Il faut donc trouver une solution pour dissuader des rémunérations qui sont perçues comme illégitimes et ne pas décourager une activité économique qui, qu'on le veuille ou non, provient souvent sinon toujours de l'enthousiasme, de l'envie, de l'idée du talent d'hommes et de femmes qui après tout, ont peut-être envie de voir ces talents et ces idées rémunérés au niveau qu'ils le souhaitent.

On comprend qu'il y a une réflexion d'éclaircir à ça .

Oui, il y a une vraie réflexion là-dessus ; et il y aura une mesure dans le projet de loi de Finances initial.


Doublerez-vous d'ici à la fin de l'été comme vous vous y étiez engagé, le plafond du Livret A ?

D'ici à la fin de l'été, je ne sais pas ce qu'il en saura du calendrier ; mais l'engagement du président de la République, il était bien celui-là.

De doubler le plafond du Livret A ; mais on ne sait pas quand.

Le Premier ministre a indiqué que le prix du gaz n'augmenterait pas davantage que l'inflation. Ca n'est pas le contrat passé avec les fournisseurs de gaz, le gouvernement n'est pas obligé de respecter sa parole ?

Ca n'est pas le gouvernement qui a une parole à respecter. Il se trouve qu'une disposition législative et réglementaire aussi, existe. Le Premier ministre a indiqué ce qu'était sa volonté ; cette volonté sera mise en œuvre quitte à en passer par une modification de la loi ou des règlements, la chose est quand même assez aisément compréhensible.

Bon ! Ce n'est pas gai tout ça !

Ah, la dernière nouvelle que vous venez d'indiquer, c'est-à-dire éviter des augmentations du prix du gaz comme on en a connues ces derniers mois ou dernières années, c'est plutôt une bonne nouvelle de la limiter à l'inflation.

Et Marylise Lebranchu parlait, hier, d'un grand moment de rigueur comme on parle d'un grand moment de solitude.
Elle a raison. C'est un grand moment de rigueur ?

Solitude, j'espère qu'elle ne l'est pas. C'est une collègue absolument charmante et très collective dans le travail qu'elle fait ; mais je conteste cette expression   -toute amitié pour elle-  car ne pas poursuivre la politique de suppression de 1 sur 2 : c'est-à-dire maintenir  les effectifs des fonctionnaires stables, ce n'est pas la rigueur.

Jérôme Cahuzac, ministre de "pas la rigueur", donc du Budget, était l'invité de RTL ce matin. Bonne journée.

par La rédaction de RTLJournalistes RTL
Suivez La rédaction de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7750385432
Jérôme Cahuzac : "Pas question d'assujettir les ordinateurs à la redevance TV !"
Jérôme Cahuzac : "Pas question d'assujettir les ordinateurs à la redevance TV !"
VIDEO - Le ministre du Budget répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie jeudi matin. Jérôme Cahuzac a exclu que les ordinateurs personnels puissent être assujettis à la redevance télévisuelle, comme l'avait évoqué quelques jours plus tôt son homologue de la Culture Aurélie Filippetti.
http://www.rtl.fr/actu/jerome-cahuzac-pas-question-d-assujettir-les-ordinateurs-a-la-redevance-tv-7750385432
2012-07-05 08:22:00
http://media.rtl.fr/cache/h5wr9uMoePbN_tvCKK4SGg/330v220-2/online/image/2012/0705/7750390929_jerome-cahuzac-sur-rtl-le-5-juillet-2012.jpg