Jeannette Bougrab : "Je ne suis fan ni de Sardou, ni du Quick hallal"

La présidente de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde) répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie jeudi. Jeannette Bougrab s'est dite "pas choquée" par les reconduites de Roms qui se sont accélérées ces dernières semaines, considérant qu'il s'agit de "l'application de la loi".

PodcastRTL-Aphatie >
La présidente de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde) répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie Crédits Média : Jean-Michel Aphatie | Durée : | Date :
1/

Envoyez vos photos/vidéos sur Témoins RTL

Logo Témoins


Jean-Michel Aphatie : Bonjour, Jeannette Bougrab.

Jeannette Bougrab : Bonjour.

La Halde, que vous dirigez, lutte contre les discriminations dans la société française, c'est-à-dire contre l'intolérance aux différences. Jugez-vous que les Roms renvoyés cet été par le gouvernement dans leur pays, sont victimes d'une forme d'intolérance politique ?

Les gens du voyage, plus généralement, sont encore victimes en France de discriminations  mais je suis vraiment très heureuse de pouvoir m'exprimer parce que ces dernières semaines, on a entendu beaucoup d'amalgames et que dans la catégorie des gens du voyage, il y a - à 90% - des citoyens français qui, pourtant, ne disposent pas des mêmes droits que vous ou que moi. Et ça, ça n'a peut-être pas été aussi suffisamment évoqué et que derrière la question des Roms se pose une problématique beaucoup plus générale qui est celle des gens qui ne sont pas nécessairement sédentarisés.
 
Et je vais me permettre de rajouter un point. Sur des choses essentielles, notamment : est-ce que vous savez que des gens du voyage qui sont Français ne peuvent pas circuler librement sur le territoire national ? Qu'ils ont un carnet de circulation ? Qu'ils doivent aller tous les trois mois dans un commissariat de police ou à la gendarmerie pour le faire tamponner ? Que s'ils ne le font pas, ils sont sanctionnés pénalement, jusqu'à de la prison.

Et vous, vous dites ça, parce que vous voudriez que la législation évolue...

C'est ce qu'on a fait... Le carnet de circulation, le livret de circulation qui existe...

... Et que le carnet de circulation disparaisse ?

Bien sûr. Et c'est ce qu'on a souhaité. Je vais vous dire encore quelque chose de plus scandaleux. Vous savez que les gens du voyage qui sont Français, vous savez le droit de vote qui est essentiel à la citoyenneté, ils ne peuvent même pas être inscrits sur des listes électorales s'ils n'ont pas trois ans de résidence.

Trois ans de résidence dans une ville.

Et c'est étrange. Il y a une population qui est très fragile qui est les sans domicile fixe, quand vous êtes sans domicile fixe, vous ne devez seulement justifier de six mois de stabilité de résidence, et quand vous êtes une personne des gens du voyage, vous devez justifier de trois ans.

Essayez-vous de dire, Jeannette Bougrab, en parlant des gens du voyage, et non pas des Roms, que les expulsions de Roms depuis un mois en France, créent un  climat négatif et préjudiciable à tous ces gens-là qui ne sont pas sédentaires ?

Je vais vous dire quelque chose. La Halde lutte contre les stéréotypes, contre les amalgames, contre les préjugés qui conduisent à de l'intolérance. Les stéréotypes autour des gens du voyage ne datent pas d'un mois.

Mais là, ils sont renforcés peut-être ?

Ils démontrent, en réalité, ce que ça a  mis depuis un mois, c'est que ça ne gênait personne ; et c'est là où je trouve indigne et quelque part hypocrite que des camps où l'insalubrité, où des enfants sont au côté de ferraille, de batterie, qui sont atteints de saturnisme dans une totale indifférence.

Nous, depuis des années, moi je ne suis pas là pour faire de la politique politicienne, je ne suis pas là pour commenter des décisions qui ont été faites par le gouvernement ; je suis là, et je travaille en tout cas, et les équipes de la Halde travaillent depuis plusieurs années sur cette question des gens du voyage, et on dénonce depuis plusieurs années, par exemple le refus de scolarisation des gens du voyage, et sans scolarisation, sans pouvoir faire accéder ces populations à l'école, vous ne pouvez pas les intégrer, et je dis ça - et ça, ça ne date pas d'hier, ça ne date pas déjà du 30 juillet, du discours de Grenoble, ça date depuis plusieurs années. Et je dis ça parce que vous savez, les gens du voyage sont une population très jeune, c'est-à-dire que 80% de la population a moins de 16 ans, et quand on refuse la scolarisation à ces populations, c'est évidemment leur donner l'impossibilité de s'intégrer dans notre république.

Je reprends ma question simple : l'expulsion des Roms vous choque ou pas ?

Je vais vous dire quelque chose et cela va peut-être vous choquer, mais...

Choquons-nous mutuellement !

Moi je suis juriste, je suis une ancienne universitaire, je suis membre du Conseil d'Etat, et il y a une législation sur le droit et l'entrée du séjour en France. Pour moi, il y a des règles, et ces règles doivent être respectées, voilà.

Donc, cette expulsion des Roms ne vous choque pas ?

L'application de la loi ne me choque pas ; et quand elle est faite, contrairement ou en violation des règles de droit national ou de droit européen, comme vous allez peut-être le citer, nous avons des juridictions qui annulent ces reconduites à la frontière. Et moi je suis rassurée parce que je sais que des décisions qui sont prises sont contrôlées par une justice indépendante et vous l'avez vu, ces derniers jours, la justice des tribunaux a rendu aussi des décisions d'annulation.

Je voudrais vous faire écouter quelqu'un qui s'est exprimé, hier, sur l'antenne de RTL. Une expression assez rare sur le terrain de la politique ; mais c'était net : Michel Sardou, hier sur RTL : "On ne me fera pas dire du mal des gitans. Je les aime énormément. Alors, je sais qu'il y a des voyous chez les gitans, ça c'est certain. Mais est-ce qu'il n'y en a pas chez les Français, chez les Italiens, chez les Russes, chez les Anglais, chez les Américains, chez - que sais-je !... Il y en a partout". Voilà, c'était avant-hier, pas hier. Avant-hier, Michel Sardou dit : voilà, on a un regard sur tous ces gens-là qui n'est pas le bon.

Je suis surprise que vous me demandiez à commenter une phrase de Michel Sardou !

Pourquoi ? Vous n'aimez pas Michel Sardou ? Ou vous l'aimez beaucoup ?

En regardant un peu vos notes, je me suis dit que vous alliez me parler de femmes des années 2010 et toute la polémique qu'il y a en matière de stéréotypes et de discriminations à l'égard des femmes...

Alors, allez-y ! Si vous avez quelque chose à dire sur les stéréotypes tels que... On reproche à Michel Sardou, parfois, de les exprimer, allez-y ?

Oui. Alors là, je vais vous dire quelque chose. Ce qui me surprend et avec une violence assez considérable c'est que pendant cet été, il y a eu notamment une étude de l'OFCE sur la question des discriminations hommes-femmes, qu'en gros les femmes ont en gros 20% d'écart de salaires et que les femmes même quand elles n'arrêtent pas leur carrière professionnelle, ont 17% d'écart. Ca concerne la moitié de l'Humanité. Pratiquement les deux tiers des emplois à temps partiel et imposés sont occupés par des femmes. On sait que les femmes quand elles vont accéder à la retraite, auront 50% d'une pension d'un homme. Et c'est bizarre ! Ca concerne la moitié de l'Humanité et ça n'a pas suscité la moindre polémique.

Mais là, on est loin de Michel Sardou !

Mais pas du tout ; parce que vous avez écouté sa nouvelle chanson ?

Hum... Hum...

Donc voilà.

Alors ça vous choque sa nouvelle chanson ?

2010 ? Je ne suis pas très fan.

D'accord. J'avais une autre question à vous poser puisque voilà, on a parlé des Roms, on a parlé de Michel Sardou et je voulais savoir si en tant que présidente de la Halde, Jeannette Bougrab, vous aviez un jugement particulier sur la décision de la chaîne de restauration rapide Quick qui étend son offre de restaurants exclusivement à la Halde - une quinzaine de restaurants exclusivement à la Halde ; ça vous choque ou pas ?

Alors je vais vous dire. Ce qui me choque, c'est que dans un Etat comme la France où la gastronomie doit être classée au patrimoine mondial de l'Humanité, on se polémique sur la question du Quick où je trouve un peu inquiétant que des gens éventuellement aient envie d'y aller. Mais, bon !

Vous trouvez inquiétant que des gens aient envie d'aller dans ce type de restaurant ?

Oui, parce qu'aussi bizarre que ça puisse vous paraître, moi j'adore la gastronomie française et je vous avoue que les fast food, ce n'est pas véritablement... La véritable discrimination...

Ah c'est autre chose, c'est le caractère strictement halal du restaurant qui peut poser ou pas problème.

Je vais vous dire quelque chose. Fondamentalement, ça me poserait problème si éventuellement refuser l'accès à ces restaurations si vous n'êtes pas musulman, ça me choquerait et ce serait discriminatoire et pénalement sanctionné si dans ces restaurants, on embauchait que des musulmans, voilà. Mais de savoir que pour la restauration rapide, ça peut être kascher ou halal, je vous avoue que ça ne me perturbe pas vraiment parce que je n'ai pas envie véritablement d'y aller.

Voilà. Jeannette Bougrab qui n'achètera pas le nouveau disque de Michel Sardou !

Vincent Parizot : On allait lui offrir, pourtant !

... Et qui n'ira pas manger chez Quick, non plus, je vous le dis tout de suite !

Vincent Parizot : Parce que vous n'êtes pas fan de fast food, on a bien compris.

Non, pas du tout ; mais je serais heureuse d'aller dans un restaurant de gastronomie française.
 

Podcast chronique


par La rédaction numérique de RTL
Suivez La rédaction numérique de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
5949847597
Jeannette Bougrab : "Je ne suis fan ni de Sardou, ni du Quick hallal"
Jeannette Bougrab : "Je ne suis fan ni de Sardou, ni du Quick hallal"
La présidente de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde) répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie jeudi. Jeannette Bougrab s'est dite "pas choquée" par les reconduites de Roms qui se sont accélérées ces dernières semaines, considérant qu'il s'agit de "l'application de la loi".
http://www.rtl.fr/actu/jeannette-bougrab-je-ne-suis-fan-ni-de-sardou-ni-du-quick-hallal-5949847597
2010-09-02 09:38:00