3 min de lecture Jordanie

Jordanie : 3 questions pour comprendre la crise que traverse le pays

ÉCLAIRAGE - Plusieurs pays du Golfe vont octroyer 2,5 milliards de dollars à la Jordanie. Le pays subit une crise économique et sociale sans précédent.

Les manifestations prennent tellement d'ampleur que le Premier ministre, Hani Mulqi, a été contraint à démissionner le 4 juin dernier
Les manifestations prennent tellement d'ampleur que le Premier ministre, Hani Mulqi, a été contraint à démissionner le 4 juin dernier Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP
Kathleen Franck
et AFP

2,5 milliards de dollars ont été octroyés à la Jordanie. Le pays, frappé par un mouvement de contestation populaire depuis début juin, a obtenu un soutien d'urgence de la part de plusieurs pays du Golfe. Lundi 11 juin, l'agence officielle saoudienne SPA a déclaré que l'Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis et le Koweït fourniront cette aide financière qui s'étalera sur cinq ans.

Une rencontre a été organisée dans la ville de La Mecque par le roi Salmane d'Arabie saoudite, en présence du roi Abdallah II, et de dirigeants des Émirats et du Koweït. 


Le pays subit une grave crise économique et sociale et des milliers de Jordaniens qui manifestent depuis récemment dans les rues dénoncent la dégradation continue de leurs conditions de vie. Ils ont récemment eu gain de cause : leur Premier ministre, Hani Mulqi, a démissionné le 4 juin et le projet de loi concernant l'impôt sur le revenu, mené par le gouvernement, a été abandonné. Son successeur, Omar al-Razzaz, doit à présent former un gouvernement. 

À lire aussi
Le président Donald Trump prend la parole à la rotonde du Utah State Capitol le 4 décembre 2017 à Salt Lake City, dans le Utah. États-Unis
Trump veut transférer l'ambassade américaine à Jérusalem

Pourquoi le pays est-il en crise ?

Quelque 18,5% de la population du pays est au chômage et 20% vit sous le seuil de pauvreté. Les Jordaniens, toute classe sociale confondue, sont épuisés par des hausses de prix à répétition qui surviennent partout dans le pays. Le prix du pain a subi une augmentation de 100%, les factures d'électricité ont, elles aussi, augmenté de 55% depuis le mois de février, et le coût du carburant a été élevé à cinq reprises.

Toute la classe moyenne du pays, excédée, s'est retrouvée au cœur des événements pour dénoncer cette vie devenue trop chère. Un acte de bravoure, dans ce pays où la peine de mort est pratiquée. 

Les finances publiques du pays sont aussi fortement influencées par l'accueil de centaines de milliers de réfugiés ayant fui la guerre. Amman -la capitale- appelle à ce que la communauté internationale se prononce davantage sur ce dossier. 

Quels sont les enjeux avec l'Europe ?

La Jordanie est un pays limitrophe à la Syrie et à l'Irak. Sa localisation a donc naturellement fait de lui l'un des principaux pays à avoir accueilli autant de réfugiés qui ont fui l'Irak et la Syrie depuis le début des conflits.

L'Union Européenne (UE) s'est engagée à soutenir le pays, sachant qu'elle l'aide déjà pour maintenir ses secteurs d'activité hydrauliques, énergétiques et humanitaires. La Jordanie et l'Europe sont étroitement liées par un accord d'association depuis 2002, qui a permis à cette dernière de bénéficier d'un "statut avancé", à savoir des avantages commerciaux supplémentaires.

La cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a annoncé dimanche 10 juin qu'elle s'engageait à apporter 20 millions d'euros supplémentaires, qui seront destinés à "soutenir des projets en faveur des tranches les plus vulnérables de la société", selon elle.

Et dans le reste du Moyen-Orient ?

Selon Oraib-al-Rintawi, le directeur du centre al-Qods spécialisé dans les relations stratégiques à Amman, "ce qui s'est passé en Jordanie a fait ressurgir l'esprit du Printemps arabe, provoquant un vent de panique parmi les pays du Golfe".

Ces milliards d'euros accordés par les puissances économiques du Moyen-Orient ne représentent donc pas une "solution miracle" pour le pays, mais plutôt une manière de s'assurer le calme dans la région.

Cette marque de soutien serait aussi un reflet des "craintes d'un renversement d'alliances dans la région", selon Oraib-al-Rintawi, après de récents rapprochements entre Amman et le Qatar. Mais ce sont surtout les rapprochements entre l'Iran et l'Arabie saoudite qui ont marqué les esprits, lors du dernier sommet de l'Organisation de la coopération islamique qui a eu lieu à Istanbul en mai dernier. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jordanie Géopolitique Europe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793708607
Jordanie : 3 questions pour comprendre la crise que traverse le pays
Jordanie : 3 questions pour comprendre la crise que traverse le pays
ÉCLAIRAGE - Plusieurs pays du Golfe vont octroyer 2,5 milliards de dollars à la Jordanie. Le pays subit une crise économique et sociale sans précédent.
http://www.rtl.fr/actu/international/jordanie-3-questions-pour-comprendre-la-crise-que-traverse-le-pays-7793708607
2018-06-12 19:30:19
https://cdn-media.rtl.fr/cache/vi7Ve0u3hhTGr7-p1EdxEg/330v220-2/online/image/2018/0611/7793710248_les-manifestations-prennent-tellement-d-ampleur-que-le-premier-ministre-hazi-mulqi-a-ete-contraint-a-demissionner-le-4-juin-dernier.jpg