Florence Cassez entre dans sa huitième année de détention au Mexique

Triste anniversaire pour Florence Cassez. La Française, condamnée à soixante ans de prison pour enlèvements, entamera samedi à 38 ans sa huitième année de détention au Mexique. Pour ses proches, l'espoir renaît après les récents développements.

la Française ne connaît pas la date du nouvel examen de son cas par la Cour suprême mexicaine
Crédit : AFP / Archives
la Française ne connaît pas la date du nouvel examen de son cas par la Cour suprême mexicaine

Nouvel espoir ?

Il y a une semaine, le 1er décembre, le Mexique a connu deux changements simultanés qui pourraient bientôt lui être favorables : le départ du président Felipe Calderon, qui avait affirmé publiquement, à plusieurs reprises, son hostilité à la libération de la Française, et le renouvellement de la Cour suprême avec l'arrivée de deux nouveaux juges, dont l'un à la Première chambre de cette instance qui sera chargée de statuer sur le dossier début 2013.

Cette septième année en prison avait déjà semblé bien près d'être la dernière, le 7 mars, lorsque le rapporteur du cas de la Française devant la Cour suprême du Mexique, le juge Arturo Zaldivar, avait proposé la libération immédiate de la Française. Les 144 pages du rapport du juge aboutissaient à une conclusion formelle : la Française avait été la victime d'un montage policier, d'une "mise en scène qui ne correspondait pas à la réalité" organisée par l'Agence fédérale d'investigation (AFI).

Le juge mettait au centre de son argumentation la diffusion, le 9 décembre 2005 à l'aube, par les deux principales chaînes de télévision, de la prétendue arrestation en direct de la Française et de son ex-fiancé Israel Vallarta dans un ranch des environs de Mexico, ainsi que la libération de trois otages. Or en réalité, la Française et son ex-compagnon avaient été arrêtés ailleurs, sur une route menant à la capitale et à un autre moment, la veille selon la Française.

Pour le juge Zaldivar, le montage de la police, considéré comme sans importance juridique dans tous les jugements précédents, avait "totalement" nuit à la procédure et eu une "incidence dévastatrice sur la présomption d'innocence et une défense adéquate".

Et pourtant...

Après trois condamnations successives par la justice ordinaire, en avril 2008, mars 2009 et février 2011, le rapport Zaldivar sonnait comme le début de la fin du cauchemar de la Française, qui a toujours clamé son innocence. Mais deux semaines plus tard, le 21 mars, l'espoir d'une libération était douché par un "match nul" au sein de la Première chambre de la Cour suprême : deux juges pour la libération, deux contre, et une voix pour le renvoi du cas en justice ordinaire.

Quatre juges sur cinq avaient pourtant reconnu les "graves irrégularités" commises sous l'autorité de Genaro Garcia Luna, directeur de l'AFI à l'époque des faits puis ministre de la Sécurité publique du gouvernement Calderon entre 2006 et 2012.

Aujourd'hui, la Française ne connaît pas la date du nouvel examen de son cas par la Cour suprême. Elle sait seulement qu'un nouveau rapport doit être présenté par la juge Olga Sanchez, qui s'était prononcée pour sa libération en mars.

(Avec AFP)
Tout savoir sur l'affaire Cassez (cliquez sur la photo ci dessous) :
L'affaire Florence Cassez
Les grandes dates de l'Affaire Florence Cassez

par La rédaction de RTLJournalistes RTL
Suivez La rédaction de RTL sur :
Vous aimerez aussi
Commentaires Avec Bell & Ross

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous