1 min de lecture Grèce

En Grèce, c'est l'Eglise qui paie la caution du moine escroc

Si les voies du Seigneur sont impénétrables, les finances de l'Eglise grecque, elle, sont insondables. Le moine orthodoxe Ephraïm, protagoniste d'un retentissant scandale immobilier en Grèce qui a contribué à faire chuter la droite en 2009, a été remis en liberté contre une caution de... 300.000 euros. Et pour la payer ? L'Eglise orthodoxe elle-même. Polémique dans le monde du silence.

Alexia Kefalas Journaliste RTL

Pas franchement un enfant de chœur le moine orthodoxe Ephraïm...

L'ex-coqueluche de l'establishment grec à la tête du monastère Vatopedi, situé dans la forteresse orthodoxe du Mont-Athos, l'higoumène Ephraïm a été libéré fin mars de la prison de haute sécurité de Korydallos près d'Athènes. La justice avait mis en caution cette libération sous la somme de 300.000 euros. Pas de problème : c'est l'Eglise orthodoxe de Grèce elle-même qui a réglé la note.

Si le prêtre, septuagénaire, est contraint de rester dans son monastère et de se présenter tous les 15 jours au commissariat local, aux termes de sa libération conditionnelle, la population, elle, est très en colère. A tel point que des manifestants réclament la séparation définitive de l'Etat et de l'Eglise.

Il faut dire qu'Ephraïm, surtout en ces temps de crise, n'est pas vraiment un enfant de choeur. Il avait été placé en détention provisoire en décembre dernier et la date de son procès pour des malversations de l'Eglise de Grèce, non-séparée de l'Etat, concernant des titres de propriété foncière n'a pas encore été fixée.

Il avait déjà été condamné en décembre 2010 à dix mois de prison avec sursis pour "instigation morale" à la corruption d'une juge.

Un scandale au sommet de l'Etat

Le monastère de Vatopedi, l'un des plus puissants de la république monastique semi-autonome du Mont-Athos, interdite aux femmes dans le nord-est de la Grèce, avait tenté d'usurper à l'Etat un profitable immeuble de bureaux près d'Athènes en échange d'un terrain d'une valeur très inférieure.

La révélation de ce scandale foncier et immobilier au profit du monastère avait coûté leur poste à deux ministres du gouvernement de droite de Costas Caramanalis, et précipité la défaite électorale de ce dernier à l'automne 2009 face au socialiste Georges Papandréou, dont le gouvernement a depuis été emporté par la crise de la dette souveraine grecque. 

Lire la suite
Grèce Crise économique Union européenne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7746566234
En Grèce, c'est l'Eglise qui paie la caution du moine escroc
En Grèce, c'est l'Eglise qui paie la caution du moine escroc
Si les voies du Seigneur sont impénétrables, les finances de l'Eglise grecque, elle, sont insondables. Le moine orthodoxe Ephraïm, protagoniste d'un retentissant scandale immobilier en Grèce qui a contribué à faire chuter la droite en 2009, a été remis en liberté contre une caution de... 300.000 euros. Et pour la payer ? L'Eglise orthodoxe elle-même. Polémique dans le monde du silence.
http://www.rtl.fr/actu/international/en-grece-c-est-l-eglise-qui-paie-la-caution-de-son-moine-escroc-7746566234
2012-04-11 14:05:00