INFO RTL - Occupation de la mosquée de Poitiers : un loupé de la DCRI ?

Le 20 octobre dernier avait lieu l'occupation du chantier de la mosquée de Poitiers par le mouvement Génération Identitaire. La Direction centrale du Renseignement intérieur (DCRI) était au courant de l'opération qui se tramait. Information RTL de Julien Dumond : des agents parisiens, qui avaient commencé une filature des militants d'extrême droite, ont dû tout simplement l'interrompre. Faute de moyens...

 Le 20 octobre 2012, le chantier de la mosquée de Poitiers était occupé par un groupuscule d'extrême droite
Crédit : AFP / Archives, COR
Le 20 octobre 2012, le chantier de la mosquée de Poitiers était occupé par un groupuscule d'extrême droite
>
La Direction centrale du renseignement intérieur a dû interrompre sa filature... faute de moyens... Crédit Média : Julien Dumond

La DCRI était au courant

Samedi 20 octobre 2012, dans la Vienne. Soixante-treize militants d'extrême-droite parviennent, sans être inquiétés, à monter sur le toit de la future mosquée de Poitiers et à déployer deux banderoles. La première au nom de leur mouvement, Génération identitaire ; la seconde, portant l'inscription "Charles Martel a battu les arabes à Poitiers en 732".

Aussitôt, c'est une vague d'indignation. "Haine anti-islam" pour le Conseil français du culte musulman, "condamnation" de Jean-Marc Ayrault, "provocation haineuse et inadmissible" pour Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur.

Une question pourtant aujourd'hui se pose et met en lumière la fragile organisation des services de renseignements : "l'opération médiatique" des extrémistes aurait-elle pu être empêchée ? Une chose est sûre : la Direction centrale du renseignement intérieur disposait d'informations et ne semble pas vraiment s'être mis en branle.

La DCRI a, en effet, prévenu plusieurs services spécialisés de la possibilité d'une opération médiatique des Identitaires sur Paris. La Direction du renseignement de la Préfecture de police (DRPP) a alors multiplié les surveillances, identifié un groupe de neuf personnes portant de gros sacs à dos.

Possible "dysfonctionnement"

Ce vendredi 19 octobre, la filature se poursuit... Les suspects franchissent le périphérique, direction le sud. A Orléans, dans la nuit de vendredi à samedi, les fonctionnaires de la DRPP reçoivent l'instruction d'interrompre la surveillance : trop loin de Paris, pas assez équipé pour poursuivre (les policiers étaient à l'origine partis pour une surveillance dans Paris). Problème : à cette heure, ils ne peuvent contacter aucun service pour prendre la relève. Le lendemain matin, les neuf extrémistes font partie des soixante-treize manifestants en haut de la mosquée. Aucun des soixante-quatre autres n'a été suivi par la DCRI.

Un possible "dysfonctionnement" révélé alors que le ministre de l'Intérieur, ainsi qu'une mission parlementaire, réfléchissent à une meilleure articulation des services de renseignements en France.

par Julien DumondJournaliste
Suivez Julien Dumond sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7755676745
INFO RTL - Occupation de la mosquée de Poitiers : un loupé de la DCRI ?
INFO RTL - Occupation de la mosquée de Poitiers : un loupé de la DCRI ?
Le 20 octobre dernier avait lieu l'occupation du chantier de la mosquée de Poitiers par le mouvement Génération Identitaire. La Direction centrale du Renseignement intérieur (DCRI) était au courant de l'opération qui se tramait. Information RTL de Julien Dumond : des agents parisiens, qui avaient commencé une filature des militants d'extrême droite, ont dû tout simplement l'interrompre. Faute de moyens...
http://www.rtl.fr/actu/info-rtl-occupation-de-la-mosquee-de-poitiers-un-loupe-de-la-dcri-7755676745
2012-12-10 06:25:00
http://media.rtl.fr/cache/H7hxjInKBkCskvJpSdMm5w/330v220-2/online/image/2012/1210/7755676761_le-20-octobre-2012-le-chantier-de-la-mosquee-de-poitiers-etait-occupe-par-un-groupuscule-d-extreme-droite.jpg