3 min de lecture Connecté

Qwant, le moteur de recherche français qui profite de l'affaire Facebook

Le moteur de recherche tricolore, dont le modèle repose sur la non exploitation des données personnelles, profite de l'émoi suscité par l'affaire Cambridge Analytica.

Le moteur de recherche anonyme Qwant débarque sur mobile
Le moteur de recherche anonyme Qwant débarque sur mobile Crédit : Qwant
BenjaminHuepro
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Les déboires de Facebook font le bonheur de Qwant. Le moteur de recherche français qui promet aux internautes de ne pas exploiter leurs données personnelles connaît une affluence inédite depuis le début de l'affaire Cambridge Analytica qui a plongé Facebook dans la tourmente. La prise de conscience suscitée par l'exploitation abusive des données de quelque 50 millions d'utilisateurs du réseau social par une entreprise britannique pilotant la campagne numérique de Donald Trump a poussé les internautes à se tourner vers des solutions plus respectueuses de leur vie privée.

Les fondateurs du moteur de recherche observent une forte recrudescence du nombre d'utilisateurs depuis quelques jours. "Nous sommes passés d'une croissance de 20% par mois en février à plus de 18% par jour cette semaine", explique Éric Leandri, PDG de l'entreprise, à RTL Futur. Qwant totalisait 58 million d'utilisateurs en janvier. La société en revendique 73 millions à ce jour et espère dépasser les 100 millions dès le mois prochain. Elle a traité autant de requête que Google en deux jours l'an dernier et en traite cinq fois plus aujourd'hui. Ses robots indexent un milliard et demi de pages Web à ce jour contre 200 millions l'an passé.

Un modèle opposé à celui de Facebook et Google

Lancé en 2013, par Jean Manuel-Rozan, financier, et Éric Léandri, spécialiste en sécurité informatique, Qwant se présente comme un champion de la protection des données personnelles. Le service assure aux internautes que leurs informations personnelles ne sont pas collectées lorsqu'ils effectuent des recherches. Lorsqu'un individu fait une recherche sur l'application, la requête reste anonyme. Elle n'est pas personnalisée, n'entraîne pas de recommandation ni de publicité ciblée. Un modèle à l'opposé de celui défendu par Google qui a bâti sa fortune sur l'exploitation des informations personnelles. 

À lire aussi
Contrairement à la France, Apple News est une véritable application aux États-Unis Connecté
Apple News pourrait proposer un abonnement payant à la presse

Qwant sensibilise régulièrement le grand public à l'importance du "privacy by design", la protection de la vie privée dès la conception du produit. La plateforme utilise en effet sa propre architecture afin de ne dépendre des services de cloud proposés par les géants américains Amazon ou IBM, grands agrégateurs de données. Ce modèle a certaines limites. Mercredi, Qwant a subi la plus grande panne de son histoire. Le moteur de recherche est resté inaccessible pendant plus de trois heures alors que des opérations de mise à niveau étaient menées sur l'infrastructure afin d'assurer la disponibilité du service en cas de panne ou de surcharge.

Des problématiques dans l'actualité

Qwant gagne de l’argent grâce à un système de liens sponsorisés et quelques partenariats établis avec des plateformes comme TripAdvisor, Ebay ou LeGuide. Les publicités sont ciblées en fonction des requêtes effectuées en temps réel. Si un internaute clique sur l’un de ces liens ou achète un service d’un site partenaire, le moteur de recherche empoche une petite commission. Une fois l'opération effectuée, les données sont effacées et l'internaute n’est pas suivi par des outils marketing pendant la suite de sa navigation sur Internet. 

Aussi présent en Allemagne, en Espagne et en Italie, Qwant voit son développement freiné par l'hégémonie d'Apple et Google dont les moteurs de recherche sont installés par défaut dans les navigateurs Safari et Chrome sur leurs propres produits. En attendant, Qwant fait son nid au gré des scandales mettant en cause les géants du Web. La mise en place du Règlement européen sur les données personnelles le 25 mai va également populariser certains principes défendus par la société, comme le "privacy by design". 

En attendant, Qwant a lancé mardi Qwant Junior, une application mobile permettant aux enfants de naviguer avec plus de sécurité sur Internet grâce à un algorithme censurant les contenus violents, pornographiques, conspirationnistes ou radicaux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Internet Google
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792824690
Qwant, le moteur de recherche français qui profite de l'affaire Facebook
Qwant, le moteur de recherche français qui profite de l'affaire Facebook
Le moteur de recherche tricolore, dont le modèle repose sur la non exploitation des données personnelles, profite de l'émoi suscité par l'affaire Cambridge Analytica.
http://www.rtl.fr/actu/futur/qwant-le-moteur-de-recherche-francais-qui-profite-de-l-affaire-facebook-7792824690
2018-03-29 19:32:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/giBHbZg4HwTCPQd7C9SLVQ/330v220-2/online/image/2017/0126/7786943163_le-moteur-de-recherche-anonyme-qwant-debarque-sur-mobile.png