3 min de lecture Connecté

L'application de Google qui trouve votre sosie artistique soulève des inquiétudes

Google propose depuis quelques jours une application permettant d'associer un selfie à une toile de maître. L'application caracole en tête des téléchargements aux États-Unis et soulève des inquiétudes sur les progrès de la reconnaissance faciale.

L'application Google Arts & Culture est en tête des téléchargements aux États-Unis grâce à son outil de reconnaissance faciale
L'application Google Arts & Culture est en tête des téléchargements aux États-Unis grâce à son outil de reconnaissance faciale Crédit : Google
BenjaminHuepro
Benjamin Hue
Journaliste RTL

La dernière version de l'application Google Arts & Culture est l'une des plus populaires du moment aux États-Unis. La raison ? L'ajout d'une fonctionnalité permettant aux utilisateurs de découvrir quel est leur sosie artistique. Intitulée "Is your portrait in a museum ?" ("Votre portrait se trouve-t-il dans un musée ?"), elle propose de comparer un selfie à des portraits célèbres réalisés par des peintres de renom.

L'expérience repose sur la technologie de reconnaissance faciale Face Net. Développée par Google, elle scanne la photo envoyée par l'utilisateur pour créer une empreinte numérique de son visage et la comparer aux 70.000 œuvres de sa base de données. Une fois les correspondances trouvées, les résultats les plus pertinents sont affichés avec leur pourcentage de ressemblance. 

Cette fonction a largement emballé les internautes américains. Depuis sa mise à jour mi-décembre, Google Arts & Culture truste les premières places des applications les plus téléchargées aux États-Unis sur l'App Store d'Apple et le Play Store de Google. Disponible uniquement outre-Atlantique, elle fait l'objet d'une expérimentation par Google.

À lire aussi
Un ordinateur touché par la cyberattaque du 27 juin 2017 Connecté
Les États-Unis et leurs alliés attribuent la cyberattaque NotPetya à la Russie

On ignore pour l'instant si elle sera déployée à plus grande échelle. Pour en profiter dans les autres pays, il faut utiliser un VPN, qui simule une connexion depuis un autre pays pour permettre au smartphone d'accéder aux ressources des magasins d'applications locaux.

Un leurre pour constituer une base de données ?

Devant la popularité de l'application, certaines voix se sont élevées aux États-Unis pour mettre en garde le public contre le véritable objectif poursuivi par Google. "Le stagiaire de Google qui a inventé cette application pour tromper les utilisateurs en les incitant à envoyer des images pour remplir sa base de données de reconnaissance faciale a certainement eu une promotion", a observé sur Twitter l'analyste politique, Yousef Munayyer. "Personne ne s'inquiète d'abandonner les données de son visage à Google ou vous estimez tous que c'est déjà le cas ?", s'est aussi émue l'actrice et activiste américaine, Alyssa Milano.

Google propose régulièrement des outils ludiques et gratuits aux internautes pour faire la démonstration de ses progrès dans l'intelligence artificielle. Ces programmes permettent aussi à l'entreprise américaine de mettre ses réseaux de neurones artificiels à l'épreuve de neurones humains afin de les perfectionner à peu de frais. Les programmes Quick Draw! et AutoDraw visaient notamment à améliorer la reconnaissance visuelle de ses algorithmes. La société utilise aussi la reconnaissance des caractères des Captcha pour aider ses robots à déchiffrer les pages de livres mal conservés sur Google Book et les indexer par la suite à son moteur de recherche.

Des utilisateurs ont également accusé Google de racisme car l'application associe automatiquement un selfie d'une personne de couleurs à des tableaux représentant un homme ou une femme de même couleur. Une dérive qui témoigne des biais encore nombreux qui demeurent dans le traitement automatisé des informations par les algorithmes. La base de données dans laquelle l'intelligence artificielle va chercher des correspondances étant essentiellement composée de portraits de personnes blanches.

Google rassure mais les craintes sont réelles

Interrogé par plusieurs médias américains sur la portée réelle de son application "Arts & Culture", Google se veut rassurant. Selon la firme américaine, les photos téléchargées par les utilisateurs ne sont pas utilisées à d'autres fins et sont effacées une fois trouvées les correspondances avec des œuvres d'art. La dernière expérience du géant américain illustre à nouveau les craintes suscitées par les progrès rapides de l'intelligence artificielle et plus particulièrement de la reconnaissance faciale, dont les applications ont pris une place grandissante dans nos vies ces derniers mois.

Apple a fait entrer cette technologie dans la vie de millions d'utilisateurs cet automne en intégrant le dispositif Face ID à l'iPhone X pour déverrouiller l'appareil d'un simple regard. Dans le sillage de la pomme, un grand nombre de constructeurs travaille à généraliser ce système sur des smartphones à moindre prix. Facebook a recours à la reconnaissance faciale depuis décembre pour traquer les usurpations d'identité sur sa plateforme. Google l'utilise déjà dans son service Photos, utilisé par 500 millions d'utilisateurs, capable depuis peu de reconnaître les animaux de compagnies.

Les défenseurs des libertés craignent que la généralisation de la reconnaissance faciale dans des outils utilisés à si grande échelle ne glisse vers une utilisation plus large par les publicitaires ou les autorités. En Chine, cette technologie est déjà utilisée pour surveiller les citoyens dans les endroits publics. 170 millions de caméras de surveillance sont installées à travers le pays. Un nombre qui doit atteindre 400 millions à horizon 2020. La plupart sont dotées de programmes d'intelligence artificielle pour analyser les données en temps réel et inciter les individus à ne pas déroger à la norme édictée par le pouvoir.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Google Intelligence
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791871348
L'application de Google qui trouve votre sosie artistique soulève des inquiétudes
L'application de Google qui trouve votre sosie artistique soulève des inquiétudes
Google propose depuis quelques jours une application permettant d'associer un selfie à une toile de maître. L'application caracole en tête des téléchargements aux États-Unis et soulève des inquiétudes sur les progrès de la reconnaissance faciale.
http://www.rtl.fr/actu/futur/l-application-de-google-qui-trouve-votre-sosie-artistique-souleve-des-inquietudes-7791871348
2018-01-18 08:35:00
http://media.rtl.fr/cache/40K6C9Bb0jq_yKPRrXbncw/330v220-2/online/image/2018/0117/7791879937_l-application-google-arts-culture-est-en-tete-des-telechargements-aux-etats-unis-grace-a-son-outil-de-reconnaissance-faciale.JPG