Dette : "La France tiendra ses engagements budgétaires"

La France ne "déviera pas d'un iota de sa trajectoire de redressement des finances publiques", a assuré mardi sur RTL la ministre du Budget et porte-parole du gouvernement Valérie Pécresse, tentant de rassurer les marchés. Valérie Pécresse a également appelé "l'ensemble de la classe politique française" à concourir à cet objectif et "donc à voter la règle d'or" d'un retour à l'équilibre budgétaire.

Valérie Pécresse sur RTL le 8 décembre 2010
Crédit : RTL
Valérie Pécresse sur RTL le 8 décembre 2010
>
Valérie Pécresse était l'invitée de RTL mardi matin Crédit Média : Philippe Corbé Télécharger

Bonjour Valérie Pecresse

Bonjour

Les Bourses continuent de chuter (-4,68%) à la Bourse de Paris, (-5,55) à Wall Street. Les Bourses asiatiques sont encore en baisse ce matin. Est ce que vous inquiète ?

Je crois qu'aujourd'hui, il y a des perturbations sur les marchés financiers qui traduisent l'inquiétude liée à la perte de la note AAA par les Etats Unis. Néanmoins, ces perturbations ne doivent pas être surestimées. L'économie américaine, garde de très bons fondamentaux, nous avons confiance dans les Etats Unis, dans le gouvernement américain pour redresser la barre.

Est ce que vous êtes certaine que la France va conserver dans les prochains mois, son triple A, la meilleure note accordée par les agences de notation ?

Il faut savoir, c'est que les triples A, c'est une note de crédibilité économique qui est donnée à un pays ou à une entreprise, et le triple A, de la France, c'est le fruit de la politique économique du président de la République et du gouvernement. C'est le fruit des efforts des Français depuis plusieurs années. Depuis plusieurs années, nous nous sommes inscrits dans une trajectoire de redressement de nos finances publiques, de vertus budgétaires. Vous savez, on n'a pas remplacé un fonctionnaire sur deux qui partaient en retraite, on a gelé les dépenses de l'Etat, les dépenses des collectivités locales, on a tenu notre objectif de croissance des dépenses d'assurance maladie, c'était la première fois depuis 15 ans qu'on tenait cet objectif de dépenses très bas. Tous ces efforts là, on a fait la réforme des retraites, ça a été une réforme très dure. Tous ces efforts qui ont été faits par le président de la République, sont des acquis de la France en matière de crédibilité économique. C'est ce qu'a dit Standard & Poors l'agence de notation, bien connue maintenant du grand public, hier elle a dit "la trajectoire de la France est la bonne, nous faisons confiance à la France".

Donc, vous êtes sûre qu'on va la conserver dans les prochains mois.

Pour la conserver, Monsieur Corbé, attendez je vous réponds, pour la conserver, il faut garder le cap. Garder le cap du redressement de nos finances publiques. C'est pour ça, que ce qui est très important, c'est que nous tenions nos engagements. Depuis 2010, nous avons baissé constamment notre déficit. Et nous allons continuer à le faire. Nous avons une trajectoire que nous avons présentée au Parlement, que nous avons présentée à nos partenaires européens, et qui dit que l'année prochaine, notre déficit qui sera cette année de 5,7% de la recherche nationale, sera de 4,6% et qu'en 2013, il sera de 3 et en 2014 de 2. Voyez, le président nous a mis sur la bonne trajectoire. Il faut garder le cap.

Alors, Valérie Pecresse, donc hier le Standard & Poors a souligné notamment l'effet positif de la réforme des retraites pour la conservation de cette note triple A. Est ce que ça veut dire, par exemple, qu'il faudra aller plus loin, dans le cadre de la campagne présidentielle, la retraite à 63 ans, 64 ans, 65 ans par exemple ?

Non, ce que ça veut dire, c'est que notre trajectoire de retour aux équilibres publics est la bonne. Qu'elle est transparente, qu'elle est cohérente, qu'elle est claire, et ça c'est salué par l'ensemble de nos partenaires, parce qu'ils savent que quand la France prend un engagement, elle va le tenir. Nous ne dévirons pas d'un iota de notre trajectoire de redressement des finances publiques. Alors, maintenant, ce que nous appelons, c'est que l'ensemble de la classe politique française à faire, qu'elle soit de droite, qu'elle soit de gauche, c'est à nous suivre dans cette trajectoire. A donner des preuves supplémentaires, qui rassurent encore nos partenaires. Donc à voter, la règle d'or, c'est la règle anti-déficit que nous voulons mettre dans la Constitution, et qui nous liera pour l'avenir. Parce que c'est une preuve supplémentaire de notre détermination à réduire les déficits, et à nous désendetter.

On va y revenir dans un instant Valérie Pecresse. Mais d'abord sur le budget 2012 qui va être compliqué à boucler dans ce contexte, puisque vous aviez prévu, je crois 2,5 de croissance pour 2012 pour ce budget. Est ce que vous allez réviser à la baisse, cette perspective de croissance 2012 ?

Cette perspective de croissance, vous le savez, elle a déjà été révisée, puisqu'elle était de 2,5% dans le pacte de stabilité que nous avons présenté il y a un an, aujourd'hui elle est à 2,25.

Vous allez baisser encore ?

Tout ce que je peux vous dire, Monsieur Corbé, aujourd'hui, c'est que l'engagement qui nous lie vis à vis de nos partenaires, c'est la réduction du déficit. Si les paramètres devaient changer, quels que soient les paramètres, et bien nous tiendrons cet engagement de réduire notre déficit à 4,6%. C'est ça l'engagement qui nous lie. S'il faut faire davantage d'efforts pour atteindre ces 4,6%, nous ferons davantage d'efforts

Les niches fiscales justement, vous aviez prévu trois milliards de rabotage de niches fiscales, est ce que vous irez plus loin, jusqu'à 5 milliards par exemple ?

Ce qu'il faut que les Français comprennent, c'est que nous ne ferons pas d'augmentation des impôts générale, d'augmentation générale des impôts cette année. Nous ne ferons pas d'augmentation des impôts parce que...

Pas cette année, mais peut être après 2012 ?

Non, non, non. Je vous explique notre stratégie. Notre stratégie, c'est pas d'augmentation d'impôts parce que nous voulons à la fois redresser nos finances, et en même temps, nous ne voulons pas casser la croissance et la reprise, puisque nous tablons cette année, sur une croissance de 2% qui est généralement admises par les observateurs économiques. Donc, nous ne voulons pas casser la reprise, nous voulons continuer à créer de l'emploi, et à faire baisser le chômage. Donc, pour ne pas casser la croissance, et faire baisser le chômage, il faut absolument que nous ayons une politique qui soit à la fois, une lutte contre les déficits, mais en même temps, pas une politique qui brise la croissance. Donc, pas d'augmentation générale des impôts, mais le maintien des économies sur nos dépenses, des dépenses qui sont vraiment contrôlées, pas de remplacement d'un fonctionnaire sur deux, gel des dépenses de l'Etat. On va poursuivre cette politique d'économie sur les dépenses de l'Etat et sur les dépenses de la Sécurité Sociale et sur les dépenses des collectivités locales, mais en même temps, nous supprimerons des niches fiscales. Ces niches fiscales, ce sont ces dérogations fiscales qui touchent certains contribuables.

Valérie Pecresse, deux questions rapidement. D'abord Nicolas Sarkozy, pourquoi il ne s'exprime pas devant les Français. On a vu Barack Obama, parler à plusieurs reprises aux Américains, où est Nicolas Sarkozy dans cette crise boursière.

Le président de la République, il a été  en initiative à chaque instant. Vous savez que nous avons conclu un accord européen, le 21 juillet, vous avez vu le président de la République qui s'est investi personnellement, il est allé en Allemagne pour faire conclure cet accord.

Mais ces derniers jours.. ces derniers jours...

Mais aujourd'hui vous savez, l'objectif que nous avons, c'est de mettre en œuvre cet accord, de le mettre en œuvre très rapidement. Nous l'avons présenté au Conseil des ministres, le président de la République et le premier Ministre, l'ont présenté au Conseil des ministres dès le 1er août. Et il sera adopté vous le savez, dans une session extraordinaire en septembre. Nous faisons revenir les parlementaires pour le voter début septembre, pour être, j'allais dire, ceux qui entraînent l'Europe et qui montrent la solidarité indéfectible de la zone Euro. Donc le Président, il est en permanence à la manoeuvre, il a encore eu tous les dirigeants de la zone Euro, et le président des États-Unis pour justement travailler à ce que l'ensemble des pays du G7 et du G20 consolident la stabilité financière du monde.

Valérie Pécresse, en un mot : est ce que le Président va ou pas convoquer le Congrès pour voter la règle d'or, malgré l'opposition des socialistes, et malgré l'absence de majorité ?

Je vous l'ai dit. Pourquoi voter la règle d'or ? La règle d'or, d'abord, nous l'appliquons par anticipation. Le Président de la République, se l'applique par anticipation.

Est-ce qu'il va convoquer le Congrès ?

Non, nous essayons de réduire notre déficit budgétaire. Nous tenons un objectif de réduction budgétaire dont nous ne dévirons pas. Donc nous appliquons la règle d'or. Pourquoi, faut il la voter ? Il faut la voter pour donner l'assurance sur la durée, quels que soient les aléas politiques que la France continuera à réduire ses déficits et à se désendetter. Donc, moi j'appelle tous les partis de droite et de gauche à se rallier à cette règle d'or, accepter la main tendue, ça bouge dans l'opposition aujourd'hui.

par La rédaction de RTLJournalistes RTL
Suivez La rédaction de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7709214413
Dette : "La France tiendra ses engagements budgétaires"
Dette : "La France tiendra ses engagements budgétaires"
La France ne "déviera pas d'un iota de sa trajectoire de redressement des finances publiques", a assuré mardi sur RTL la ministre du Budget et porte-parole du gouvernement Valérie Pécresse, tentant de rassurer les marchés. Valérie Pécresse a également appelé "l'ensemble de la classe politique française" à concourir à cet objectif et "donc à voter la règle d'or" d'un retour à l'équilibre budgétaire.
http://www.rtl.fr/actu/economie/valerie-pecresse-la-france-tiendra-ses-engagements-pour-conserver-la-note-aaa-7709214413
2011-08-09 08:38:00
http://media.rtl.fr/cache/HlGneQty8_aIdjU7OYLJNw/330v220-2/online/image/2011/0711/7701776105_valerie-pecresse-sur-rtl-le-8-decembre-2010.jpg