Manuel Valls : "Augmenter la durée légale du travail et les salaires"

Le député-maire socialiste d'Evry, candidat aux primaires socialistes en vue de la Présidentielle, répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie mardi matin. "La politique française s'enlise à force de tabous. Il faut changer de stratégie", a déclaré Manuel Valls. Il propose d'augmenter de deux ou trois heures la durée légale du travail et le salaire. "Quand on a une idée juste, on la défend", a-t-il plaidé.

Manuel Valls, député-maire socialiste d'Evry, sur RTL
Crédit : RTL
Manuel Valls, député-maire socialiste d'Evry, sur RTL
PodcastRTL-Aphatie >
Manuel Valls, député-maire socialiste d'Evry : "Augmenter la durée légale du travail et les salaires" Crédits Média : Jean-Michel Aphatie | Durée : | Date :
1/

Ecoutez aussi sur RTL.fr :
- Manuel Valls : "Augmenter la durée légale du travail et les salaires"
- Faut-il réformer les 35 heures ?
- La sortie de Valls sur les 35 heures sème la zizanie au PS
- Manuel Valls veut déverrouiller les 35 heures
- La remise en cause des 35 heures par Manuel Valls

Jean-Michel Aphatie : Bonjour, Manuel Valls.

Manuel Valls : Bonjour.

Vous avez préconisé, dimanche, de "déverrouiller les 35 heures", ce qui vous vaut une volée de critiques de la part de vos amis socialistes, on y reviendra. Mais que veut dire dans votre esprit, Manuel Valls, parce qu'on ne l'a pas bien compris, "déverrouiller les 35 heures" ?

Depuis dix ans, on a subventionné à la fois le travailler-moins, c'est-à-dire la réduction du temps de travail, puis le travailler-plus, ça a été Nicolas Sarkozy avec les heures supplémentaires...

... La défiscalisation.

... Sans que le pouvoir d'achat ne soit au rendez-vous. Et je considère que la politique française s'enlise à force de tabous et d'empilage de mesures qu'on n'évalue jamais. Et donc je pense qu'il faut changer radicalement de stratégie dans un contexte marqué par une crise qui durcit l'intensité du travail, des entreprises qui limitent fortement les augmentations de salaires et des finances publiques exsangues. Et donc je propose d'augmenter de deux ou de trois heures - à négocier évidemment avec les partenaires sociaux - la durée légale du travail et donc, le salaire d'autant en supprimant également le dispositif sur les heures supplémentaires, en tout cas une partie, c'est se donner des marges de manœuvre pour sortir du blocage français sur les salaires et sur le travail, mais aussi c'est aussi une manière d'alléger le budget de l'Etat.

Donc, durée légale du travail aujourd'hui : elle est à 35 heures, au-delà c'est le déclenchement d'heures supplémentaires payées plus chères par l'employeur. Pour le salarié, ce que vous dites, vous, c'est : il faut modifier la durée légale du travail ?

Oui, vous m'avez bien compris.

En augmentant les salaires ?

Bien entendu.

On ne sait pas si les entreprises peuvent le faire, mais enfin !...

Mais je vais y revenir dans un instant, ne soyez pas aussi sceptiques.

Vous allez y revenir, c'est-à-dire ?

Jean-Michel Aphatie, face à la crise économique sans précédent que nous traversons, à l'état des finances publiques que vous évoquez vous-même souvent, qui plombe l'avenir de ce pays, à la crise de l'Europe ; des Etats demain peuvent être en faillite, certains le sont déjà ; à l'écart qui ne cesse de s'accroître, de compétitivité entre la France et l'Allemagne. L'Allemagne retrouve la croissance, la France a un déficit commercial de 50 milliards d'euros.

Face à cette situation, le rôle des responsables politiques, et notamment à Gauche, c'est de faire preuve d'inventivité et de formuler de nouvelles propositions qui ne se rattachent pas à des idées ou à des postures des années  70-80 ou 90 mais qui tiennent compte, aujourd'hui, de cette réalité. Il y a deux jours, chez vos confrères d'Europe 1, j'ai commencé mon argumentaire et mes propositions en partant de ce qui me semblait être une injustice majeure et qui devrait provoquer un véritable débat et qui devrait permettre aux socialistes de faire profusion de propositions et d'idées.

80% des augmentations de salaires depuis une décennie, ont été captés par 1% des salariés les plus riches ; et deux chiffres seulement : 64% des Français n'ont pas été augmentés depuis deux ans, 40% des Français n'ont pas été augmentés depuis cinq ans. C'est ce qui explique, en grande partie aussi, cette morosité, c'est ce qui explique également les difficultés de compétitivité que nous traversons. Donc, il faut des propositions nouvelles.

Vous avez pourtant noté, Manuel Valls, que la totalité, je dis bien la totalité des dirigeants socialistes qui ont pris la parole, hier, c'était pour vous accabler, pour dénoncer ce qu'ils ont appelé votre posture et si vous appelez au débat d'idées, et à la formulation d'idées nouvelles, on ne peut pas dire qu'au Parti socialiste, en tout cas, vous ayez fait recette, Manuel Valls !

J'ai une conviction profonde, c'est qu'en 2002 comme en 2007, la Gauche a perdu l'élection présidentielle sur deux thèmes. Je vais peut-être un peu vite mais nous n'avons pas beaucoup de temps, sur la sécurité. Je fais partie de ceux - je ne suis pas le seul, évidemment -, mais notamment parce que je suis un maire de banlieue, qui ont fait évoluer la Gauche sur la question de la lutte contre la délinquance, sur la question de la sécurité, de l'autorité ; et je considère que sur l'autre sujet, nous devons aussi évoluer si nous voulons demain combattre...

Votre sujet, c'est le travail...

C'est le travail. C'est-à-dire la question...

La situation des salariés dans les entreprises.

La question des salaires, du mal être au travail, la problématique du temps de travail, le rapport à l'entreprise ; et je suis convaincu que la Gauche doit renouer un véritable pacte avec le monde économique, avec le monde de l'entreprise, et notamment avec des petites entreprises qui créent la richesse d'entreprise.

C'est votre point de vue, Manuel Valls mais on est obligé, c'est un fait, de constater que vous êtes tout seul au Parti socialiste à dire cela et que par exemple, quand vous ouvrez le débat sur les 35 heures, personne ne dit : oui ! peut-être ! pourquoi pas ! C'est une volée de bois vert que vous avez reçue, hier, Manuel Valls !

Mais que propose-t-on en face ?

En face ? Vos amis, vous voulez dire.

Mes amis. Que propose-t-on en face ?...

Vous voyez, vous les mettez vous-même, en face !
 
Je suis au Parti socialiste et pleinement au Parti socialiste, et je considère...

Mais isolé au Parti socialiste !

On ne gagnera... On ne convaincra...

Mais isolé, vous en convenez ?

Non, je ne le crois pas. Quand on a une idée juste, on la défend. Il faut bousculer les idées préconçues et les tabous. Il faut être capable de proposer un nouveau chemin. Et les Primaires, c'est-à-dire la capacité pour des millions de Français de désigner le candidat du Parti socialiste à l'élection présidentielle le permet. Il ne s'agit pas uniquement de choisir une personnalité même si c'est important. Il s'agit aussi à travers ces primaires de choisir une orientation, un projet pour la France. Que propose-t-on ? De revenir aux 35 heures telles qu'on les a votées, il y a dix ans ?

C'est-à-dire de revenir sur les réformes qu'a votées la Majorité.

De se contenter de ce qui existe aujourd'hui ? C'est effectivement vrai, un détricotage des 35 heures et qui satisfait le patronat ? Quelle est la proposition du Parti socialiste sur cette question-là ? Je ne la connais pas. Et donc, c'est pour cela que je me permets de faire, moi, des propositions qui correspondent, je crois, à ce qu'attendent les Français, les salariés et notamment les couches populaires.

Vous avez pu en parler, Manuel Valls avec Martine Aubry qui dirige aujourd'hui le Parti socialiste et qui, en 1998, était l'auteur de la loi sur les 35 heures ?

Non, je crois qu'elle n'est pas là cette semaine et nous n'avons pas de réunion...

Mais, je ne sais pas, vous pouvez l'avoir eue au téléphone ?

Non ; et nous n'avons pas de réunion nationale de nos instances, cette semaine. Donc, nous nous retrouverons la semaine prochaine. Mais discutons de toutes ces questions.

Mais beaucoup de dirigeants socialistes disent : vous jouez contre votre camp ! D'ailleurs à l'UMP, on vous applaudit. Dominique Paillet dit même : écoutez...

Ca, ce sont les postures. A chaque fois que sur un certain nombre de sujets, quelqu'un intervient et propose quelque chose qui peut apparaître comme différent de ce qu'on croit être la position en l'occurrence du Parti socialiste et de la Gauche, pour étouffer le débat, c'est l'argument qu'on utilise.

Mais vous-même, on dit que vous êtes dans la posture ; que ce type de sortie est lié à votre difficulté à mener votre campagne à l'intérieur du Parti socialiste.

Moi je demande tout simplement à vos auditeurs, et donc à mes amis socialistes également, de relire ce que j'ai écrit, il y a  encore quelques mois dans mon livre "au pouvoir", sur cette question-là. Je disais qu'il fallait dépasser les 35 heures.

D'autres, d'ailleurs, l'avaient déjà dit : Laurent Fabius, François Hollande, Ségolène Royal avaient eux-mêmes considéré qu'il y avait eu un problème de salaire et un rapport compliqué à travers les 35  heures, avec notamment les ouvriers. Avons-nous oublié cela ? Donc, les postures, elles ne servent à rien. Aujourd'hui, nous avons besoin d'un débat qui nous permette de retrouver la confiance des Français et notamment sur la question du travail.

Donc, vous persistez et vous signez ce matin, sur RTL : il faut sortir des 35 heures !

Il faut sortir des 35 heures et être capable d'aller sur tous les sujets : celui de l'entreprise, de l'allègement du coût de travail, mais aussi celui de la jeunesse qui me paraît être aujourd'hui le grand dossier qu'il faut désormais ouvrir.

Manuel Valls, déverrouilleur au PS, était l'invité de RTL, ce matin. Bonne journée.

par La rédaction numérique de RTL
Suivez La rédaction numérique de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7648128287
Manuel Valls : "Augmenter la durée légale du travail et les salaires"
Manuel Valls : "Augmenter la durée légale du travail et les salaires"
Le député-maire socialiste d'Evry, candidat aux primaires socialistes en vue de la Présidentielle, répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie mardi matin. "La politique française s'enlise à force de tabous. Il faut changer de stratégie", a déclaré Manuel Valls. Il propose d'augmenter de deux ou trois heures la durée légale du travail et le salaire. "Quand on a une idée juste, on la défend", a-t-il plaidé.
http://www.rtl.fr/actu/economie/manuel-valls-augmenter-la-duree-legale-du-travail-et-les-salaires-7648128287
2011-01-04 09:07:00
http://media.rtl.fr/cache/AhSVcnrhhDxqOd6WEf1dVQ/330v220-2/online/image/2011/0104/7648136427_manuel-valls-depute-maire-socialiste-d-evry-sur-rtl-le-4-janvier-2011.jpg