Les heures sup' défiscalisées bientôt plafonnées ?

Attention au coup de rabot ! François Fillon propose de s'attaquer aux heures supplémentaires défiscalisées pour renflouer les caisses de l'État. Il s'agissait pourtant de l'une des mesures 'phare' de la présidence Sarkozy. Ce dispositif profite actuellement à 9 millions de salariés.

Une feuille de déclaration d'impôts
Crédit : AFP / Etienne Laurent
Une feuille de déclaration d'impôts
>
Un dispositif qui coûte cher : près de 4 milliards d'euros pour le budget de l'Etat Crédits : Morgane Solignac | Durée : | Date :
1/

Le gouvernement herche à réaliser des économies

Le Premier ministre, François Fillon, a évoqué cette éventualité par téléphone avec les syndicats, qui ont rapporté l'information, en prévision du train de mesures d'économies qui seront présentées mercredi.

Les heures supplémentaires pourraient donc être visées, en plus des grandes entreprises et les hauts revenus.

"Le bénéfice des exonérations de cotisations patronales dont elles bénéficient depuis la loi Tepa pourrait être plafonné", écrivent Les Echos.

Dans Le Figaro, un proche du secrétaire général de la CFDT, François Chèrèque, confirme : "Le Premier ministre nous a expliqué qu'il envisageait un rabotage du dispositif des heures sup' qui n'irait pas aussi loin que l'on demande".

Nicolas Sarkozy présidera mercredi, jour du conseil des ministres de rentrée, une réunion d'arbitrage sur le budget 2012 après avoir promis que celui-ci permettrait de respecter les objectifs de baisse de déficits de la France à 3% du PIB en 2013.

Selon Les Echos, François Fillon a dit aux syndicats qu'il recherchait "de 3 à 4 milliards d'euros d'économies cette année et 10 millliards d'euros en 2012".

par Bénédicte TassartJournaliste RTL
Suivez Bénédicte Tassart sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
Commentaires Avec Bell & Ross

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous