Christine Lagarde : "La bataille de l'emploi n'est pas encore gagnée"

Au lendemain de la publication des chiffres du chômage pour le mois de juin, Christine Lagarde était l'invitée de RTL mercredi matin. Pas de triomphalisme pour la ministre de l'Économie, qui répondait aux questions de Philippe Corbé. Le chômage est en très légère baisse le mois dernier (-0,3%), ce qui fait dire à la ministre que la hausse du nombre de demandeurs d'emplois est désormais "stoppée" en France.

>
La ministre de l'Economie et de l'Emploi répondait aux questions de Philippe Corbé Crédits Média : | Durée : | Date :
1/

Bonjour, Christine Lagarde.

Bonjour, Philippe Corbé.

La ministre de l'Emploi, justement. Après deux mois consécutifs de hausse, le nombre de demandeurs d'emploi n'ayant pas du tout travaillé a baissé, en juin, de 0,3%. C'est 8.600 chômeurs de moins. On se dit qu'il n'y a pas de quoi faire de triomphalisme pour autant.

Non. Et je me garde bien du triomphalisme parce que, si c'est un bon chiffre et si c'est un résultat - le meilleur depuis février 2008 - dont on peut se réjouir, la bataille de l'emploi n'est pas encore gagnée.

Parce que, notamment, lorsqu'on regarde les gens qui ont travaillé, qui ont fait des petits boulots - les catégories B et C - ça continue à augmenter.

On fait deux minutes de technique ?

Allez-y !

Catégorie A, ce sont les demandeurs d'emploi qui n'ont pas travaillé du tout, dans le mois précédent. Et c'est sur ceux-là, évidemment, que l'on concentre nos efforts parce que ce sont ceux qui ne travaillent pas qu'on veut rapprocher de l'emploi. Et ceux-là ont baissé : moins 8.200 demandeurs d'emploi dans cette catégorie. Meilleur chiffre depuis février 2009. C'est un bon signe.

Catégories B, C et D : ce sont des gens qui s'inscrivent à Pôle-Emploi, ou qui sont inscrits, mais qui ont travaillé dans le mois précédent. Alors, soit ils ont travaillé un peu - ce sont des gens qui ont travaillé moins de 78 heures - c'est typiquement les temps partiels ou les intérims - on les trouve en catégorie B.

Mais, en catégorie C, il peut y avoir vous, il peut y avoir moi. On n'est pas content de ce que l'on fait, on va s'inscrire à Pôle-Emploi et on est dans la catégorie C.

Et la catégorie D, ce sont ceux qui sont en formation, qui bénéficient d'un contrat de transition professionnelle, par exemple.

Et ça continue à augmenter ?

Ca continue à augmenter mais, moi, si vous voulez, ma catégorie cible - celle qui est, pour moi, l'indicateur de référence - c'est la catégorie A. Parce que la catégorie A, ce sont les demandeurs d'emploi qui n'ont pas du tout travaillé le mois précédent, et qui font une démarche active de recherche d'emploi. Et ça, ça baisse.

On note que, notamment, le chômage des plus de 50 ans continue à augmenter fortement.

Alors, le verre à moitié plein, c'est que le chômage des jeunes diminue. Là, on a une baisse notoire, en juin. En revanche, les plus de 50 ans, ça a augmenté d'un peu plus de 20%, et c'est une catégorie sur laquelle, clairement, on doit porter l'effort. Et je compte beaucoup sur le travail qui est préparé par Eric Woerth, dans ce domaine, puisqu'à l'occasion de la réforme des retraites, le texte prévoit un dispositif pour inciter les entreprises à recruter les plus de 50 ans, avec des exonérations, notamment de charges.

Je pense, Christine Lagarde, que vous vous souvenez, comme des millions de français, de cette annonce de Nicolas Sarkozy, fin janvier, sur TF1 : "Je vous le dis, je crois en la politique économique que nous mettons en oeuvre. Je sais que, dans les semaines et les mois qui viennent, vous verrez reculer le chômage dans notre pays". On a un recul de 6 mois : 46.000 chômeurs de plus de catégorie A.

Regardez le chiffre de juin : on a moins 8.200 chômeurs, en catégorie A. Vous savez, moi, j'avais indiqué qu'on aurait des mouvements de tôle ondulée. Ce n'est pas très joli comme image, mais ça veut dire qu'on a des mois qui augmentent légèrement. On a des mois qui baissent légèrement. Mais, si vous regardez une analyse un peu statistique - même si c'est froid, des chiffres - on voit que le chômage se stabilise vers la baisse. Donc, directionnellement, on est en décrue, effectivement, des chiffres. Et le chef de l'Etat a raison de dire que, tendanciellement, on est à la baisse. On a, non seulement, stoppé la hausse, mais on est tendanciellement à la décrue du chômage.

Cette décrue va dépendre des chiffres de la croissance. Vous espérez toujours 1,5% ou ça va être dur à atteindre ?

Pour l'année ?

Pour l'année.

On a fait une prévision à 1,4%. Si on a 1,5, moi, je serais contente. Mais je suis très confiante sur le 1,4. Pourquoi ? Parce que, d'abord, on a fait une fin d'année 2009 qui était bonne, donc, on est arrivé avec un peu d'élan. Le premier trimestre, on a fait 0,1, ce qui n'était pas un très bon chiffre. En revanche, tous les indicateurs pour le deuxième trimestre sont dans le vert, et je pense que nous aurons un bien meilleur deuxième trimestre que le premier.

Il y a un indicateur, quand même, qui était dans le rouge, en juin, c'était la consommation. Avez-vous des indications sur juillet ?

On a des indications sur les soldes.

Notamment sur les soldes.

Vous savez que le mois de juin est un mois un peu particulier, puisqu'on a eu, jusqu'à fin mai, d'abord, toujours la prime à la casse, même en sifflet. On a eu beaucoup d'achats de téléviseurs. Il ne faut pas nier l'effet coupe du monde, ça a vraiment "boosté" la consommation. Et puis, en juin, c'est typiquement un mois un peu creux, parce que les gens attendent les soldes. Et là, sur le mois de juillet, Hervé Novelli donnera les chiffres, à la fin de la semaine prochaine. On a, vraiment, de bien meilleurs résultats. On a des augmentations de l'ordre de 15% sur les deux premières semaines de soldes. Donc, il y a des achats différés : des consommateurs malins qui ont reporté leurs achats sur juillet.

Le gouvernement essaie, en ce moment, de boucler le budget 2011. Certains, dans la majorité, plaident pour un relèvement de certains taux réduits de T.V.A, notamment sur les travaux à domicile, qui sont à 5,5%. Est-ce que vous, vous y êtes prête, vous y êtes favorable ?

Je vous rassure, vous allez, dans les semaines qui viennent, trouver flores de propositions, multiples et variées, pour réduire ici, pour couper là, pour arranger les uns, pour arranger les autres. Avec François Baroin, nous menons un travail extrêmement attentif et précis. Moi, pour la partie cadrage macro-économique et pour les mesures fiscales. On fera cela calmement, avec l'arbitrage du premier ministre et du président de la république sur celles des niches qui ne sont plus utiles et qu'on supprime et puis, sur celles qu'il faut diminuer parce qu'on est dans un exercice budgétaire de rigueur.

Excluez-vous l'hypothèse d'un taux intermédiaire à 8 ou 10    %, pour les travaux à domicile, ou pour d'autres taux réduits de T.V.A ?

Il faut tout regarder et il faut, ensuite, porter des jugements et faire des choix qui seront guidés par l'efficacité et la stratégie que nous déployons, c'est-à-dire, la recherche de l'emploi, la création de valeurs dans notre économie.

Donc, par exemple, on pourrait préserver à 5,5 pour la main-d'oeuvre et passer à 19,6 pour le matériel ?

Il faut faire un système qui soit efficace, qui soit simple, qui soit opérationnel, pour les artisans, en particulier. Il faut que ça puisse marcher.

On a appris, hier, que l'Elysée annonçait un rapprochement entre E.D.F et Areva et, quand on lit, par exemple, le titre des "Echos", ce matin : "L'Etat pousse E.D.F à entrer dans le capital d'Areva". Est-ce un big-bang nucléaire ? C'est E.D.F qui prend la main sur Areva ?

Non, non, non, non. D'abord, n'en déplaise aux "Echos" et à leur excellent journal, E.D.F est déjà dans le capital d'Areva. E.D.F détient 2,4% du capital d'Areva. Ce qui a été décidé sous l'autorité du président de la république, hier, c'est la chose suivante :

Premièrement, il faut augmenter les moyens financiers d'Areva : donc, il faut ouvrir le capital et l'augmenter pour apporter des moyens financiers. Premièrement.

Deuxièmement : il faut impérativement que nos deux grands champions du nucléaire s'entendent et, à cet effet, le président de la république donne un message très clair : il doit y avoir un partenariat stratégique entre Areva et E.D.F, chaque fois que ce sera nécessaire, à l'export, en particulier, pour que l'on ait un chef de file dans ces grandes opérations. Et il faut que ce soit E.D.F, chaque fois que c'est souhaitable, parce que c'est un opérateur historique qui sera efficace à cet égard.

Mais sur l'augmentation du capital, soyons clair. L'ouverture du capital, qui serait plafonné à 15% en toutes hypothèses, sera ouverte à ceux des partenaires qui sont prêts à entrer et avec lesquels nous travaillons déjà depuis longtemps. Je pense notamment à Mitsubishi, qui est un partenaire de longue date d'Areva, qui est prêt. Je pense à des investisseurs du Golfe - Qatar, Koweit - qui sont là, aussi, en négociations. Si E.D.F veut monter également, il n'y a aucune raison d'écarter E.D.F, mais il faut, évidemment, que cela se fasse dans le respect de la valeur de l'entreprise et, en particulier, de la valeur d'Areva.

En un mot, Christine Lagarde, vous avez été longtemps avocate aux Etats-Unis, patronne d'un grand cabinet d'avocats. Là-bas, on ne rigole pas avec des conflits d'intérêts. Finalement, la clarification de votre ancien collègue de Bercy, Eric Woerth, qui n'est plus trésorier de l'U.M.P, est-ce dans l'ordre des choses ? C'est revenir à une situation normale ?

D'abord, j'ai infiniment de respect, d'amitié et toute la confiance imaginable pour Eric Woerth. Je ne souhaite pas revenir sur ces affaires qui alimentent...

Mais, sur le conflit d'intérêts, il y avait quand même un problème ?

La bande à rumeurs ! Aujourd'hui, moi, je suis rivée sur l'objectif de l'emploi, la création de valeurs de notre économie, et je me consacre essentiellement à ça !

Très bien. Christine Lagarde, concentrée sur l'emploi, était l'invitée de RTL, ce matin. Bonne journée !

Écouter aussi :


- Légère baisse du chômage pour le mois de juin

- Le léger recul du chômage en juin

par Philippe CorbéJournaliste RTL
Suivez Philippe Corbé sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
5946291231
Christine Lagarde : "La bataille de l'emploi n'est pas encore gagnée"
Christine Lagarde : "La bataille de l'emploi n'est pas encore gagnée"
Au lendemain de la publication des chiffres du chômage pour le mois de juin, Christine Lagarde était l'invitée de RTL mercredi matin. Pas de triomphalisme pour la ministre de l'Économie, qui répondait aux questions de Philippe Corbé. Le chômage est en très légère baisse le mois dernier (-0,3%), ce qui fait dire à la ministre que la hausse du nombre de demandeurs d'emplois est désormais "stoppée" en France.
http://www.rtl.fr/actu/economie/christine-lagarde-la-bataille-de-l-emploi-n-est-pas-encore-gagnee-5946291231
2010-07-28 09:46:00