VIDEO - Compétitivité : Arnaud Montebourg était l'invité de RTL

C'est le mot du jour : compétitivité. Et pour l'incarner : Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif. Il était sur RTL, à 7h50, pour répondre aux questions de Jean-Michel Aphatie le jour où le rapport Gallois est rendu. Il a également répondu aux questions des auditeurs, avec Laurent Bazin, à 8h15.

Arnaud Montebourg
Crédit : RTL
Arnaud Montebourg

Jean-Michel Aphatie : Bonjour, Arnaud Montebourg.

Arnaud Montebourg :
Bonjour, Jean-Michel Aphatie.

Tout le monde attend le rapport de Louis Gallois sur la compétitivité de l'économie française, il sera rendu public dans quelques heures... vous l'avez lu bien sûr Arnaud Montebourg ?


Je ne l'ai pas lu, d'abord parce que Louis Gallois m'en a exposé des éléments de diagnostic, les propositions il les présentera lui-même tout à l'heure devant la conférence national de l'industrie en présence du premier ministre et des ministres de Bercy...

Il propose une baisse des charges pour les entreprises ?


Je crois qu'il a conscience que l'économie française va mal, d'ailleurs je peux le confirmer, nous sommes en état d'urgence économique, nous voyons les entreprises s'affaisser, perdre des parts de marché et l'économie française elle-même est en grave difficulté.

Etat d'urgence, il faut prendre des décisions rapidement...

Il faut en tout cas que nous prenions des décisions.  Il y a 10 ans, je le rappelle, la France était excédentaire : 8 milliards d'excédents commercial.  Donc là nous vivons à crédit, en quelque sorte, nous sommes à 70 milliards des déficits.  L’Allemagne est à 160 milliards d’excédents donc nous voyons bien que nous en avons depuis 10 ans, nous encaissons des buts et nous en marquons de moins en moins.

Il faut baisser les charges des entreprises ?

En tout cas ce que propose Louis Gallois est de soulager le processus productif industriel des manufacturiers.  C'est-à-dire de retirer une part des prélèvements dans les entreprises, il ne s'agit pas de s'attaquer aux montants des salaires ni même à ce que j'entend dire, le coût du travail.  Mais de trouver une sorte de consensus national pour faire en sorte que l'acte de produire soit encouragé dans notre pays et que l'industrie survive au lieu de s'affaisser, crée des emplois au lieu d'en détruire, exporte au lieu d'importer.

Donc certaines charges sociales ne doivent plus être à la charge des entreprises...

D'ailleurs comme certaines organisations syndicales le disent : est-ce qu'il est normal que ce soit le salaire, l'emploi, l'embauche, le travail qui payent toujours et pas le capital, d'autres ressources que nous avons en France car il s'agit aussi de pouvoir continuer à financer notre modèle social.

Vous évaluez à combien vous, Arnaud Montebourg, la nécessité d'allègement des charges pour les entreprises ?

Je crois qu'il est nécessaire de faire un effort significatif dans la durée.  Je crois qu'il vaut mieux laisser parler d'abord l'équipe gouvernementale après que Louis Gallois aura rendu son rapport.  Parce que Louis Gallois est une personnalité importante, c'est un capitaine d'industrie, désintéressé, audacieux, qui a remonté EADS, réconcilié les allemands et les français dans cette direction difficile à l'époque.  C'est aussi un homme qui a renoncé à ses stock options, qui a lutté contre la dérive financière, et qui s'est battu toute sa vie pour l'industrie manufacturière.  Donc pour nous c'est un héros de l'industrie.

C'est une manière de dire que son rapport doit être pris en compte...


Son rapport doit être étudié, analysé et respecté.  Je le dis d'ailleurs d'une façon générale car il y aura certainement des propositions qui toucheront y compris sur le volet éducatif, la manière dont la justice commerciale fonctionne ou pas, bref, tout ce qui fait que la France est capable de se réunifier autour de son appareil industriel, comme tous les pays qui s'en sont sortis dans la crise.  Ils ont unifier l'état, les collectivités locales, les grands groupes, les petites boîtes autour d'un processus productif.  Nous, nous n'y parvenons pas en tout cas nous n'avons pas commencé.

Donc il ne faut pas, on l'entend bien ce matin, Arnaud Montebourg, enterré le rapport Gallois.  Baisse des charges des entreprises avez-vous dit, on les compense comment, on augmente quelle taxe pour compenser ces baisses de charges dans les entreprises ?

D'abord nous avons des ressources... moi j'ai fait des propositions comme ministre du redressement productif, elles sont sur la table du gouvernement.  D'autres ont fait d'autres propositions, le premier ministre dans l'arbitrage qui est le sien décidera.  Ce que je veux dire, c'est que nous avons des ressources, il y a là un secteur abrité, c'est-à-dire qui ne connait pas la concurrence international... les supermarchés, les banques, l'immobilier, il n'y a pas de compétition internationale...

Les banques non plus ?

Les banques non plus... vous connaissez des banques qui délocalisent ?  Non, elles restent près de leurs clients, comme les supermarchés d'ailleurs.  En revanche, vous avez un secteur très exposé, qui prend de plein fouet la compétition et la mondialisation déloyale.  Donc, est-ce que la France, comme beaucoup d'autres pays est capable de s'organiser pour résister à la mondialisation ?  Déloyale d'ailleurs et très sans scrupule.

Il faut taxer davantage les secteurs abrités ?

Je ne dirais pas cela parce que je ne ferai pas de propositions à ce stade parce que je veux que les français réfléchissent comme le gouvernement le souhaite autour du diagnostic, que nous le partagions y-compris avec les organisations syndicales et tout les citoyens avec les parlementaires de l'opposition comme de la majorité.

Augmentation de la CSG, de la TVA ?

C'est beaucoup trop tôt pour le dire car il faut que nous nous positionnions sur la nécessité de ce que nous devons faire.  Vous savez, quand on prend depuis 10 ans des buts, il y a 2 solutions : déjà, qu'est-ce qu'on fait les français ?  Ils ont congédiés l'équipe précédente, ils ont changé les joueurs.  Maintenant c'est nous qui avons la charge de prendre ce problème à bras le corps.  Nous réfléchissons avec les français et nous préparons une nouvelle stratégie de contre attaque pour la France.

Faut-il remettre en cause les 35 heures, Arnaud Montebourg ?

Je crois que ce débat n'est pas en cause et ne sera certainement dans le rapport Louis Gallois.  Il y a beaucoup de choses à faire avant de remettre en cause quelque chose qui d'ailleurs est assez consensuel y-compris du côté du patronnat...

Ca a ... à la compétitivité des entreprises françaises et des 35h ?

Elles ont été amplement compensées, elles ont d'ailleurs permis beaucoup de choses y-compris des gains de productivité dans les entreprises, l'anualisation du temps de travail et aujourd'hui personne ne songe à les remettre en cause à part les partis de droite, qui pendant 10 ans ne les ont jamais remis en cause.

L'exploitation du gaz de schiste peut être un facteur de compétitivité ?


En tout cas ça mérite qu'on y réfléchisse, ce sera certainement sur la table.  Le président de la République a dit "non ne voulons pas de la fracturation hydraulique", c'est une position du gouvernement que nous partageons. 

Alors il faut réfléchir à quoi ?

Aux technologies suivantes.  Je crois qu'il faut s'y pencher un peu plus sérieusement...

Il faudrait exploiter, commencer à forer le sous-sol pour tenter de...


En tout cas il faut avoir l'intelligence de regarder les problèmes dans les yeux et les traiter ensemble.  Je vais vous dire...

Vous en parlerez avec Cécile Duflot à l'occasion ?

Bien sûr et pas seulement avec elle avec tout le monde.  Vous savez il y a une mesure qui a été prise en 1983 à l'époque de Jean-Pierre Chevènement, c'est le crédit d'impôt recherche, qui a été amplifié par la droite, c'est une mesure de gauche, c'est une mesure d'union nationale.  Aujourd'hui, qu'est-ce qu'a fait François Hollande dans la loi de finance ?  Il l'a augmenté, il l'a amplifié, c'est une mesure qui permet aux entreprises de financer leur recherche et leur développement, donc, d'innover, d’investir et pourtant nous sommes à la traine dans les pays européens.  On a beaucoup de travail à faire mais ensemble, c'est le sens du pacte productif que défend François Hollande.

Donc tout cela nous le verrons avec les auditeurs.  Nous attendons la décision du tribunal de commerce de Rouen, concernant Petroplus à 17h.  Craignez-vous une liquidation de cette entreprise ?

Nous ne voulons pas la liquidation de cette raffinerie, c'est un outil de travail, des savoir faire et des compétences, qui éviteront que nous augmentions ce que nous importons.  Ca suppose que nous ayons une offre qui se dessine, je suis en mesure de vous indiquer qu'hier à mon ministère dimanche nous avons reçu une lettre à ce stade non engageante mais demandant à examiner ce dossier, de la part du fond souverain libyen qui est un pays producteur
de pétrole qui a décidé de reprendre des relations économiques et politiques avec la France, vous savez que la France n'à pas été étrangère à la libération de la Libye.

Et vous demandez donc que le tribunal de commerce...


Je vais demander aujourd'hui au tribunal de commerce de sursoir à statuer, de prendre le temps qu'il faut pour permettre à nos amis libyens d'éventuellement investir dans cette raffinerie de Petit-Couronne dans l'estuaire de la Seine.

par La rédaction numérique de RTL
Suivez La rédaction numérique de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7754295043
VIDEO - Compétitivité : Arnaud Montebourg était l'invité de RTL
VIDEO - Compétitivité : Arnaud Montebourg était l'invité de RTL
C'est le mot du jour : compétitivité. Et pour l'incarner : Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif. Il était sur RTL, à 7h50, pour répondre aux questions de Jean-Michel Aphatie le jour où le rapport Gallois est rendu. Il a également répondu aux questions des auditeurs, avec Laurent Bazin, à 8h15.
http://www.rtl.fr/actu/direct-video-competitivite-arnaud-montebourg-invite-de-rtl-des-7h50-7754295043
2012-11-05 07:50:00
http://media.rtl.fr/cache/3QXzH4wlvmtNLw6uSO-E2w/330v220-2/online/image/2012/0612/7749399569_arnaud-montebourg.jpg