2 min de lecture SNCF

SNCF : "Le patronat bloque les négociations", déclare le secrétaire général de la CGT Cheminots

REPLAY / INVITÉ RTL - Pour Gilbert Garrel, chaque cheminot doit avoir la même condition de vie et de travail, au sein du privé et du public.

Yves Calvi 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Télécharger SNCF : "Le patronat bloque les négociations", déclare le secrétaire général de la CGT Cheminots Crédit Image : LOIC VENANCE / AFP | Crédit Média : Yves Calvi | Durée : | Date : La page de l'émission
Yves Calvi
Yves Calvi et Ana Boyrie

Au sein de la grande famille ferroviaire, les tensions persistent. Actuellement, les syndicats et la direction de la SNCF sont en pleine négociation au sujet du temps de travail. La réforme ferroviaire de 2014 impose ce que l'on appelle une harmonisation de tout le secteur privé et public d'ici à mi-2016. Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, veut notamment renégocier la façon de faire les 35 heures. Gilbert Garrel, secrétaire général de la CGT Cheminot, a le sentiment "qu'aujourd'hui le patronat ferroviaire veut remettre en cause les 35 heures". Il avoue s'en être rendu compte, "à partir du décret socle puisque leur réglementation du travail est dérogatoire par rapport au code du travail".

De nombreuses règles ont été modifiées, sans pour autant être accueillies chaleureusement par le syndicat. Il y a notamment "le repos double". Pour l'heure, les cheminots ont la garantie d'avoir 52 repos doubles par an, c'est-à-dire 2 jours consécutifs de repos. Or, "le décret socle n'en prévoit plus que 30", explique-t-il. 

Aujourd'hui, le patronat ne veut pas négocier

Gilbert Garrel, secrétaire général de la CGT Cheminot
Partager la citation

Les personnes qui travaillent le week-end ont également la garantie "d'avoir 22 dimanches avec leur famille", qui seront réduits à 14 par ce décret socle. Entre "l'augmentation de l'amplitude de la journée travail ou l'augmentation de la durée du travail, il est évident selon le secrétaire général que des "tas de règles" sont remises en cause.

À lire aussi
Un agent de la SCNF à Gare du Nord (illustration). SNCF
Réforme de la SNCF : "C'est la fin d'un mythe", estime Alain Duhamel

Ce décret socle qui a été publié par le gouvernement est aujourd'hui "à l'examen au conseil d'État", indique le secrétaire général. Or, il ne devait sortir que beaucoup plus tard. Gilbert Garrel précise que l'un des problèmes majeurs est que "le patronat ne veut pas négocier". Ce dernier "bloque les négociations" et souhaite que ce décret socle "serve de voiture-balais". 

Un bénéfice de la SNCF de 376 millions d'euros

Concernant la productivité, Gilbert Garrel assure qu'elle n'est pas un "gros mot". Bien au contraire, "la CGT a fait des propositions pour l'améliorer". Il fait appel à Guillaume Pepy dont l'action a tendance à "sectoriser" les cheminots. Au contraire, "faites que chaque cheminot puisse s'occuper de toutes les activités du ferroviaire", déclare-t-il. Selon le secrétaire, il est vital "d'harmoniser par le haut". Il souhaite que "les règles soient applicables à tous".

Leur combat se fait avec les "salariés du privé", contrairement à ce que certains pourraient penser. Car la CGT "a vocation de réunir les salariés", indique-t-il. Il ne faut pas oublier qu'aujourd'hui, "le rail s'autofinance quasiment tout seul", indique-t-il. Les 12 milliards de pertes sont donc des "pertes fictives". Elles représentent des actifs qui ont été dévalorisés. La réalité des faits est que la "SNCF a fait un bénéfice de 376 millions d'euros".

Le souhait d'une même condition de vie et de travail

Gilbert Garrel rappelle que la priorité est que chaque cheminot ait "la même condition de vie et de travail au sein du privé, comme du public, insiste-t-il. Il y a des contraintes, mais il faut effectivement qu'il y ait des compensations à ces contraintes". Des réformes peuvent être portées mais "il faut qu'elles soient favorables aux salariés", estime-t-il. 

Le 9 mars dernier, la grève déclenchée à l'appel de tous les syndicats a été très suivie, notamment chez les conducteurs. Le jeudi 31 mars prochain, Gilbert Garrel pense que cette mobilisation sera "autant suivie". En revanche, elle ne sera pas dans l'unité, puisque des organisations syndicales se sont retirées du mouvement, en raison de la manifestation contre le projet de loi El Khomri. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
SNCF Cgt Réformes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782587137
SNCF : "Le patronat bloque les négociations", déclare le secrétaire général de la CGT Cheminots
SNCF : "Le patronat bloque les négociations", déclare le secrétaire général de la CGT Cheminots
REPLAY / INVITÉ RTL - Pour Gilbert Garrel, chaque cheminot doit avoir la même condition de vie et de travail, au sein du privé et du public.
http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/sncf-le-patronat-bloque-les-negociations-declare-le-secretaire-general-de-la-cgt-cheminots-7782587137
2016-03-29 13:05:00
http://media.rtl.fr/cache/HScIDXkgUNOR7UeKJetMSA/330v220-2/online/image/2015/0921/7779794161_sncf-illustration.jpg