2 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : pour François Fillon, "il y a un problème lié à l'islam"

Jeudi 29 septembre, le candidat de la primaire de la droite et du centre a livré dans "Le Figaro" ses solutions pour lutter contre l'intégrisme.

François Fillon le 6 novembre 2015
François Fillon le 6 novembre 2015 Crédit : FRED TANNEAU / AFP
103787476925100813301
Félix Roudaut

Dans son livre Vaincre le totalitarisme islamique, paru jeudi 29 septembre, François Fillon fait part de son ras-le-bol. Le candidat à la primaire de la droite et du centre en a assez "qu'après chaque attentat, on rouvre les mêmes débats sans fin, qui ne mènent nulle part parce ce qu'ils traitent des conséquences et pas des causes du mal." Le mal ? "Le totalitarisme islamique", disséminé par l'État islamique qui veut "imposer un modèle de société, anéantir l'individu", précise l'ancien Premier ministre dans une longue interview accordée au Figaro

Et pour lutter contre cette montée de l'intégrisme musulman, François Fillon juge que l'Hexagone s'y prend mal et se dit échauffé de voir certains demander l'interdiction des signes religieux dans l'espace public. "Là, je dis stop ! Je refuse une France où l'on ne pourrait plus porter une croix dans la rue, un t-shirt à l'effigie du Pape, une kippa, un turban ou un voile !", fulmine le député de la 2e circonscription de Paris.

Pour la natif du Mans, les solutions sont à chercher ailleurs. Il préconise notamment d'utiliser l'arsenal juridique existant, notamment les décrets en Conseil d'État qui permettent de retirer sa nationalité à tout Français qui prend les armes contre son pays. "Ce qui vaut évidemment pour ceux qui vont combattre aux côtés de l'État islamique", indique François Fillon. Et de citer livre IV du Code pénal qui autorise de condamner jusqu'à 30 ans de prison "toute personnes coupable d'intelligence avec l’ennemi".

À lire aussi
Présidentielle 2017 : les 11 candidats présidentielle 2017
Comptes de campagne : "Nos politiques ne sont pas de bons comptables", note Alba Ventura

Le membre de Les Républicains déroule la suite de son programme en matière de lutte contre le terrorisme. Vainqueur de l'élection-reine, il ferait en sorte d'expulser, sans possibilité de retour, les étrangers constituant une menace pour la sécurité du territoire. Et afin d'aider à repérer les profils inquiétants, il imposerait aux grands opérateurs d'internet - tels que Google, Apple ou Facebook - une obligation de déclaration de soupçon. "Comme le font les banques pour lutter contre le blanchiment", compare-t-il.


Le fil rouge de ces mesures ? Le respect de l'État de droit, sans quoi il sera impossible de "gagner la guerre contre le totalitarisme". Quelques attentats qui ébranleraient les fondements du système juridique et démocratique constitueraient une victoire offerte "à ces totalitaires", car pour le candidat, c'est précisément "ce qu'ils cherchent".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 François Fillon Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785054967
Présidentielle 2017 : pour François Fillon, "il y a un problème lié à l'islam"
Présidentielle 2017 : pour François Fillon, "il y a un problème lié à l'islam"
Jeudi 29 septembre, le candidat de la primaire de la droite et du centre a livré dans "Le Figaro" ses solutions pour lutter contre l'intégrisme.
http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/presidentielle-2017-pour-francois-fillon-l-ennemi-c-est-le-totalitarisme-islamique-7785054967
2016-09-30 08:46:00
http://media.rtl.fr/cache/yAJIzv7Y356crhdnSCZ7rQ/330v220-2/online/image/2016/0107/7781204183_francois-fillon-le-6-novembre-2015.jpg